46 587 Avis BD |20 209 Albums BD | 7 890 séries BD
Accueil
Tome 1 : L'art invisible
 

L'Art invisible, tome 1 : L'art invisible

 
 

Résumé

L'Art invisible, tome 1 : L'art invisibleAfin d'acceder au résumé de L'Art invisible, tome 1 : L'art invisible, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de L'Art invisible, tome 1 : L'art invisibleCet ouvrage, de même que "Réinventer la bande dessinée", est assez exceptionnel. Contrairement à son successeur, le dessin n'est pas entièrement fait sur ordinateur, mais à la main. La différence n'est pas très grande, sauf que le trait perd en précision ce qu'il gagne en personnalité.

Mais à dire vrai, le dessin importe peu. Le message par contre, est éminement intéressant. L'auteur expose quelques pistes pour mieux comprendre (ou pourquoi pas faire !), et par là-même apprécier la bande dessinée, et toutes sont intéressantes. Elles ne manqueront pas de faire réagir et réfléchir le lecteur. On peut bien évidemment être plus ou moins d'accord avec l'avis de Scott McCloud, mais ce livre est une base de réflexion vraiment digne d'intérêt.

L'auteur le souligne d'ailleurs lui-même, ésperant susciter un débat sur la vision de la BD, ses moyens, son avenir.

Si certains pourront regretter (et encore, le terme est fort), des répétitions et un défonçage de quelques portes ouvertes (en Europe, en tout cas), cet ouvrage est tout simplement indispensable au lecteur qui veut (mieux) comprendre le monde de la bande dessinée, et ses bandes dessinées.

J'ajouterai que les exemples cités sont eux-aussi très intéressants, on trouve même des références à Moebius.


Chronique rédigée par CoeurDePat le 29/10/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 257 (75,15 %)
  • 18 (5,26 %)
  • 67 (19,59 %)
  • Total : 342 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 14,73 14,73 14,73
Acheter d'occasion : 10,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.36
Dépôt légal : Janvier 1999

Avis des lecteurs

7 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics L'Art invisible, tome 1 : L'art invisible, lui attribuant une note moyenne de 4,36/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

21 12 2010
   

Cette BD m'avait interpellé depuis longtemps, il fallait que je la lise.

Je trouvais intéressant cette idée de décrypter/de raconter l'histoire de/d’analyser/d'expliquer comment faire une Bande dessinée (en fait je ne savais pas à trop quoi m'attendre des quatre avant que je n'entame la lecture). Finalement ce livre n'aborde que peu la partie "créer une bande dessinée", mais plutôt, il analyse la bande dessinée depuis ça création.
Et quand j'ai ouvert ce livre, et que j'ai vu ce que l'auteur avait en tête (ce qu'il explique dès la première page, définir la BD en tant qu'art, en élaborant une théorie globale du processus créatif O_o Ça vous fait pas peur vous ça, quand vous commencez un livre ?) Et même en considérant que c'est juste l'analyse de l'auteur (ce qui sera finalement le cas), je trouvais l'idée très prétentieuse, et je me demandais comment il allait réussir à faire ça avec un nombre de pages limitées. Car, (et même si ça m'intéresse pas forcément) la BD étant un art populaire, pour la décrire, il faudrait d'après moi quelques milliers de pages.

Mais bon, je me suis quand même décidé à lire cet ouvrage d' (et qui explique la) " Images picturales et autres, volontairement juxtaposées en séquences, destinées à transmettre des informations et/ou à provoquer une réaction esthétique chez le lecteur" (définition de la BD donnée par le bouquin, quand je vous dis que c'est assez prétentieux, "Bandes dessinées" me suffit largement moi).
Mais bon, je dois reconnaître à Scott McCloud une certaine réussite dans son projet. Même si il ne s'attarde pas trop sur la création d'une BD, mais il essaye plus de justifier sa définition, en parlant des échanges qu'aura cet art avec les autres, et sa place dans la société. Le "combat" qu'il mène, est juste et me parle, à moi aussi en tant que fans de BDs, même si, ce n'est pas forcément tout le temps intéressant à lire.

Il y a quand même pas mal de passages passionnant, qui analyse la BD en tant qu'art, et le point de vue de l'auteur est discutable, mais intéressant lui aussi, mais il y a beaucoup de gros temps morts, qui m'ont fait un peu décrocher à certains passages. En tout cas, même si j’ai pris du plaisir à partager cette analyse avec l’auteur (même si je ne pas toujours d’accord avec lui), ça n’a pas changé ma façon de voir/lire une BD. Quand j’ouvre une BD, c’est pour rire, voyager, me défouler ou pleurer, mais je ne me pose pas de questions métaphysiques (« Qu’est-ce que l’univers...de la BD ? »), et je ne me fais jamais des remarques du style : « sachant qu’il y a trois personnages qui parle dans cette case, cette case dure X temps, si on considère les ellipses avant et après la case, la scène dure environ… » ou autre. Et depuis que « L’art Invisible » est sorti, combien d’auteur de BD ont réellement suivi ce qu’explique Scott McCloud dans sa BD ?!

