46 488 Avis BD |20 153 Albums BD | 7 883 séries BD
Accueil
Tome 3 : Ce qui est en Bas
 

L'Incal, tome 3 : Ce qui est en Bas

 
 

Résumé

L'Incal, tome 3 : Ce qui est en BasAfin d'acceder au résumé de L'Incal, tome 3 : Ce qui est en Bas, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de L'Incal, tome 3 : Ce qui est en BasCe troisième opus de la saga "L'Incal" de Jodorowsky et Moebius s'affirme comme étant dans la continuité des autres tomes... De l'action, de la grande science-fiction, et toujours cette histoire d'Incal assez floue...

Jodorowsky nous délivre peu à peu les causes de cette quête, et on se rend compte que la portée de cette mission semble d'une très grande importance pour l'avenir du monde, en tout cas c'est ce que nous fait ressentir la fin de l'album...On est ici dans une atmosphère tendue, le Robot président est à la poursuite des Incals...On assiste là à une poursuite et à côté de cela Jodorowsky nous raconte les évènements qui ont eut lieu lors d'une réunion au sommet sur la Planère d'Or ! Un album palpitant !

Encore une fois, on voit les traits de Moebius changer. Cela est dû entre autre à la mise en couleur qui change de teinte. Des fois pâles, d'autres fois foncées, on assiste à un festival de changement des couleurs. Si Jodorowsky fait preuve d'une grande inventivité on peut en dire de même pour Moebius qui relève avec brio le défi de mettre en image ce monde de science-fiction.

Les albums sont de plus en plus palpitants et on lit toujours avec beaucoup de bonheur les aventures de John Difool !


Chronique rédigée par Charly le 15/07/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 357 (94,44 %)
  • 5 (1,32 %)
  • 16 (4,23 %)
  • Total : 378 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,49 13,49 13,49
Acheter d'occasion : 3,10
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.14
Dépôt légal : Septembre 1983

Avis des lecteurs

7 internautes ont donné leur avis sur l'album BD L'Incal, tome 3 : Ce qui est en Bas, lui attribuant une note moyenne de 4,14/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

16 7 2009
   

Bizarrement, c'est avec un tome intitulé "ce qui est en bas" que cette série prend, pour moi, un peu de hauteur.

Je passe rapidement sur les dessins et la colorisation catastrophiques de cet album, qui reprend de fait les défauts des tomes précédents. Ce vert et ce rouge criards sont vraiment du pire effet. Et puis, étudiez la physionomie de John Difool : comment fait-il pour changer d'apparence aussi rapidement ? Je veux bien croire que, lorsque c'est sorti, ce dessin semblait novateur, mais depuis, il a très mal vieilli. C'est un peu comme le formica : à l'époque, c'était génial, mais maintenant, ça fait défraîchi.

En revanche, au niveau de l'histoire, voilà que l'on fait des avancées significatives : on en apprend un peu plus sur l'environnement politique de cet univers, et la scène du coup d'état est assez rondement menée. J'ai bien apprécié cette partie et notamment la découverte des liens entre les Technos et les autres castes qui composent cette noble assemblée. Le rôle de John Difool dans cette affaire se dévoile un petit peu et on apprend que l'on a abusé de lui pour lui confier la charge paternelle d'un enfant, qui semble pouvoir sauver l'humanité. Pourquoi ? On le saura certainement par la suite. Les relations entre personnages sont assez spéciales : il semble qu'ils n'échangent pas beaucoup, préférant trouver en eux-mêmes la paix intérieure ou la force pour aller toujours plus loin. Il reste bon nombre de questions à l'issue de ce troisième tome, mais au moins, on sait à peu près à quoi s'en tenir. Il restera à expliquer pourquoi John Difool ne se souvient a priori pas des événements passés, pourquoi lui a été choisi et pas un autre, d'où viennent les Incals... et plein d'autres... Mais les débuts d'explications présents dans ce tome relancent l'intérêt pour cette histoire.

Encore une fois, je suis surpris : j'ai mis du temps à me lancer dans cette histoire, tellement le dessin m'avait rebuté. Finalement, je pense que je ne m'habituerai jamais à ces couleurs, mais le fonds de l'histoire est plutôt intéressant, même si je trouve que les relations entre les personnages mériteraient d'être approfondies (Animah et Tanatah sont sœurs et ne s'adressent pas une fois la parole). En tout ca, ce tome invite nos héros à faire la paix avec eux-mêmes (scène des rats) et avec les autres (pour ouvrir une porte) : certainement une invitation à tous les lecteurs du monde d'en faire de même....

15 10 2007
   

Un pas de plus dans le délire de l'Incal.

Et plus le temps avance, plus les albums défilent, plus le délire post-soixante-huitard progresse et devient évident. Les différents éléments qui feront le succès de séries telles que "La Caste des méta-barons" sont mis en place ici, le lecteur découvrant le dernier des méta-barons lui-même. C'est assez agréable de lire la génèse de tout l'univers qui gravitera plus tard autour de cette série qu'est "L'Incal". Les différents personnages s'affinent, leur psychologie se développe, donnant encore plus d'intérêt à une histoire ultra-originale et finalement à contre-courant de la production de l'époque.

