46 341 Avis BD |20 081 Albums BD | 7 869 séries BD
Accueil
Tome 6 : Les larmes de Tlaloc
 

L'Épervier, tome 6 : Les larmes de Tlaloc

 
 

Résumé

L'Épervier, tome 6 : Les larmes de TlalocAfin d'acceder au résumé de L'Épervier, tome 6 : Les larmes de Tlaloc, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de L'Épervier, tome 6 : Les larmes de TlalocConclusion de ce premier cycle de "L'Épervier" ...

Comme depuis le début, c'est très classique mais de bonne facture. L'originalité n'est pas spécialement de mise mais l'ambiance générale suffit à être dépaysé et à passer un bon moment.

On peut regretter le fait que les personnages secondaires ne soient pas assez exploités (on ne peut pas vraiment s'attacher à l'équipage de l'Epervier malgré des personnages qui mériteraient d'avoir un passé plus développé ... peut-être pour le prochain cycle ?).

Le dessin est resté le même du début à la fin ce qui donne une belle unité à la série. Je le répète, mais je trouve les bateaux très bien dessinés. Pour le reste, c'est correct.

Voilà une bonne série qui s'achève ... à vous de voir si l'achat se justifie ou pas !


Chronique rédigée par david le 21/05/2006
 
 
Statistiques posteur :
  • 559 (44,51 %)
  • 290 (23,09 %)
  • 407 (32,40 %)
  • Total : 1256 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,40 11,40 11,40
Acheter d'occasion : 9,86
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.93
Dépôt légal : Janvier 2005

Avis des lecteurs

7 internautes ont donné leur avis sur l'album BD L'Épervier, tome 6 : Les larmes de Tlaloc, lui attribuant une note moyenne de 3,93/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

27 1 2014
   

J'ai vraiment beaucoup aimé. Bon, c'est sûr que, comme le dit l'avis de Kklodd, le scénario use de plein de facilités mais ça ne m'a absolument pas gêné. Depuis le tome 2 j'ai bien compris qu'on avait affaire à de l'Aventure avec un grand "A", et à ce titre je suis beaucoup plus laxiste sur le scénario. Ce qui compte c'est que ce soit prenant, avec un minimum d'action et de revirements de situations et ce 6ème tome, dernier du premier cycle, cloture bien le tout, de la chasse au trésor, à la malédiction, à la petite histoire d'amour, le duel à l'épée, il y a tout ou presque, puisque je regrette qu'il n'y ait pas un petit peu plus de bateaux.
Pellerin nous avait en effet habitué à nous dessiner les plus jolis spécimens, et là, il n'y en a quasiment aucun. Mais tout cela n'est pas grave, car le reste est de toute beauté, les paysages, les architectures mais ce qui me tape toujours dans l'oeil, ce sont ses nuages que je trouve fabuleux, je crois bien que c'est le seul à les dessiner comme cela.
Quel dommage qu'il faille attendre si longtemps entre chaques tomes, je plains ceux qui n'ont pas pu faire comme moi, c'est à dire découvrir ce premier cycle sans attendre la sortie des albums.

14 8 2012
   

Et ben moi j'ai plutôt été déçu par cet album. J'étais pourtant très enthousiaste sur les 1ers tomes de la série mais la qualité est allé en s'étiolant.
Le dessin n'y est pour rien au contraire. Les décors et les vaisseaux sont toujours admirables et les couleurs bien choisies. C'est un style entre Juillard et Bourdon. Très beau travail graphique.
C'est le scénario qui ne suit pas. Trop d'improbabiltés, de facilités... Comment croire qu'Agnès puisse simplement oublier qu'elle transportait un précieux carnet ? Et qu'elle le lise si lentement sans même commencer par la fin, sachant qu'il donne probablement l'emplacement d'un trésor fabuleux ? Qu'elle l'oublie aux pieds de ses ennemis en fuyant !?
Comment croire qu'on puisse faire peindre un arbre, sans le modèle, et qu'il soit réaliste au point d'être reconnu et retrouvé en pleine forêt ?
Et qu'un tel trésor soit si rapidement dépensé, de façon certainement très modeste en plus, c'est dur à croire aussi. Ou alors on ment au héros, mais alors il est bien naif d'y croire sur parole.
Et il y a plein de petits truc comme ça qui m'ont empêché d'adhérer à cette fin de 1er cycle. Dommage car l'aventure avait parfaitement commencé. Cependant ça reste une bonne aventure romanesque maritime qui mérite quand même le détour. J'espère simplement que le début du prochain cycle retrouvera la recette qui m'a enthousiasmée avec le tome 1.

