46 495 Avis BD |20 158 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
L'oiseau bleu
 

L'Oiseau Bleu : L'oiseau bleu

 
 

Résumé

L'Oiseau Bleu : L'oiseau bleuAfin d'acceder au résumé de L'Oiseau Bleu : L'oiseau bleu, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Takashi MURAKAMI, l’auteur de « Chien gardien d’étoiles », revient dans un recueil marqué sur le signe de la perte, la maladie et la vieillesse.
Car, autant le dire tout de suite, « L’oiseau bleu » est assez déprimant. La thématique de ce volume semble être l’inexorabilité du destin et la façon dont l’homme doit faire face aux difficultés de la vie.

« L’oiseau bleu » est composé de plusieurs histoires courtes, on commence par une famille victime d’un accident de la route, la perte d’un enfant et comment gérer l’après. S’ensuit un autre épisode sur un accident dans une sidérurgie qui va laisser un enfant orphelin. Enfant que l’on retrouvera bien des années plus tard en grand père, dans la dernière histoire faisant le lien avec les deux précédentes.
Les trois récits sont donc très plombants, même si l’espoir est aussi un des moteurs du recueil. Le ton se veut poétique et langoureux, mais vire souvent dans la sensiblerie assez facile. Comme dans ce type de narration, la symbolique joue un rôle important, mais n’apporte hélas pas de valeur ajoutée à la psychologie des personnages.
Le trait de Murakami est assez simple et sans être mauvais, fait assez « daté ». La composition est elle aussi des plus classiques, mais c’est sans doute la thématique qui veut ça.

Vous l’aurez compris, « L’oiseau bleu » est un manga assez déprimant. On sent que l’auteur est impliqué dans les thématiques abordées (notamment sur la famille et la maladie), mais on a plus l’impression de lire un carnet de réflexions qu’une véritable histoire. Les mises en situation restent assez faciles, le trait et la structure du récit sont des plus sommaires. Bref, la poésie ne fonctionne pas et on se retrouve devant un volume qui n’a pas grand chose à raconter de plus que de la sensiblerie assez facile.


Chronique rédigée par sigmar le 04/11/2015
 
 
Statistiques posteur :
  • 141 (30,19 %)
  • 134 (28,69 %)
  • 192 (41,11 %)
  • Total : 467 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,50 Note générale
  • Originalité : 2,50 Originalité
  • Scénario : 2,50 Scénario
  • Dessin : 2,50 Dessin
 
Acheter neuf : 14,25 14,25 14,25
Acheter d'occasion : 10,70
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.83
Dépôt légal : Novembre 2015

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga L'Oiseau Bleu : L'oiseau bleu, lui attribuant une note moyenne de 2,83/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

20 1 2016
   

Après "Le chien gardien d'étoiles" aux éditions Sarbacane, Takashi Murakami revient avec un nouveau one-shot riche en émotions, proposé au sein de la collection Latitudes des éditions Ki-oon.

Le récit débute par un pique-nique en famille qui vire au drame lors du voyage retour. La voiture sort en effet de la route, abandonnant la maman avec un mari plongé dans le coma et un fils décédé. Le grand-père paternel vit également très mal la perte de son petit-fils et s’enfonce de plus en plus dans sa maladie d’Alzheimer…

Tout en douceur, Takashi Murakami livre trois tranches de vie bouleversantes, marquées par le deuil. Il y a tout d’abord Yuki, qui a non seulement perdu son fils, mais qui doit aussi s’occuper d’un mari prisonnier d’un coma. Il y a ensuite ce grand-père qui, face à la mort de son petit-fils, préfère s’enfoncer dans le brouillard de sa maladie, imposant ainsi à sa femme la lourde tâche de s’occuper de lui. Puis il y a ce plongeon dans le temps, qui remonte à l’époque où le grand-père travaillait en tant que jeune ouvrier dans une aciérie, et où un terrible accident avait abandonné un enfant orphelin…

Au fil des chapitres, les différents récits se rejoignent et l’histoire gagne en profondeur et en intensité dramatique. L’auteur invite à réfléchir sur la difficulté de se séparer d’un être cher, que ce soit à cause d’un décès ou à cause d’une maladie dégénérative. Abordant des thèmes difficiles tels que le deuil, la maladie et la vieillesse, l’auteur livre un récit plein d’humanité et porteur d’une lueur d’espoir malgré des sujets pourtant très tristes. Il profite également de l’occasion pour pointer du doigt le système médical nippon, qui ne sait pas quoi faire des patients plongés dans un état végétatif et qui n’offre pas le soutient nécessaire aux proches de personnes atteintes de maladies dégénératives.

Visuellement, le dessin sert parfaitement ce scénario riche en émotions et le lecteur à même droit à plusieurs pages en couleurs.

Un one-shot poignant qui aborde des sujets difficiles.

2 12 2015
   

"L'Oiseau Bleu" est un manga qu'il faudra se mettre à lire en connaissance de cause. En effet, les thèmes sont durs et déprimants : la vieillesse, le deuil. Rien de très gai.
Personnellement, j'ai trouvé que l'auteur évitait l'écueil de la sensiblerie facile. A mon sens, les émotions décrites ici (ou tentées d'être décrites) sonnent juste.
L'auteur cherche, par quelques tranches de vie, à nous toucher et nous émouvoir. Sans en faire des tonnes. La narration, assez maligne, forme une sorte de boucle qui relie tous les protagonistes sans tomber dans le larmoyant.
Quelques scènes flirtent même avec le poétique, et pas forcément là où on l'attend le plus.
Graphiquement, le trait est assez simple et s'efface derrière le propos. C'est plutôt un bon choix à mon sens.

Au final, un récit triste, un peu plombant, mais avec une réelle sensibilité.