46 603 Avis BD |20 219 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
L'artiste de la famille
 

L'Artiste de la famille : L'artiste de la famille

 
 

Résumé

L'Artiste de la famille : L'artiste de la familleAfin d'acceder au résumé de L'Artiste de la famille : L'artiste de la famille, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de L'Artiste de la famille : L'artiste de la famille... Difficile...

L'album en soit n'est pas une bande dessinée, mais plutôt un recueil de textes écrits à chaud par Larcenet, et très largement illustrés.

Le processus de gestation est intéressant : écrits comme un journal intime pour "aplanir les choses", Larcenet s'est mis à dessiner sur ses textes, presque par hasard, fasciné. Le résultat est pour le moins surprenant, étrange et déstabilisant.
Vous qui connaissiez "Bill Baroud", "La Loi des séries", "Les super-héros injustement méconnus" et autres séries comiques, vous allez tomber de haut !

Larcenet livre ici ses pensées les plus noires, son malaise le plus profond. Pas sous forme très réfléchie ni très élaborée, mais le sentiment de ce malaise, tant par les textes que par les dessins.

Après ça, on voit ses autres séries avec un autre oeil...


Chronique rédigée par CoeurDePat le 06/11/2002
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de CoeurDePatReflet de l'avatar de CoeurDePat
Statistiques posteur :
  • 257 (75,15 %)
  • 18 (5,26 %)
  • 67 (19,59 %)
  • Total : 342 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 9,69 9,69 9,69
Acheter d'occasion : 15,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.14
Dépôt légal : Octobre 2001

Avis des lecteurs

7 internautes ont donné leur avis sur l'album BD L'Artiste de la famille : L'artiste de la famille, lui attribuant une note moyenne de 4,14/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

3 1 2006
   

J'ai eu du mal à accrocher au début de cet album. Les premiers textes sont noirs, trop torturés pour moi, comme si Larcenet cherchait sciemment à entretenir et à extirper le plus noir de son esprit pour le déposer devant nous à la manière d'une psychanalyse dont je n'ai pas envie d'être le psychanalyste. Les dessins n'ont plus ne m'ont pas plu, pas esthétiques, pas harmonieux, aussi torturés parfois que les textes.
Mais au fil de l'album, les histoires ont commencé à me toucher un peu plus, jusqu'à "la Momie Inca", que j'ai trouvé forte et prenante.
Et puis il y a la dernière histoire où justement Larcenet exprime exactement ce que je ressentais au début de ma lecture : "pourquoi s'acharner à descendre au fond chercher les trophées macabres que j'exposerai au passant qui, forcément, s'y reconnaitra ? C'est de la branlette". J'aime quand Larcenet redevient simple tout en gardant sa lucidité pessimiste, j'y retrouve la force de son humour.
Mais globalement, cet album n'est vraiment pas du genre que j'achèterais voire que je relirais : trop noir, trop torturé, et il n'a pas suffisamment su me toucher.

3 1 2006
   

On retrouve dans L'Artiste de la famille ce qui a fait tout l'intérêt de Presque, paru chez le même éditeur. C'est à dire le versant obscur d'un auteur à part dans le paysage de la BD franco-belge. Un auteur qui doute, qui se met à nu, livre ses réflexions profondes, exprime ses déviances.
Un auteur qui jette tout sur le papier, sans se soucier de contingences de style ou de forme. Une expérience à vivre, assurément.

31 8 2005
   

Timide, fainéant, introverti, voire fou… c'est comme cela que vous considérent ou vous considéraient vos proche ! Alors vous étes L’artiste de le famille. Et vous devez lire cet album de larcenet.
Cet album est en sorte un mémoire… les mémoires de Larcenet.
Il illustre ici son histoire, une histoire d'artiste, des débuts jusqu'à quasiment aujourd'hui !
Cet bd n'en est pas vraiment une…ça n'est pas vraiment construit, mais cependant le tout reste assez structuré…Les textes sont posés dans de grandes illustrations en noi et blanc. En fait nous avons plutôt devant nous un bouquin d'illustration, un recueil de mémoire…
Niveau graphisme, on a de tout… tout dépend de l'état d'esprit de l'artiste. On plonge totalement dans son âme et on y découvre des tonnes mystères et on plonge dans ses réveries et ses craintes pour avoir des réponses…abstraites parfois, comme le sont certaine de ses illustrations où le lecteur laisse libre court à son imagination dans les formes sombres, parfois épurés, parfois plastiques, dans les pleins et les déliés , dans les masses, dans son trait…le tout quelque foi relevé sur le ton de l'humour.

Bref, c'est magnifique comment Larcenet peut nous attendrir, même quand il n'est pas dans sa forme optimale…

5 11 2004
   

Ce livre s'inscrit dans la lignée de "On fera avec" (publié dans la même collection) où Larcenet nous livrait ses peurs les plus intimes concernant la mort.

Ici, Manu Larcenet nous décrit une parcelle de sa vie, de son univers, de ses pensées, de ses sentiments en tant qu'artiste et de la palce qu'il pense avoir au sein de la société et des gens en général.
Il se juge, en mal souvent. Il réfléchit sur sa position particulière de dessinateur, le pourquoi du comment... pourquoi fait-il ce métier alors que bien d'autres le font mieux que lui, pense-t-il.
Mais tant pis si Larcenet ne croit à 100% en ses capacités, parce-que nous on y croit... et s'il publie ce livre c'est bien qu'il pense pouvoir nous apporter quelque chose.

Ce que m'a appporté ce livre, c'est une plus grande compréhension du statut d'artiste et de la difficulté d'exercer ce métier, notamment à cause des représailles (surtout en début de carrière, alors qu'ensuite tout le monde admire son travail...).

Le livre aurait pu aussi s'intituler : "la famille des artistes"... et oui Manu! Tu n'es pas seul et bon nombre d'artistes apprécient à sa juste valeur ton travail remarquable.

12 5 2003
   

Dur...

C'est vraiment dur, comme recueil. Je dis recueil, car difficile ici de parler de bande dessinée... une chose est certaine, Larcenet change radicalement de ton ici pour extérioriser ses angoisses d'auteur BD, sa vision des choses et de son travail.

Le tout est présenté sous la forme d'extraits de journal intime, auquels viennent se calquer des dessins, parfois dont le rapport avec le texte n'est pas évident au premier coup d'oeil, mais qui sonnent toujours justes.

Attention, c'est tout de même assez noir. Ne cherchez pas ici l'humour désopilant de Larcenet, mais un simple constat de sa situation d'auteur, et de son incapacité à interesser les "bien-pensants" de la bande dessinée, au point de douter lui même de la crédibilité de l'album.

Faire de la BD d'auteur pour faire de la BD d'auteur ? L'album est d'autant plus dur que l'artiste arrive au constat humble que ce tome est un massacre...

...massacre qui m'a touché, vraiment.

13 2 2003
   

Dans le parcour de Manu Larcenet, "L'Artiste de la famille" est un album à part. Il nous avait habitué au rire et à la déconne, et ici il nous livre ses plus noirs impressions, sur son métier, le monde qui l'entoure et la perception qu'il en a. J'ai été frappé par la justesse de ses propos, de la première à la dernière phrases. Même au niveau graphique, il nous fais ressentir un malaise, passant alègrement de son style le plus clair à une approche plus dense, décrivant ces cauchemars, réels ou imaginaire. Un album très personnel, à se procurer pour ceux qui s'interesse à ce surprenant auteur.