46 469 Avis BD |20 139 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 4 : Des morts sans nom (cycle2)
 

L'ambulance 13, tome 4 : Des morts sans nom (cycle2)

 
 

Résumé

L'ambulance 13, tome 4 : Des morts sans nom (cycle2)Afin d'acceder au résumé de L'ambulance 13, tome 4 : Des morts sans nom (cycle2), merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de L'ambulance 13, tome 4 : Des morts sans nom (cycle2)Dans cet ouvrage, Cothias continue de nous faire vivre certains aspects de la première guerre mondiale, par les yeux d'un médecin qui officie sur le front. Le scénariste décide ici de faire intervenir plusieurs sujets. Il y aura tout d'abord ce thème de l'espionnage, qui présente la fin de l'histoire commencée dans le tome précédent. Une histoire que je trouve survolée : on aurait pu imaginer que Louis tente quelque chose pour sauver son amie et il n'en est rien, il reste impassible. Du coup, on a l'impression que cette histoire autour de la Soeur Isabelle se termine en queue de poisson et qu'elle n'apporte pas grand chose au récit.

On passe du coq à l'âne en renvoyant Louis au front, où il se retrouve dans les tranchées avec des étrangers venus des colonies, qui font, d'après les officiers, de la très bonne chair à canon. Certes, il est intéressant que Cothias rappelle que ces combattants venus d'ailleurs ont effectivement versé leur sang pour la France. Certes, il est intéressant de rappeler que le racisme de cette époque était bien présent. Mais la façon dont c'est fait manque de force : c'est en fait très manichéen, puisque que ce sont les méchants officiers qui sont racistes, alors que les soldats des tranchées sont tous de grands humanistes. Ce parti pris vient un peu affaiblir le message de Cothias, ce que je trouve dommage.

Au milieu de tout cela, on continue de découvrir les début de l'aviation de guerre, en suivant Henri Favre. Là encore, si on sent bien la volonté de nous faire partager une tranche de l'histoire, il manque quelque chose pour que tout cela s'inscrive dans une histoire suivie. Enfin, l'auteur a voulu rappeler les progrès de la médecine en ces temps de guerre, avec notamment la radiographie, inventée et rapportée sur le front par Marie Curie. C'est très intéressant, mais retrouver Emilie là-dedans est quand même un sacré hasard, qui pourtant a été fomenté tout au long du tome précédent.

J'ai trouvé cet ouvrage moins bien réalisé que les précédents. On reste dans cette volonté de nous apprendre quelque chose. Mais en mettant bout à bout des petites péripéties des uns et des autres, et surtout en adoptant une tonalité qui peut sembler très partisane et qui aurait mérité plus de nuance sans perdre en efficacité, le récit s'oriente plus vers le documentaire orienté que vers la fiction s'appuyant sur une trame historique. En conséquence, on perd un peu de notre attachement pour Louis, qui n'est plus vraiment acteur, mais spectateur un peu passif des drames qui le touchent de près ou de loin.


Chronique rédigée par gdev le 17/12/2014
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de gdevReflet de l'avatar de gdev
Statistiques posteur :
  • 3267 (74,13 %)
  • 366 (8,30 %)
  • 774 (17,56 %)
  • Total : 4407 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 6,98
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.25
Dépôt légal : Janvier 2014

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD L'ambulance 13, tome 4 : Des morts sans nom (cycle2), lui attribuant une note moyenne de 3,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

18 12 2015
   

Le gros problème de ce 4ème tome ne se situe pas au niveau du dessin, qui est tout aussi plaisant que d’habitude. Non, le soucis se trouve au niveau du scénario. Je n’ai pas compris du tout qu’on en finisse avec Isabelle en même pas dix pages. Quel intérêt d’agir de la sorte ? Quelle mouche a piqué Cothias ? Il donne l’impression de se débarrasser d’un personnage devenu trop gênant. Et que faire de notre héros pour la fin du tome ? C’est carrément mission impossible. Il vient d’assister à l’exécution de celle qu’il aime, et après, comme s’il ne s’était rien passé, on l’envoie à droite et à gauche. Non, pour moi, il y a une grosse erreur de la part des scénaristes (Car Cothias n’est pas tout seul sur l’affaire).

Pour le reste, ça reste bien conçu, avec des morts, des temps forts et des passages que je qualifierai de plus « historiques » où j’ai appris quelques choses. Quelques situations et phrases assassines montrent les mauvais côtés de cette première guerre mondiale, comme la présence des Sénégalais qualifiés de pleutres et qui sont envoyés à l’abattoir, grand moment révoltant de ce tome. La présence d’Emilie apporte un petit plus, même si elle arrive pile au moment de la mort d’Isabelle, ce qui encore une fois, n’est pas une bonne idée.

Au final c’est un bon tome, même si le passage sur Isabelle laisse vraiment à désirer.