46 534 Avis BD |20 177 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 1 : Le voyageur imprudent
 

La Malédiction des sept boules vertes, tome 1 : Le voyageur imprudent

 
 

Résumé

La Malédiction des sept boules vertes, tome 1 : Le voyageur imprudentAfin d'acceder au résumé de La Malédiction des sept boules vertes, tome 1 : Le voyageur imprudent, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de La Malédiction des sept boules vertes, tome 1 : Le voyageur imprudentPremier tome de la série-OVNI de Laurent Parcelier, l'histoire d'un jeune voyageur qui va être confronté à des monstres et des êtres fantastiques, et dont le destin va croiser d'étrange façon de mystérieux objets : des boules vertes aux pouvoirs inconnus mais qui semblent protéger le jeune voyageur.

Une touche d'Heroic-Fantasy donc, mis en image par un graphisme très typé ligne claire: des couleurs qui ne débordent pas, des tons très unis et des traits très rondouillards.

Le dessin pêche sur certaines cases par leur qualité, mais l'univers est telement original et décalé, l'atmosphère tellement onirique et les personnages si attachants et sympathiques que cette série est un vrai petit bonheur. Dommage qu'elle ne soit plus éditée, mais si vous dénichez certains albums, n'hésitez pas !!


Chronique rédigée par vladkergan le 24/06/2002
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de vladkerganReflet de l'avatar de vladkergan
Statistiques posteur :
  • 351 (68,82 %)
  • 73 (14,31 %)
  • 86 (16,86 %)
  • Total : 510 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 2,85 2,85 2,85
Acheter d'occasion : 1,83
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.67
Dépôt légal : Avril 1988

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD La Malédiction des sept boules vertes, tome 1 : Le voyageur imprudent, lui attribuant une note moyenne de 3,67/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

21 1 2007
   

Soyons clairs : sans CoinBD, je n'aurais sans doute jamais lu cet album. En tombant dessus en bibliothèque, je me suis rappelé qu'il y avait des chroniques flatteuses sur ce premier tome et l'ai donc emprunté. Et pour une fois, je suis déçu : "Le voyageur imprudent" ne me paraît pas du tout être une lecture indispensable.

Je ne connaissais pas Parcelier. Cet auteur a été fortement influencé par la ligne claire et les planches font penser à du Hergé... en moins réussi. Le dessin fait vieillot (l'album n'a pourtant même pas une vingtaine d'années, autrement dit est contemporain des "Spirou" de Tome et Janry par exemple, qui n'ont pas pris une ride). La mise en couleurs est basique et terne : dans les scènes répétées d'environnement forestier, la pauvreté des couleurs est vraiment frappante. Il y a même des approximations graphiques, l'auteur ne semblant pas assez sûr de son trait. Le dessin a du caractère, ce qui est positif, mais il est d'une qualité inférieure à la moyenne.

Le scénario n'est pas non plus enthousiasmant. Il y a certes un aspect inventif et lunaire qui est sympathique. Mais l'ensemble manque de rythme, d'approfondissement de l'univers comme des personnalités des personnages. Les événements peuvent être résumés sur un timbre-poste ! C'est dommage car l'idée de départ est attirante : Parcelier aurait gagné à adopter un découpage plus rigoureux de son scénario.

Pas sûr que je lise la suite. En tout cas, ce premier tome est tout à fait dispensable à mon avis.

8 5 2003
   

La première fois que j’ai lu cette bd, cela a été un vrai choc pour moi. J’étais assez jeune, 12-13 ans, quelque chose comme ça… Aujourd’hui encore, en le relisant, je suis toujours sous le charme. On est directement plongé dan cet aventure, tant elle suscite le mystère. Comme le personnage, on est exalté, impatient de partir à la découverte d’un monde encore inconnu, mais aussi angoissé par les dangers qu’il recèle. Parcelier retrouve vraiment ce qui fait l’essence du conte et du récit initiatique. Et il en donne une version bien plus profonde et riche que la plupart des séries d’héroïc-fantasy d’aujourd’hui.