40 951 Avis BD |17 400 Albums BD | 7 034 séries BD
Accueil
L'île aux cent mille morts
 

L'île aux cent mille morts

 
 
 

Résumé

L'île aux cent mille mortsAfin d'acceder au résumé de L'île aux cent mille morts, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de L'île aux cent mille mortsRangé au sein de la collection "1000 feuilles" des éditions Glénat, ce one-shot signé Vehlmann et Jason s’avère assez sobre, mais plutôt efficace.

L’histoire de cette fille qui trouve une bouteille jetée à la mer avec, glissée à l’intérieur, une carte indiquant l’emplacement d’un trésor légendaire et qui se lance à la poursuite du butin en compagnie d’une bande de pirates, n’a rien de vraiment originale en soi. L’auteur va cependant parsemer son récit de quelques éléments qui entretiennent l’intérêt de l’histoire (la recherche du père, la manière dont elle trompe les pirates, etc) et d’une idée centrale qui alimente son côté surréaliste et burlesque.

La chasse au trésor se retrouve en effet très vite dans l’ombre d’une mystérieuse école de bourreaux, où le lecteur découvre avec un mélange de stupéfaction et d’amusement, des enfants qui apprennent l’art de torturer et d’exécuter. Le décalage entre ces scènes d’une cruauté gratuite et ces animaux anthropomorphes au physique sympathique fait inévitable mouche. Et finalement, derrière la simplicité apparente du scénario, le lecteur découvre une grande maîtrise scénaristique et un récit débordant d’humour noir.

Au niveau du graphisme, le trait épuré et caractéristique de Jason joue la carte de la sobriété, tout en parvenant à accentuer le côté burlesque des scènes. Le décalage entre le texte de Vehlmann et le dessin faussement simpliste du norvégien font la saveur de cet album. Soulignons finalement la colorisation uniforme et parfaitement maîtrisée d’Hubert, qui apporte également beaucoup au graphisme.


Chronique rédigée par yvan le 28/02/2011
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2144 (59,01 %)
  • 937 (25,79 %)
  • 552 (15,19 %)
  • Total : 3633 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : Clic !15,50 Clic ! Clic !
Acheter d'occasion : 4,50
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Janvier 2011

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD L'île aux cent mille morts, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

25 6 2012
   

La couverture de cet album est assez intrigante :
deux personnages anthropomorphique, un enfant et vraisemblablement un pirate, sur une île comportant des tombes.
La seule vue de cette couverture donc, laisse penser : encore une histoire de pirates.
Mais à la lecture de l'album, même si effectivement il y a des pirates, c'est tout autre chose. C'est une quête du père, c'est la découverte d'un centre de formation de bourreau, c'est enfin un scénario plus complexe qu'il n'y paraît, bien servit par un graphisme faussement simple et très efficace.
J'ai vraiment bien aimé ce one shot. L'idée d'une école de bourreau, avec cours théoriques, cours pratiques quand il y a une réserve de cobaye, est très bonne.
L'humour est évidemment assez noir, avec quelques dialogues assez savoureux. (l'école possède entre autre une section recherche et développement, le directeur s'interroge sur la perte de noblesse du métier à se mettre à tuer à la chaîne, et que dire de la collection de têtes séchées).
Le trait de Fabien est au départ assez déroutant, mais finalement colle parfaitement à l'ambiance. Malgré de grand yeux rond, voir des cagoules, les personnages principaux possèdent néanmoins une forte personnalité. C'est d'ailleurs un choix audacieux de prendre des personnages canin, on pense alors à du Disney, pour développer un scénario au final assez morbide. Mais c'est un choix payant.
Un album étonnant dont je conseille la lecture.