46 501 Avis BD |20 162 Albums BD | 7 884 séries BD
Accueil
Tome 1 : La Vedette
 

La Vedette, tome 1

 
 

Résumé

La Vedette, tome 1Afin d'acceder au résumé de La Vedette, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de La Vedette, tome 1Mon père a connu Malo Louarn, un breton dans l'âme, qui lui a dédicacé cet album. Cet album que je trouve génial tant les situations et les jeux de mots sont à se tordre de rire! J'aime beaucoup Dupaxon ( c'est 50% de l'équipe!) et Popov, le Canonnier de Vodkagrad, qui sont des personnages comiques. Bref, un album génial à conseiller à tout le monde! Suite dans le second tome de ce dyptique: Le canonnier de Vodkagrad. Rappelons que cet album a été prépublié dans le Journal de Spirou en 1980, et a donc cotoyé les trésors des éditions Dupuis...


Chronique rédigée par Belhou le 19/12/2009
 
 
Statistiques posteur :
  • 405 (84,55 %)
  • 13 (2,71 %)
  • 61 (12,73 %)
  • Total : 479 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.08
Dépôt légal : Janvier 1982

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album BD La Vedette, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 4,08/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

19 7 2012
   

J'ai un avis un peu mitigé sur cet album, car j'y trouve de grandes qualités mais aussi de grands défauts. Les deux qualités essentielles pour moi sont le dessin, qui est vraiment dans un style que j'affectionne, et le sujet lui-même, centré sur les hauts et les bas (surtout les bas) d'une équipe de football (en fait, des bas, pour un joueur de foot, c'est un peu normal). Les défauts viennent des dialogues, qu'on n'arrive plus à suivre à la fin, même si c'était drôle au début, Malo Louarn finit par en faire trois tonnes, et ça lasse. Et puis le scénario ne décolle pas vraiment. OK pour l'équipe de foot en difficulté, mais c'est beaucoup trop long au niveau de la narration. Et ces deux défauts sont à mon avis liés.

Il y a quand même un aspect positif indéniable, c'est l'ambiance, et à tous les niveaux. Joueur de foot moi-même, en amateur, mais aussi suporter de grandes équipes, l'ambiance au bar "Chez Mimile" est très bien rendue, de même que les discussions entre joueurs, ou entre dirigeants. C'est une très bonne idée d'y avoir ajouté un fond de politique, car elle n'est jamais très loin du stade, et le fait que le président du club soit aussi un entrpreneur est très crédible. Il y a aussi les spots publicitaires qui sont très drôles. Quand au dessin, malgrè ses imperfections, il reste toujours agréable.

Il y a quand même quelques détails qui clochent, au niveau du dessin, comme par exemple la cage des buts qui fait à tout casser deux mètres de large (puisque le gardien étendu de tout son long touche les deux poteaux), et certaines attitudes des joueurs balle au pieds qui ne sont pas crédibles. Tant pis.

Non, le vrai défaut, c'est ce scnério basé sur un quiproquo entre la vedette qu'on voulait embaucher pour sortir le club de l'ornière, et le pauvre ouvrier maçon qui en plus ne parle pas Français. Mais bon, ce genre d'erreur ne peut pas durer très longtemps, au bout d'un moment, ce n'est plus crédible. Et que dire des banfdits qui ont entérré leur magot dans le stade, c'est complètement impossible. On voit bien que l'équipe joue sur du gazon, comment l'auraient-ils replanté ? C'est un peu n'importe quoi, juste pour le plaisir d'introduire dans l'histoire des bandits qui sont de parfaits abrutis.

Et puis l'histoire traine en longueur, quand même, ce tome s'achève alors que le premier match de la fameuse vedette n'est toujours pas fini, on n'en est même qu'à la première mi-temps. C'est trop long. Et du coup, comme l'histoire n'avance pas, on rechigne à lire toutes ces bulles qui contiennent chacune une reflexion très vraie entendue dans les bars ou les gradins du stade, mais c'est fatiguant.

Voilà, je ne mets pas une trop mauvaise note, parce que j'ai bien aimé globalement, pour les qualités citées plus haut, mais je pense que ça ne mérite pas plus.

5 12 2010
   

C'est poussé par l'afflux de commentaires dithyrambiques ci-dessous que j'ai fait en sorte de me procurer les deux albums parus de cette série. Et c'est peut-être en réaction à l'espoir que j'y mettais du fait de ces avis que j'ai été d'autant plus déçu.

Pourtant, ma lecture ne commençait pas trop mal. Malgré une nette touche d'amateurisme dans le dessin et le lettrage, j'ai en effet trouvé l'ambiance sympathique et l'humour plaisant au premier abord. Mais c'est à la longue que je me suis franchement lassé, gavé de dialogues fleuves prenant beaucoup trop le pas sur la narration graphique et gêné par un dessin dont les défauts de maîtrise me sont apparus de plus en plus flagrants.