8 3 2009
   

Bon. C'est fini. Marion est partie vers de nouveaux cieux, et notre épervier est toujours en quête de mer.
Cet ultime tome clôture ce premier cycle comme on pouvait s'y attendre: la disparition des "méchants" et des révélations sur le trésor. Et Yann s'y amuse, dominant désormais la situation (pour cela, rien de tel qu'être sur son terrain).

Patrice Pellerin a le bon goût de ne pas finir par une histoire d'amour trop mièvre et trop convenue, et il continue a nous proposer des illustrations de grande qualité.
Ces 6 livres m'auront tenu en haleine, et c'est la qualité du scénario, l'organisation initiale, la trame que je retiendrai en premier.
Il reste quand même que je pense toutefois que cette série, si elle est indéniablement de qualité, manque un peu de folie et de contre-pied.

J'ai quand même passé un moment bien agréable avec ces 6 tomes, grâce aux décors dépaysant, aux dessins impeccables, aux paysages bretons, et à une belle intrigue.
Si vous aussi voulez déguster de belles pages de BD avec tranquillité, et vous faire plaisir, cette série est pour vous.
De petits bonheurs simples, et alors ? S'en priver serait abusif.

5 10 2008
   

Une fin de cycle en apothéose romanesque et chevaleresque. L'originalité du scénario n'est pas renversante, comme pour les précédents tomes, mais le sujet est traité avec une grande honnêteté, comme pour les précédents tomes. Finalement, j'ai aimé suivre les pérégrinations du chevalier de Kermeur, de ses amis ou ennemis, depuis les forêts de Guyane jusqu'à Kermellec, là où tout avait commencé.

J'ai trouvé le scénario bien emmené, bien rythmé, avec un petit rebondissement sympathique dans cette histoire linéaire. Un des personnages notamment, qui fait amende honorable sur son lit de mort, est très développé et son changement d'attitude permet la réhabilitation de notre chevalier et par là-même, la fin de cette histoire. De même, l'intrigue autour du trésor amène aussi son lot de surprises et c'est tant mieux. Bien que convenu, le scénario a su apporter suffisamment d'éléments nouveaux, suffisamment de rebondissements, pour rester intéressant.

Quant aux dessins, cet album finit la série en apothéose... Dans ce tome, on se rend compte que Pellerin est un superbe dessinateur classique, très doué pour nous emmener dans des paysages au réalisme incroyable : les plages, les marais, les forêts et les villes de Guyane d'abord, les navires en haute mer ensuite, les paysages et décor breton enfin. A l'image de l'ensemble de la série, cet album propose des vues détaillées de paysages différents. Le lecteur est ainsi baladé d'un bout à l'autre du globe, et en prend plein les yeux.

J'ai particulièrement apprécié...

5 2 2008
   

Un bon album qui met fin à la geste de Yann de Kermeur, victime d’une accusation de meurtre infondée.
A nouveau j’ai apprécié la mise en scène solide, le souci du détail et –surtout- la rigueur historique. On sent vraiment que Pellerin connaît bien cette Bretagne où il est né (sans oublier la Guyane où il y a fait quelques séjours).
Le dessin –sans surprise, mais tant mieux- est précis et méticuleux.
Un bon album que j’ai terminé avec, encore en tête, l’odeur de la poudre à canon et des mousquets, l’ambiance de cette grande aventure avec ses nobles, ses traîtres, ses félons, ses manants, ces bateaux, ces abordages…
Un bien bon dernier tome de cette série qui n’a rien à envier (dans un autre style) à celle de Barbe Rouge.

3 8 2007
   

C’est la fin de ce premier cycle. Après bien des péripéties, Yann de Kermeur pourra enfin se sentir un homme libre. D’autres auront perdu la vie pour avoir voulu plus que raisonnable. L’Amour n’aura pas été absent de cette histoire mais l’évolution du récit fait de L’Epervier un Aventurier et concilier la vie de marin avec les sentiments est assez difficile.
Cet album conclut avec brio cette formidable aventure, ou le mot Aventure a encore un sens. C’est avec plaisir que j’ai relu entièrement cette série et encore une fois, j’ai eu grand plaisir à regarder ces magnifiques navires toutes voiles dehors, mais aussi ces maisons et palais de toute beauté, sans oublier ce voyage en Guyane qui était très dépaysant.
Pellerin qui a assuré l’ensemble de ce travail (scénario, dessin, couleurs), est donc un auteur complet qui a su nous passionner dans cette histoire de corsaires et de trésors.
Cette série, malgré quelques défauts, notamment la représentation des visages, est réussie et mérite sa place dans une collection.