46 545 Avis BD |20 181 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Intégrale - Le secret de l'étrangleur
 

L'étrangleur : Intégrale - Le secret de l'étrangleur

 
 

Résumé

L'étrangleur : Intégrale - Le secret de l'étrangleurAfin d'acceder au résumé de L'étrangleur : Intégrale - Le secret de l'étrangleur, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de L'étrangleur : Intégrale - Le secret de l'étrangleurPré-publiée sous forme de 5 pseudo-journaux au prix démocratique de 1,80 EURO pièce, Casterman nous livre ici l’intégrale en version cartonnée de cette adaptation réussie de «Monsieur Cauchemar» de l’écrivain français Pierre Siniac.

En début d’album, on retrouve les articles et chroniques qui nous plongeaient dans l’ambiance parisienne des années 50-60 en début de chacun des 5 journaux, tout en remémorant les événements principaux du tome précédent. Et l’on peu se demander si ces articles ne dévoilent pas un peu trop de l’histoire en étant placés en début d’intégrale.

Une fois passé cette introduction on plonge dans les ruelles étroites de Paris, qui se vident le soir au tombé de la brume quotidienne et se transforment en scène de crime pour cet étrangleur qui commet ses méfaits en toute impunité grâce à la grève policière.

Le dessin nous plonge dans l’ambiance de Paris vers le milieu du siècle précédent. Une ville de Paris que Tardi aime dessiner ("Le petit Bleu de la côte ouest", "Le Cri du Peuple") et qui offre à l’étrangleur les conditions idéales pour frapper (grève de la police et brouillard épais).

Si on ne peut qu’applaudir le format de prépublication original, bon marché et novateur, cette intégrale également disponible en version de luxe avec DVD me satisfait beaucoup moins.

Alors que le roman original de Pierre Siniac connaît 3 fins alternatives, Tardi avait encore élaboré quelques variantes personnelles lors du cinquième tome de la prépublication. Toutes ces fins se trouvent également dans cette intégrale cartonnée, tout en nous réservant encore quelques variantes supplémentaires dissimulées dans des doubles pages hermétiquement fermées, qu’il faut découper pour les découvrir !

Si toutes les fins proposées lors de la prépublication ne se valaient déjà pas, les fins additionnelles proposées ici ne valent pas vraiment le détour. De plus, ces doubles pages hermétiquement fermées sont vraiment frustrantes à ouvrir.

Notons que Canal BD a également sorti un coffret qui permet de contenir l'album cartonné et les 5 journaux. Chaque coffret est de plus agrémenté d'une enveloppe kraft reprenant une série de cases, mises en couleurs spécialement pour l'occasion.


Chronique rédigée par yvan le 09/10/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 2,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,52 11,52 11,52
Acheter d'occasion : 8,44
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.25
Dépôt légal : Septembre 2006

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD L'étrangleur : Intégrale - Le secret de l'étrangleur, lui attribuant une note moyenne de 3,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

20 5 2007
   

L'histoire se passe dans le Paris de l'après-guerre ; un Paris pas encore reconstruit, avec ses vieilles rues, ses pavés, ses atmosphères, ses "gueules" qui y marchent, s'y promènent, s'y dévoilent...
L'album est l'adaptation d'un roman de Pierre Siniac. Tardi en suit la ligne directive et -comme pour l'original- offre également plusieurs fins différentes.
J'ai suivi les traces de Valentin Esbirol. Valentin ?... Il vit à Paris. Mais surtout, il profite du brouillard et d'une grève de la police pour étrangler des gens. Mais comment fait-il ?... Ben, il les hypnotise et les invite ainsi à accepter leur mort...
Chouette postulat que voilà !...
Qu'ai-je lu ?... une bonne histoire, assez bavarde quand même, avec des "fins" parfois bien farfelues. Un album dont les enjeux -à sa lecture- sont difficile à apprécier avant les dernières pages.
Le dessin ?... C'est "du Tardi" ; un style graphique que je n'apprécie pas trop et -comme indiqué dans plusieurs autres avis référenciés à cet auteur- dont je ne saurais vraiment pas en dire le pourquoi

20 5 2007
   

En 1959, Paris a peur, un étrangleur sévit alors qu'une grève très suivie touche la police. J’aime toujours le dessin de Tardi qui n’a pas son pareil pour dépeindre la ville de Paris. Par contre, le scénario, adaptation d’un roman de Pierre Siniac, m’a un peu déçu. Je le trouve un peu trop fouillis, et par moment très embrouillé.

Le support est cependant intéressant, puisque Tardi propose 3 fins alternatives, que l’on peut découper au couteau. Les articles de presse (de la première version) se retrouvent au début de l’ouvrage. A mon avis, une œuvre plus intéressante par toutes ses annexes que par son propre contenu.

22 10 2006
   

L'étrangleur, l'intégrale.
Ca fait froid dans le dos.

Tardi nous concocte une fois encore un joli livre, un peu différent de son ton habituel, grâce à la présence à l'écriture de Pierre Siniac.

Après les 5 volets mensuels sortis en format A3 entre avril et septembre 2006, il nous relie le tout dans une version moins grande, plus compacte.
On retrouve, malgré quelques différences, l'essentiel de ce qui a fait le succès de la sortie du feuilleton, mais la présentation diffère. Les textes sont regroupés, en début d’œuvre, ce qui donne un bon pavé à lire. Franchement, j'ai préféré la version initiale, qui aurait peu être reproduite ici sans difficulté. A mon avis, c'était plus percutant journal par journal.
Quelques fins ajoutées n'apportent pas non plus grand chose, celles déjà données me semblant moins tirées par les cheveux. C'est vrai aussi, à ce moment, on est plus dans la créativité que dans la vraisemblance, alors, il faut peut être se laisser porter...

Le dessin de Tardi, enfin, qu'en dire ?
Ses personnages sont des personnages de Tardi, comme ceux de Nestor Burma ou du Cri du Peuple: Tardi fait du Tardi. On aime ou pas, mais moi je retrouve ces amis familiers à chaque ouvrage. Un peu de retrouvailles, ça fait du bien.

Bilan final: un beau livre, bien mis en page, mais sans doute à conseiller surtout à ceux qui n'ont pas acheté "L'étrangleur" au coup par coup, car sinon, je pense qu'on reste un peu déçu.