46 488 Avis BD |20 153 Albums BD | 7 883 séries BD
Accueil
Tome 1 : Antonin 1937
 

La lignée, tome 1 : Antonin 1937

 
 

Résumé

La lignée, tome 1 : Antonin 1937Afin d'acceder au résumé de La lignée, tome 1 : Antonin 1937, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

L'histoire commence bien puisque dès les premières pages on apprend que la famille d'Antonin souffre d'une malédiction: celle des aînés qui meurent tous à 33 ans. ça tombe plutôt mal car Antonin approche de la date fatidique, que faire dans ce Paris de 1937, quand il ne vous reste (peut être) que quelques mois à vivre ? Voilà la question qui turlupine le héros, il décide donc de rejoindre sa bien aimé, partie faire la guerre en Espagne.

L'histoire part donc plutôt bien, mais son développement et l'exploitation de la malédiction ne m'a pas parue au rendez vous. Je n'ai pas senti Antonin torturé comme il l'aurait dû. Je n'ai pas trouvé l'histoire d'amour très intéressante, par contre la Guerre d'Espagne est une bonne idée et le rebondissements sont bien là. La seule énigme sur le fait que le héros pourrait mourir ou pas, m'a paru finalement être une idée assez casse gueule, puisqu'au final je me doute de la fin sans trop savoir comment cela va se passer.

La série est en 4 tomes, chaque tome s'intéresse à un descendant et donc une époque, ce qui permet d'avoir un dessinateur par volume sans avoir forcément une continuité graphique. Je n'aime pas ce style, je trouve que ça permet juste de sortir les albums plus vite alors que la qualité n'est pas toujours au rendez vous. Ici c'est Olivier Berlion qui s'y colle, l'auteur de "Tony Corso" au style bien personnel, fait dans cette série aussi du bon travail.

Classique, partant d'une bonne idée, finalement ce premier tome m'a plu sans m'emballer. Je vais lire la suite pour en savoir un peu plus sur cette malédiction familiale.


Chronique rédigée par Olivier73 le 13/01/2019
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Olivier73Reflet de l'avatar de Olivier73
Statistiques posteur :
  • 1912 (80,20 %)
  • 39 (1,64 %)
  • 433 (18,16 %)
  • Total : 2384 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter d'occasion : 7,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.25
Dépôt légal : Mai 2012

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD La lignée, tome 1 : Antonin 1937, lui attribuant une note moyenne de 3,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

25 8 2019
   

Voici le premier tome d’une série concept qui pique un petit peu l’intérêt. Quel peut bien être l’intérêt du premier tome d’une série qui nous précise que le héros va forcément mourir à 33 ans ? En effet, dès qu’on ouvre l’ouvrage on sait déjà que le personnage principal, Antonin, viendra forcément à périr au cours de cet album.

Tout le challenge est justement de trouver les idées qui permettront quand même au lecteur d’accrocher au récit, sans s’attacher de trop à son personnage principal. Et le pari est plutôt gagné, dans la mesure où l’auteur, grâce aux révélations de Cyprien, prend connaissance du concept et de cette malédiction, et que le dossier qu’il remet à Antonin est bien documenté. Ensuite, le scénariste introduit une forte dose d’action en faisant voyager Antonin jusqu’en Espagne, en pleine guerre : il combattra aux côtés des communistes, lui, le professeur en école privée, bourgeois par son mariage. Cette action est agrémenté d’une petite romance, et l’ensemble prend bien, sachant allier efficacement un concept original et un vrai récit de guérilla, aux accents historiques assez intéressants.

Le dessin est quant à lui dans une veine que j’apprécie : un réalisme certain qui se veut ici parfois très académique et figé, mais qui ancre parfaitement cette intrigue dans une réalité historique.

En partant en Espagne, Antonin a laissé un fils, Marius, destiné à la prêtrise. Et pourtant la série compte 4 tomes. Forcément, c’est intrigant, et le concept a été lancé efficacement ici pour que l’on souhaite maintenant connaître ce qui arrive à la génération suivante.