46 501 Avis BD |20 162 Albums BD | 7 884 séries BD
Accueil
Tome 2 : Deuxième partie
 

La mémoire dans les poches, tome 2 : Deuxième partie

 
 

Résumé

La mémoire dans les poches, tome 2 : Deuxième partieAfin d'acceder au résumé de La mémoire dans les poches, tome 2 : Deuxième partie, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de La mémoire dans les poches, tome 2 : Deuxième partieTrois ans après le premier tome, Luc Brunschwig et Etienne Le Roux poursuivent l’histoire de ce papy qui doit user de copions pour rafraîchir ses souvenirs. Pourtant, dès la couverture, l’ambiance de ce deuxième volet n’est plus la même et c’est d’une manière différente que le lecteur replonge dans cette belle chronique sociale.

L’auteur abandonne tout d’abord les deux éléments les plus attachants de son récit : le mystérieux papy souffrant de troubles de la mémoire et ce nourrisson affamé qu’il trimballait dans ses bras au milieu d’une banlieue populaire. Mais il change également de décor et l’intimité du bar de Bellemont fait maintenant place aux plateaux télés et aux décors algériens. L’implication des médias et ce voyage sur les traces de Sidoine Letignal enlèvent un peu au côté intimiste du récit.

A la place le lecteur suit l’enquête d’un Laurent Létignal plus mature et se lançant à la recherche de son père, disparu trois ans plus tôt. A l’aide de flashbacks habilement distillés et d’une narration exemplaire, Brunschwig va revenir sur les liens et les mensonges qui unissent la famille Létignal, tout en entretenant le mystère de la disparition du père. Une analyse qui va totalement modifier la perception que le lecteur avait de certains personnages, mais qui va surtout modifier la perception que Laurent avait de ses parents. Etoffant ses personnages et prenant le lecteur à contrepied dès la première page, Brunschwig livre un récit certes légèrement moins intimiste, mais toujours empli d’autant d’humanité et abordant des sujets d’actualité, peu exploités au sein du neuvième art.

Au niveau du graphisme, je reste fan des dessins d'Etienne Le Roux. Le travail de Jérôme Brizard sur la colorisation est également remarquable, même si je préférais l’ambiance des banlieues populaires au niveau des tons. Je n’accroche d’ailleurs pas trop à la couverture de ce deuxième album.

Et si le projet comptait initialement deux tomes, me voilà contraint d’attendre un troisième tome qui devrait lever le voile sur les derniers mystères qui entourent la famille Létignal et sur son papy à la mémoire flanchante.


Chronique rédigée par yvan le 29/06/2009
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 15,44 15,44 15,44
Acheter d'occasion : 12,50
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Juin 2009

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD La mémoire dans les poches, tome 2 : Deuxième partie, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

28 5 2014
   

Tout commence sur le plateau d'une émission de télévision littéraire dans laquelle on apprend que Laurent poursuit sa carrière d'écrivain mais surtout que ca fait 3 ans maintenant que son père a disparu dans la nuit. Cette disparition, c'est l'occasion pour Laurent d'en apprendre beaucoup plus sur ses parents, et sur leur relation : là où on avait l'impression que tout avait été dit dans le tome précedent, voilà que le scénariste donne une teinte plus pessimiste à cette relation. Mais surtout, pour Laurent, il faut maintenant retrouver son père ainsi que l'enfant disparu et l'appel à témoin lui donne un première piste, en Algérie. Là il retrouve tous les papiers que son père mettait au fonds de ses poches, des bouts de papier qsui permettent à Laurent de reconstituer l'emploi du temps du son père. Un emploi du temps rempli d'humanisme tout d'abord, lorsuq'il se rend compte combien son père s'est démené pour réussir là où il avait échoué lui-même. Mais un emploi du temps encore bien incomplet, avec des manques qu'il est difficile de combler en l'absence du principal intéressé, dont la mémoire semble faire défaut. Et puis, il y a toutes ces références à la guerre, à la vie de Sidoine en Alsace dans les années 40 : autant d'éléments qui ne sont pas directement liés aux événements présents et qui ajoutent une dose de mystères. Encore une fois, tout au long de cette enquête, le scénariste saura nous intéresser avec des petits riens, et avec tout ce qui fait notre humanité.

Au niveau des dessins, le trait reste fin, criant de vérité, même si certaines postures de Laurent peuvent sembler bizarres. En revanche, les couleurs me semblent une nouvelle fois trop fades, comme dans le premier tome. Le changement de décor aurait été justement l'occasion de donner un peu plus de peps et de chaleur à l'ensemble.

C'est vraiment une bien belle et riche histoire, qui nous entraine à visiter le passé d'un personnage en égrainant les petits papiers qu'il avait toujours dans ses poches. Ce qui m'inquiète surtout, c'est de voir que cela fait 4 ans maintenant que ce deuxième album est paru, et que l'on attend désormais le troisième tome pour lever tous les secrets de Sidoine. Sans un dernier tome, heureusement toujours prévu, cette série ne pourra laisser qu'un fort sentiment d'inabouti.