45 068 Avis BD |19 421 Albums BD | 7 701 séries BD
Accueil
Tome 6 : La Tête arrive - Le Grand Nocturne
 

La Brigade Chimérique, tome 6 : La Tête arrive - Le Grand Nocturne

 
 

Résumé

La Brigade Chimérique, tome 6 : La Tête arrive - Le Grand NocturneAfin d'acceder au résumé de La Brigade Chimérique, tome 6 : La Tête arrive - Le Grand Nocturne, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de La Brigade Chimérique, tome 6 : La Tête arrive - Le Grand NocturneVoici le sixième et dernier tome de cette saga qui sonne la fin définitive des super-héros européens. Un tome qui marque le retour de Lebon, l’homme élastique, mais qui est surtout marqué par l’affrontement final entre la Brigade Chimérique et les troupes du docteur Mabuse à Métropolis. Un sixième volet plus porté sur l’action et une conclusion surprenante, à la hauteur du reste de cette excellente saga.

A travers ces douze épisodes qui, tout comme le format, renvoient aux maquettes des comics, Serge Lehman ("La saison de la couloeuvre") et Fabrice Collin ("Tir Nan Og") livrent des petits morceaux de récits qui s’emboîtent avec maestria dans la réalité historique. Puisant ses héros dans la littérature européenne du début du siècle, s’appuyant sur un fond historique et multipliant les références philosophiques, artistiques, littéraires et scientifiques, cette uchronie en six tomes s’avère d’une richesse incroyable. Mettant en jeu l’avenir de l’Europe et des super-héros européens, l’intrigue ne demeure pas en reste et gagne en intensité après une mise en place assez copieuse des personnages et des forces en présence.

Au niveau du graphisme, dans un style qui n’est pas sans rappeler celui du célèbre Mike "Hellboy" Mignola et en s’appuyant sur l’excellente mise en couleurs de Céline Bessonneau, Gess ("Carmen McCallum") livre également de l’excellent boulot.

Une excellente uchronie en six tomes !


Chronique rédigée par yvan le 10/11/2010
 
 
Statistiques posteur :
  • 2344 (58,32 %)
  • 1104 (27,47 %)
  • 571 (14,21 %)
  • Total : 4019 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 10,45 10,45 10,45
Acheter d'occasion : 8,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Octobre 2010

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD La Brigade Chimérique, tome 6 : La Tête arrive - Le Grand Nocturne, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

16 7 2017
   

Et voilà donc l’affrontement final entre la brigade chimérique française et la brigade chimérique allemande dans la ville de Métropolis. Un tome tourné essentiellement vers l’action où les super-forces nazie et françaises s’affrontent, pour proposer ensuite un épilogue qui fera le lien avec Hitler de façon à la fois surprenante et cohérente… L’auteur ne s’est pas contenté de proposer, comme on aurait peu encore le croire une simple caricature de Hitler sous les traits de Docteur M, il va plus loin et propose une synthèse uchronique sa vision avec l’Histoire. C’est noir et pessimiste à souhait, en pleine cohérence avec la période décrite et finalement, si on ne peut s’empêcher d’être surpris de cette conclusion pour une œuvre de fiction, l’Histoire ne permettait pas de proposer un happy end classique. Jusqu’au bout, la série sera atypique aussi bien dans le scénario que dans son graphisme ; une originalité surprenante et forcément prenante.

Sur le scénario de cette conclusion, et avec le recul qu’il permet sur l’ensemble de la série, il y a bien des éléments qui restent inexpliqués, et des personnages qui ont toujours eu du mal à s’imposer : le Nyctalope, dont on se demande au final quel peut être le rôle, si ce n’est représenter une France pleine de bon sentiment mais finalement assez faible dans ses convictions ; le Golem, qui apparaît en toute fin de série alors qu’il serait à l’origine de tout et dont on ne comprend pas bien le rôle, l’homme élastique qui est introduit depuis le début de la série mais dont le rôle reste à définir, ainsi que ces super-héros en Espagne et en Italie, censés représentés les pouvoirs respectifs de ces pays, mais qui ne sont, au final, qu’esquissé. Enfin, si l’ambition de la série était de présenter la « fin des super-héros européens », on se demande bien si l’objectif est atteint : certains de ces super-héros subsistent en fin de série…

La série n’aura pas toujours été très claire dans ces développements, et avec le recul, on peut se dire que la mise en place a été bien longue pour un final qui semble rapidement expédié. Ce dernier tome vient confirmer que la série n’a pas su refermer toutes les portes qu’elle avait ouverte. Mais qu’importe, car le récit est audacieux, original, prenant et que l’essentiel est dit ! Je préfère garder cette appréciation sur l’originalité et l’audace, que sur les quelques scories de scénario. L’univers est d’une richesse incroyable, mêlant allégrement culture populaire des années 30, culture avant-gardiste des surréalistes de l’époque, tradition des romans et feuilletons, et l’Histoire avec un grand H, aussi difficile soit-elle à détourner dans une œuvre fictionnelle.