Graphiquement, on constate très vite à quel point Malo Louarn est influencé par Franquin. Cela n’a rien de rédhibitoire pour qui, comme moi, aime cet auteur culte et n’est pas dérangé par ses nombreux suiveurs (Seron des "Petits Hommes", Bar2 de "Joe Bar Team", etc...) même si cela surprend parfois de voir des décors urbains qu'on croirait directement recopiés d'un album de "Gaston Lagaffe". Par contre, l'encrage m'a déplu. L'auteur alterne en effet des traits épais et d'autres bien plus fins qui m'ont donné l'impression de traits de brouillon cotoyant les traits définitifs. Il y a en outre un vrai manque de maîtrise à mon goût en matière de pleins et de déliés. A cela s'ajoute des expressions trop récurrentes sur les visages des personnages et une petite tendance à entrainer la confusion entre ceux-ci tant ils sont nombreux et finalement pas si variés.

Concernant le scénario, comme dit plus haut, j'ai trouvé le démarrage plaisant. L'ambiance du foot, de l'argent qui l'accompagne et surtout des innombrables commentaires de tous les spectateurs, médias et politiques sont bien rendus et assez amusants. Les défauts et le côté caricatural et pourtant si vrai de la chose sont bien mis en image, on y retrouve autant le côté amateur que professionnel du monde du football, que ce soit celui des années 80 ou celui d'aujourd'hui.
Hélas, arrivé à la moitié de ce premier tome, j'ai commencé à être lassé. Le postulat de base du scénario, cette confusion entre personnages et les quiproquos que cela implique, m'a paru trop convenu pour permettre de s'en tenir à cette seule idée pour développer quelque chose de vraiment passionnant. L'auteur décide justement d'essayer d'y remédier en alignant d'autres intrigues parallèles, notamment cette histoire de bandits cherchant un magot enterré sous le stade (je n'ai d'ailleurs toujours pas compris comment ils ont bien pu l'y enterrer sans que cela soit vu par les stadiers après les faits) mais cette seconde intrigue m'a plus ennuyé qu'autre chose.
En fait, le principal intérêt du récit consiste à suivre les innombrables réactions et dialogues de tous ceux qui entourent l'équipe de football vedette du coin, joueurs, entraineurs, supporters, habitués du café voisin, politiques, médias, etc... C'est dans ces dialogues que réside le principal de l'humour et qui m'a plu au départ. Le souci, c'est qu'à la longue, les mêmes gags et thèmatiques sont réutilisés de manière trop récurrente, comme de l'humour de répétition qui a fini par me gaver.
Et comme dit plus haut, la narration est beaucoup trop bavarde. Chaque case se révèle être une accumulation de dialogues qui partent dans tous les sens, de sous-intrigues humoristiques devenant finalement plus agaçantes que drôles, et la bande dessinée laisse finalement la place à une sur-enchère de textes, discours, protestations et autres braillages des personnages, qui m'a gavé.

Je suis déçu malgré une bonne entame et une assez chouette retranscription de l'univers entourant le foot, ses supporters et ses détracteurs.

24 9 2010
   

Le foot et la BD ont toujours été mes deux principales passions, c'est donc avec curiosité que je me suis penché sur cet album la semaine dernière.

Et je dois avouer que les gags sont absolument délirants, bien pensés et bien dosés. L'aventure progresse à un bon rythme, le dessin est agréable à l'oeil et les personnages sont attachants. Petit bémol cela dit, l'aventure s'égare parfois un peu dans certaines discussions qui n'apportent pas grand chose... mais c'est vraiment histoire de pinailler !

Avec la saison de football qui vient de recommencer, pouvoir replonger l'espace d'une soirée dans cet univers - fidèlement restitué - m'a vraiment fait beaucoup de bien, et j'espère qu'il en sera de même pour vous !
Courrez le lire !

Thomas :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,50
Avatar de Reflet de l'avatar de
31 5 2010
   

Comme beaucoup j'imagine, j'ai été attiré par le thème de la BD, étant grand amateur de foot. J'avoue qu'avant d'entamer la lecture, j'avais un peu peur de ce qui m'attendais, vu qu'il est rare de trouver des oeuvres qui parlent BIEN de foot. Et là je dois dire que j'ai été très satisfait : la BD nous fait vivre ce sport non seulement via l'aspect purement sportif, mais aussi dans sa dimension sociale voire politique. La lecture en devient d'autant plus passionnante, puisqu'un lien de proximité se crée d'emblée avec l'Olympic FC, avec ses joueurs et avec ses supporters. Rien à dire au niveau de l'illustration, le dessin est de qualité, et le scénario est efficace même si quelques situations n'apportent pas grand chose à l'histoire!

A lire donc, pour les amateurs du ballon rond mais aussi pour ceux qui aiment la BD, tout simplement!

26 1 2010
   

Excellent ! Un pur chef-d'oeuvre ! « La vedette » m'a littéralement fait pleurer de rire !
Cet album est également illustré de façon parfaite. Félicitations à Malo Louarn !
De plus, voir le football et la bande dessinée fusionner pour former un ovni humoristique, je trouve que cela rajoute de l'intérêt à la série.
Même si l'écriture n'est parfois pas très lisible, les gags extrêmement drôles et le style graphique font entrer « La vedette » au rang de grand classique de la BD franco-belge. J'ai vraiment hâte de lire la suite dans « Le canonnier de Vodkagrad ».