44 637 Avis BD |19 238 Albums BD | 7 645 séries BD
Accueil
Tome 8 : La Mort du Tigre
 

La croix de Cazenac, tome 8 : La Mort du Tigre

 
 

Résumé

La croix de Cazenac, tome 8 : La Mort du TigreAfin d'acceder au résumé de La croix de Cazenac, tome 8 : La Mort du Tigre, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de La croix de Cazenac, tome 8 : La Mort du TigreC’est avec plaisir que l’on rejoint au Caire, la famille Cazenac en mauvaise posture. Le dessin extraordinairement réussi de Stalner est toujours aussi agréable à regarder. Les paysages et les décors sont beaux et les couleurs collent avec précision aux situations.

La situation évolue beaucoup dans ce récit, et on découvre qui est le Tigre, avec une certaine tristesse d’ailleurs. Mais le récit nous ménage beaucoup de surprises et de rebondissements, que je me garderais bien de dévoiler, et on a déjà envie de la suite.

Cet album pourrait se lire seul, mais il est grandement préférable d’avoir lu les autres cycles avant. En effet, il est question de croix détenues par l’Ours, le Loup, le Tigre et plus tard l’Aigle et la réunion des quatres sera l’aboutissement de l’histoire.

Une grande réussite pour ce récit animé et vivant, ou les sentiments guerriers ou amoureux, sentimentaux ou simplement humains sont exacerbés au maximun.

Les personnages ont une vraie personnalité et une vraie présence, et le récit vit pleinement grâce à ces protagonistes mais aussi grâce à un dessin minutieux, soigné, réaliste, presque documentaire parfois et des couleurs claires ou sombres quand il le faut.

A lire sans modération


Chronique rédigée par niavlys le 23/12/2006
 
 
Statistiques posteur :
  • 489 (99,39 %)
  • 2 (0,41 %)
  • 1 (0,20 %)
  • Total : 492 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,29 13,29 13,29
Acheter d'occasion : 9,79
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Septembre 2006

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD La croix de Cazenac, tome 8 : La Mort du Tigre, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

6 2 2017
   

Moi je suis ne toujours pas emballé par cette série, elle me plait certes, mais je suis loin de sauter au plafond. Contrairement à… tout le monde j’ai préféré ce tome au précédent pour la simple raison qu’il y a moins de blabla et plus d’action. Pour le reste je trouve toujours que ça manque parfois de cohérence, les crocodiles font jolis mais je n’y crois pas trop, les personnages ont des réactions parfois bizarres, et le dénouement m’a paru balancé surtout dû au fait que je m’y attendais depuis un petit bout de temps.

Pour moi ce cycle est en dessous du précédent, la confrontation entre Tigre et Ours n’a pas vraiment lieu, et c’est aussi ce que j’attendais. Malgré tout, je suis content qu’on ait changé de pays et d’ambiance, ce qui permet à Stalner de montrer l’étendue de ses capacités en matière de dessin. Je vais me pencher sur les deux derniers albums sans en attendre grand-chose. Je pense sans trop prendre de risque que ça continuera de me plaire sans plus.

28 11 2010
   

C’est une excellente conclusion au diptyque formé par ce cycle qui nous est ici offerte, pleine de surprise et d’aventure. On ne révèlera pas l’identité de notre 3ième chaman pour préserver le plaisir de la découverte au futur lecteur mais on peut faire part de quelques regrets à ce sujet : on ne voit pas une seule représentation de tigre (l’animal - un comble pour un cycle qui lui est dédié, vous en conviendrez…) et la fin « tombe » trop brutalement. L’identité du 3ième adversaire d’Etienne peut être soupçonnée quelques pages avant sa révélation mais on ne voit pas l’intérêt d’une telle issue (« Chaman tigre » aurait pu revendiquer les deux clés d’Etienne sans qu’un combat ne soit nécessaire ou tout simplement lui offrir la troisième ; certes, il y a l’honneur mais bon… faites-vous votre opinion là-dessus) et on n’en comprend pas d’avantage les rouages. On se dit que tout cela aurait pu se passer bien plus tôt ! C’est peut-être la tristesse qui me fait dire ça…
Par ailleurs, l’Egypte, son désert, ses pyramides, sa mythologie (le thème central de cette œuvre rappelons-le) méritait sans doute d’être mieux exploitée que par le biais d’une simple course poursuite dans les égouts du Caire. Ok, il est vrai que sous le crayon d’Eric Stalner, ça reste de toute beauté.
Enfin, j’avoue être un peu blasé par les retrouvailles entre Etienne et Louise à chaque album. Je veux bien entendre parler de passion mais de là à ce qu’il ne faille qu’une case avant de les retrouver systématiquement nus et allongés. Aucune fausse pudeur dans ce commentaire, c’est juste que ça devient un brin sordide.
Ce cycle du crocodile (heuuu… non du tigre… toutes mes excuses) a, en dépit des quelques menus griefs énoncés ci-dessus, été un véritable régal. Je dois vous laisser car j’entends retenir la sirène du Port qui annonce le départ de notre bateau pour l’Amérique et ne voudrais pour rien au monde manquer le dénouement de cette saga.

10 9 2009
   

Un tome que je trouve en-dessous du précédent, mais qui reste d'une qualité indéniable. Je passe rapidement sur les dessins, qui encore une fois sont d'une qualité exemplaire. Bon nombre de scènes sont souterraines ou en intérieur, ce qui ne permet pas au dessinateur de nous combler avec des paysages magnifiques dont il a le secret, mais on sent encore une grande maîtrise dans son travail. Par ailleurs, sur la fin de l'album, les couleurs et les décors redeviennent de toute beauté. Vraiment, les albums de cette série sont beaux à l'œil, et ce huitième tome ne déroge pas à la règle.

Concernant le scénario, l'auteur dénoue son histoire sans bavure, et je dirais presque sans surprise. Après une histoire d'espionnage particulièrement bien menée dans le tome précédent, cette fin de cycle s'apparente plus à une simple histoire d'évasion. Par ailleurs, le personnage d'Azzouz, qui fait son apparition, ne me semble pas vraiment crédible : aussi bien ses actions que ses paroles ne cadrent pas forcément avec son jeune âge. Enfin, j'ai de plus en plus de mal à comprendre la personnalité d'Henri : il semble parfois sympathique, très proche de son frère Etienne et puis, d'un seul coup il peut devenir détestable... L'affrontement de l'Ours avec le Tigre est un bon élément de ce scénario mais l'histoire d'espionnage a pris le pas sur le côté surnaturel de l'histoire et ce dénouement semble arriver bien tardivement à mon goût, et s'articuler difficilement avec le reste de cette histoire égyptienne.

Malgré ces quelques défauts, l'ensemble reste magnifique à regarder et palpitant à lire.