Un mot rapide sur le dessin : Scott McCloud a du talent (quand il fait des cases réalistes, son trait me fait penser à celui de Davodeau), il arrive à dessiner tous les styles, et à recopier ceux d’autres grands maîtres, cependant il utilise un dessin simple pendant tout l’album (il explique pourquoi) ; c’est clair et lisible.

Un bon ouvrage, une analyse de la BD (discutable), en fonction des styles, des influences, des pays (on comprends pourquoi le manga est si différent et pas toujours aimé des amateurs d’autres BDs), mais un livre qui aborde aussi d’autres thèmes (un peu de philosophie et d’histoire)… Je conseille ce livre à tous les fans de BDs, les réactions de chacun seraient intéressantes et sûrement différentes. Et je lirais avec plaisir, un autre livre de McCloud si j’en ai l’occasion.

27 11 2007
   

Allez, un petit 5/5, y'avait longtemps.
Il faut dire que "L'Art invisible" m'a complètement passionné : ultra-pédagogique, il ouvre les yeux des lecteurs de bande dessinée les plus chevronnés sur cet étrange média qu'est la BD. Et ce de manière très, très agréable.

C'est bien simple, je ne pense pas relire de BD de la même manière qu'avant la lecture de ce tome. En particulier de manga : je trouve la définition de Mc Cloud à la fois très juste et très instructive, vraiment.

Et comme en plus le sujet traité est décrit sous la forme d'une bande dessinée elle-même, cela lui donne encore plus de crédibilité, Mc Cloud donnant sans cesse des exemples (assez comiques par ailleurs) pour illustrer ses propos.

On pourra reprocher à l'auteur d'être un peu rébarbatif ou d'enfoncer des portes ouvertes, mais je trouve la démarche à la fois nécessaire et importante : aucun véritable ouvrage n'existait vraiment (du moins traduit en français) sur ce sujet, Mc Cloud a réellement remporté un sacré pari !

jacques :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Avatar de Reflet de l'avatar de
11 9 2006
   

Il est vrai que l'art Invisible est une base sérieuse de réflexion pour quiconque veut aborder le medium avec un peu plus de clairvoyance qu'en de simples jugements de goût, mais il n'est pas indépassable, il est même très lacunaire. Son mérite est peut-être dans ses lacunes : chaque manque est un chantier à creuser. Par exemple, l'analyse du phénomène de l'éllipse a peut-être enfin le mérite de poser des mots là où il n'y avait que du vide (...), mais elle est tout de même incroyablement réductrice : si on se tenait à ses 6 pauvres catégories, la bande-dessinée ne serait en effet qu'un sous-art pour cadres dynamiques. Heureusement il n'en est rien, et le post-modernisme est impuissant à gâcher l'infinie potentialité de ce minerais.

Autre lacune de l'ouvrage : si Mc Cloud est relativement à l'aise pour parler de Bande Dessinée, il est beaucoup plus navrant dès qu'il dépasse son sujet. Sa vision de l'art en général et des autres arts en particuliers est digne d'un pillier de comptoir un peu plus éclairé. C'est tout de même embêtant. La Bande Dessinée n'a rien a gagner à courir après ses spécificités, et à vouloir préserver à tout prix sa petite exception culturelle. Plus elle se mixera, plus elle se s'immiscera, plus elle se brassera, et plus ses frontières reculeront, et plus elle sera forte.

Conseillez l'Art Invisible à tous ceux pour qui la Bande-Dessinée est un monde clot, à tous ceux qui l'évaluent en fonction de critères de goûts, à tous ceux qui la trouvent plaisante et agréable. Ca leur fera un peu d'air dans la cervelle. Mais bon, l'intérêt de l'ouvrage semble s'arrêter içi, et ceux qui veulent pousser un peu plus la réflexion feront mieux de lire l'Eprouvette de l'Association.

3 1 2006
   

Saluons la somme d'informations contenue dans cette BD : l'album ne parait pas bien gros mais est très dense. Ca m'a pris plusieurs heures pour le lire et surtout j'ai appris franchement beaucoup de choses.

Côté dessin, Scott Mc Cloud sait dessiner, d'autant plus qu'il imite le style de plein d'autres auteurs pour illustrer ses propos, tout en les simplifiant pour clarifier ce qu'il veut en faire ressortir. Bref, graphiquement, c'est un album réussi, simple mais qui atteint son but.