Inutile de s'éterniser une fois de plus sur le dessin de Moebius. Son style a fait école, et il suffit de parcourir les différentes pages de cet album pour le comprendre. Son trait, à l'époque, était ultra-novateur.

Un tome très sympa, donc.

18 5 2007
   

Ce troisième tome continue sur le même rythme effréné que les tomes précédents et nous livre la suite du cliffhanger en fin de tome 2. Après avoir survécu au tourbillon d’acide, une équipe de 7 compagnons (Deepo, le Méta-Baron, John Difool, Solune, Kill-tête-de-chien, Tanatah et Animah) va se former afin d’affronter les forces des ténèbres.

Ce scénario, où John Difool doit faire face aux diverses mutations de la nécro-sonde, à Gorgo le sale et aux psycho-rats, est toujours aussi riche et déjanté. Un tome riche en révélations, surtout concernant Solune et son rôle, ainsi que concernant les liens entre les différents protagonistes et les diverses forces qui prennent part à cette gigantesque machination.

A l’inverse du tome précédent, qui était construit sur plusieurs histoires parallèles, incluant chacune différents personnages, des équipes se forment dans ce tome où plusieurs éléments se regroupent, tout en continuant à nous livrer son lot de surprises et découvertes.

4 1 2007
   

Après les deux premiers tomes, qui se passaient entièrement sur la planète (La terre ? Sans doute. On le saura à la fin de l'album), ce troisième tome prends une dimension galactique. On avait entrevu ça et là un empereur de l'univers (Imperoratriz pour être exact), des vaisseaux spatiaux, des extra-terrestres, mais cette fois-ci on est à fond dans le space Opéra.

L'intrigue relativement simple qui s'était mis en place, guerre de la lumière contre les ténèbres, avec sept compagnons pour la défendre tels les preux chevaliers d'antant, devient beaucoup plus complexe, et certains détails montrent que ce n'est pas fini. En attadant, cette aventure est une quête, un parcours initiatique dans un labyrinthe, une succession d'épreuves. Pour contrer la progression des sept héros (chiffre magique), des ennemis implacables, les diverses mutations de la nécro-sonde, Gorgo le sale, les psycho-rats aussi, en fait, et surtout nos héros eux-mêmes qui devront faire la paix avec leurs instincts, leur moi intérieur, pour franchir la barrière ultime.

Ce tome nous présente également un nouveau second rôle, le Kamar Raïmo, mais surtout nous donne un aperçu des castes qui dirigent l'empire, donc l'univers. On les retrouvera avec plaisir dans une très bonne para-série "Les Technopères". On entrevoit enfin la vaste machination des ennemis de l'empire, certains étant même manipulés par d'autres, qui eux mêmes ..... Mais alors dans tout cela, qui tire vraiment les ficelles ?

Patience, et rendez-vous dans le tome 4.

22 1 2006
   

Après le tome 1, le tome 2, voici encore mieux !
L'aventure n'arrête pas de bouger, il y a de l'action, du mouvement, et les héros se définissent.
Ils sont sept, sept poursuivi par le Prez et sa (ses) mue (s) ultime (s). Et ça donne un tome intense, rempli, haletant, plein de découvertes, de nouveautés.
On est entraîné au milieu du monde (un vrai tourbillon) et les monstres succèdent aux horribles, on les aperçoit durant la fuite en avant des héros.
Moebius nous offre des décors superbes, des visions et des cadrages rares, du jamais vu.
La science fiction retrouve ici ses vraies valeurs, et des titres de noblesse.
Le récit court, vraiment, et nous on a envie de savoir la suite, je n'ai pas vu le livre s'écouler, la fin me frappant en plein vol vers l'évasion.
Bref, un divertissement parmi les ultimes réussites, un chef d'oeuvre, une série qui devient ici emblématique.

17 9 2005
   

Contrairement aux tomes précédents, notre héros s'est lié avec des personnages qui étaient auparvant ses ennemis, en quelque sorte.
Du coup, les aventures se révèlent plus optimistes, car maintenant, c'est une équipe qui fuit la police du président. Il y a la tête de chien, Animah et sa soeur, Jhon Diffool et son oiseau Deepo evidemment, et le kill, ainsi que son fils, qui découvre à la fin du tome quelque chose d'important. Tous ses personnages sont liés entre eux, et à l'incal, qui deviendra plus fort que jamais dans ce tome ci...( enfin je n'ai pas lu la suite, mais pour l'instant...)
Ils se passent surtout des accrochages avec l'ennemi, il y a moins de problème vis à vis des personnages, c'est la bd détente...
Encore une fois, j'ai adoré les dessins, les couleurs, totalement déjantées, il faut avouer !
petit conseil : Avant de lire ce tome ci, plutôt lire les tomes 1 et 2, car il ne figure pas d'explication très nette sur la situation des personnages et de l'histoire.