46 469 Avis BD |20 139 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
L'autre fin du monde
 

L'autre fin du monde

 
 

Résumé

L'autre fin du mondeAfin d'acceder au résumé de L'autre fin du monde, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de L'autre fin du mondeL’auteur suisse Mathieu Baillif, alias Ibn Al Rabin ("Cot Cot", "Retour Ecrémé", "Faudrait voir à voir", "Le monde change trop vite") livre ici un album pour le moins surprenant. Divisé en 26 chapitres numérotés de A à Z, l’objet de 1120 pages n’est pas sans évoquer un dictionnaire, de par sa structure, son format ... et son prix.

La trame principale aborde la perte d’un être cher. Mais, si la mort et l’amour qui séparent et unissent le couple sont au centre de cette histoire, d’autres thèmes sont également abordés à travers plusieurs récits parallèles qui viennent s’entremêler de manière structurée et cohérente au récit principal. Au fil des pages, l’auteur passe d’une histoire à l’autre, tout en faisant avancer l’histoire de Milch. Le lecteur se prend vite à ce jeu intriguant qui, malgré son côté fantaisiste, livre les pièces manquantes du puzzle constitué par la vie (et la mort) des différents personnages.

Si le sujet est émouvant, Ibn Al Rabin parvient à l’aborder avec drôlerie : répliques hilarantes, humour corrosif, répétition de scènes amusantes (le sommeil de Jean-Michel, le chapeau au lit, etc.), … sont alternés avec les moments plus touchants. Excepté une scène d’émeute impliquant tous les habitants et le maire du village, qui vient entrecouper le côté contemplatif du récit, j’ai adoré cette lecture de la première à la dernière page … et au-delà.

Malgré un dessin fort minimaliste, usant d’ombres chinoises pour représenter les êtres vivants, Ibn Al Rabin parvient à donner une grande expressivité à ses personnages. Des protagonistes qu’il parvient à différencier à l’aide d’attributs distinctifs comme chapeaux, casquettes, barbes et autres. En s’allouant une grande liberté au niveau de la composition des planches il parvient à introduire énormément d’originalité et d’audace dans son dessin, malgré un style très épuré. Du grand art !

De simples lignes avec lesquelles Ibn Al Rabin parvient à nous toucher durant plus de mille pages. Une ligne entre la vie et la mort que les gens aiment tracer de manière bien visible, presque rassurante. Une frontière que l’auteur va s’amuser à franchir au fil des pages en autorisant la mort à visiter la vie au quotidien. Ibn Al Rabin ne situe pas forcément la mort après la vie et vient donner une toute autre dimension à la vie après la mort dans ce chef-d’œuvre émouvant et drôle.

Indispensable !


Chronique rédigée par yvan le 26/11/2007
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 40,47 40,47 40,47
Acheter d'occasion : 32,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.25
Dépôt légal : Septembre 2007

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD L'autre fin du monde, lui attribuant une note moyenne de 4,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

14 12 2007
   

Un album vraiment à part de par sa taille, son format et son contenu. Un énorme pavé de plus de 1120 pages, à la couverture cartonnée, au papier fin et solide, presque papier bible, le tout rappelant fortement un dictionnaire d'autant que ses chapitres sont numérotés de A à Z. Dedans, une unique et longue histoire fleuve au graphisme minimaliste, profitant pleinement de toute la longueur de l'album pour offrir une narration très ouverte, des cases parfois uniques par page et une mise en page libérée de toute contrainte. Un album au prix également impressionnant qui m'a fait tourner autour pendant longtemps sans oser l'acheter.

Finalement, je me suis laissé convaincre et je ne suis pas déçu de mon achat.
C'est une très longue BD que j'ai mis 4 soirées à lire dans son ensemble, me forçant chaque soir à arrêter ma lecture sous le coup de la fatigue car la narration est très fluide et très prenante. Au final, je ne considère pas que c'est une BD indispensable ni un récit vraiment marquant, mais j'ai passé un très bon moment à la lire. Je ne suis donc pas déçu de mon achat, ne serait-ce que pour l'objet qui est très beau mais aussi car finalement, en terme de plaisir et de temps de lecture, le rapport qualité-prix est bien respecté.

Bref, quel est donc ce contenu ?
C'est une histoire sur la mort et l'amour après la mort. C'est l'histoire d'un homme qui voit chaque nuit le fantôme de sa femme sortir de sa tombe et partir pour de mystérieuses balades sans jamais lui parler.
A cette histoire très contemplative viennent peu à peu se greffer de nombreux autres personnages clés. Tous ces personnages sont variés et intéressants, ils ajoutent beaucoup d'intérêt et de récits parallèles à la trame principale.
Au fantastique et à l'émotion du récit tel que présenté ainsi s'ajoute aussi beaucoup d'humour. Les dialogues sont très modernes, parfois mêmes accompagnés de mots d'un argot que je ne connais pas. Et certaines répliques, réparties et autres situations sont vraiment hilarantes. Bref, il n'y a là aucun pathos, le récit est léger et agréable.

Le graphisme est le style minimaliste qu'affectionne Ibn Al Rabin. J'avoue avoir craint en début d'album de souffrir à la lecture d'une aussi longue histoire représentée essentiellement en ombres chinoises, avec des personnages (hormis les fantomes) qui ne sont que des silhouettes noires très simplifiées. Mais j'ai découvert à quel point Ibn Al Rabin est capable de donner une vraie personnalité et une formidable expressivité à ses personnages tous simples, par des positionnement de la tête par rapport au corps, par une bouche qui s'ouvre, par de basiques éléments corporels pour différencier les personnages. A tel point que l'imagination fait le reste et j'ai vraiment gardé en tête l'image de décors marquants et de personnages attachants, alors même que les images sont épurées au possible.

Quant à mon ressenti sur l'ensemble de l'oeuvre ?
J'ai été très accroché par la première moitié de l'album, par sa partie contemplative, par son ambiance mystérieuse et son petit lot de personnages. J'ai un petit peu décroché à partir de la moitié quand les choses s'accélèrent et que l'espèce de huis-clos du départ s'ouvre vers plus d'action et une foule de personnages. L'ambiance s'y est délitée à mes yeux.
Le récit n'en reste pas moins bon et très plaisant à suivre. Et la fin est assez sympathique, sans être marquante comme les fins de très longues histoires savent souvent l'être pour moi.

Un bel objet et une lecture que je vous conseille malgré son prix qui en refroidira plus d'un.