Ensuite, concernant le contenu de la Bd elle-même, j'ai été surpris par son sérieux et la quantité d'informations que l'auteur cherche à nous transmettre. Par son procédé pédagogique, ça ressemble presque à un cours en université avec ses avantages et ses inconvénients. Les avantages, c'est que une grande partie des aspects de la BD sont abordés de manière sérieuse, concrète, impartiale et largement fournie en exemples et références de la BD mondiale. Les désavantages sont, à mon goût, que l'auteur s'attarde un peu trop sur des problèmes de dialectique, de nomenclature et de définition du média même de BD, chose qui m'intéresse largement moins que l'étude du fonctionnement de la BD elle-même qui est par ailleurs très bien décrit. De même, la recherche des ancêtres de la BD dans le monde antique et le moyen-âge m'a assez peu intéressé.
Mais par contre, comme je le disais, j'ai appris de nombreuses choses franchement intéressantes. Mc Cloud s'intéresse à l'aspect cognitif de la Bd et du dessin lui-même, s'interroge sur le fait que les lecteurs fassent le rapprochement entre une suite de traits et de courbes et y voient un visage ou un personnage, et pourquoi cela lui plait. De même j'ai beaucoup apprécié son étude de l'ellipse narrative, des différents styles graphiques et narratifs, de la couleur, des lignes de mouvement, etc... J'aime aussi la façon dont il use et abuse de références et d'images issues de la BD du monde entier (USA, Europe, Japon) : ça illustre franchement bien ses propos et permet en plus de comparer et découvrir les styles de nombreux auteurs divers.

J'ai été un peu déçu de ne pas voir grand chose sur la mise en page et surtout presque rien sur le scénario (Mc Cloud s'attache largement plus au dessin qu'au scénario à mon goût). Mais globalement, il y a tellement de choses qui m'ont été apprises sur la BD dans cet ouvrage, que je peux comprendre que tout n'aie pas pu être abordé (il y a trop de choses à dire sur la BD si on s'intéresse à absolument tout de ce média).

Un très bel ouvrage, pas complet mais déjà extrêmement riche en information, et qui pourra en apprendre beaucoup même à ceux qui croient déjà tout connaitre sur la BD.

PS : Par contre, physiquement, j'ai acheté l'édition de cet album paru chez Vertige Graphic et je la trouve de qualité assez médiocre : les couvertures se plient très vite et se cornent dans les coins (le carton se dédouble) et j'avais deux pages collées par le bas qui, une fois coupées, dépassent et rendent franchement moche. Bon, pour 15 Euros, j'ai été un peu déçu de cette mauvaise qualité mais il faut avouer que vue la densité de l'oeuvre, ça compense et je n'en déconseille pas l'achat.

22 7 2005
   

Un ouvrage vraiment passionnant, Scott McCloud est un passionné, un vrai, et son enthousiasme est vraiment contagieux.

Bon, les différents chapitres ne m’ont pas tous autant intéressé. Je trouve par exemple le 1er assez rébarbatif. L’auteur essaye de définir le terme « comics » et s’intéresse à l’histoire de la BD... J’avais un peu une impression de trop peu et de déjà vu…

Par contre, tous les chapitres qui expliquent les techniques de créations d’une BD m’ont passionné ! En particulier ceux sur le "langage BD" et la représentation du temps dans les cases et entre les cases. C’est très complet, très pointu, et pourtant très facile à suivre, même pour les lents dans mon genre. :)

Un ouvrage indispensable pour tous les vrais passionnés de BD qui veulent aller au-delà des histoires et des dessins, et s’intéresser aux techniques et astuces que les auteurs utilisent dans l’ombre, et que nous, simples lecteurs, ne remarquons que rarement. Une superbe performance de Scott McCloud, qui présente la BD en tant qu’art à part entière, en tant que langage de communication ultime et supérieur à tous les autres... Rien que ça ! Et à la fin de notre lecture, on en arriverait presque à le croire.

29 10 2002
   

Un ouvrage passionant. De la théorie sur la bande dessinée EN bande dessinée. Je me demande pourquoi personne n'y avait pensé plus tôt! Si la bande dessinée est bien un langage à part entière, il est bien évident qu'elle est tout à fait capable de parler d'elle même. Mc Cloud en fait la géniale démonstration. Certains chapitres sont plus passionants que d'autres (c'est selon les interêts de chacun) mais l'entreprise est audacieuse et réussie. Personnellement, j'ai trouvé que Mc Cloud dévrivait très bien les différences fondamentales qui existaient entre manga, comics et bande-dessinée européenne sur la question de la représentation du mouvement.
Le seul regret que nous pouvons avoir nous, lecteurs européens, c'est que pour McCloud, la bd européenne se limite à Hergé ou Astérix.
Un ouvrage indispensable pour tout amateur de bande-dessinée, peu importe son âge et sa culture.