44 761 Avis BD |19 300 Albums BD | 7 664 séries BD
Accueil
Tome 1 : Qinaya
 

L'adoption, tome 1 : Qinaya

 
 

Résumé

L'adoption, tome 1 : QinayaAfin d'acceder au résumé de L'adoption, tome 1 : Qinaya, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de L'adoption, tome 1 : QinayaAprès le très bon "Merci", Zidrou et Arno Monin proposent la première partie d’une chronique familiale en deux tomes.

Comme suggéré par le titre, cet album raconte l’histoire d’une adoption, celle de la petite Qinaya, ramenée du Pérou par Alain et Lynette, où un tremblement de terre a fait des milliers d’orphelins. S’il ne faut qu’une case pour craquer devant la bouille de cette petite péruvienne de quatre ans, c’est néanmoins le point de vue des grands-parents que Zidrou nous propose… et le grand-père semble beaucoup moins enthousiaste que nous…

Pourtant, derrière son air d’ours mal léché, Gabriel ne va pas tarder à fondre devant sa petite-fille adoptive. Souvent absent en tant que père, il reçoit ici une occasion en or de se rattraper en tant que grand-père. Au fil des pages, le lecteur va donc également s’attacher à ce papy adoptif un peu bougon et prendre du bon temps en compagnie des Gégés, sa bande d’amis, composée d’anciens collègues dont les prénoms commencent par la même lettre.

Vous l’aurez compris : voilà le genre d’histoires, remplies d’humanité, que Zidrou excelle à raconter. Le bouleversement et le bonheur que provoque l’arrivée de cette petite venue du bout du monde sont narrés avec beaucoup de tendresse et d’humour, le tout étant servi avec des dialogues d’une justesse incroyable. On se laisse donc à nouveau embarquer par Zidrou… jusqu’à cette surprise finale, qui nous pousse bien évidemment à vouloir découvrir la suite au plus vite.

Quant au dessin tout en rondeur d’Arno Monin, il colle parfaitement au scénario et contribue à insuffler beaucoup d’humanité et de tendresse au récit, tout en livrant des personnages particulièrement attachants.


Chronique rédigée par yvan le 04/06/2016
 
 
Statistiques posteur :
  • 2329 (58,20 %)
  • 1102 (27,54 %)
  • 571 (14,27 %)
  • Total : 4002 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 14,16 14,16 14,16
Acheter d'occasion : 11,86
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Mai 2016

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD L'adoption, tome 1 : Qinaya, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

29 4 2017
   

Encore une fois, Zidrou met toute sa sensibilité au service d'une histoire pleine d'humanité, d'amour et de sentiment. Le vieux Gabriel a été souvent absent pour ses propres enfants, et ne s'intéresse pas à grand chose d'autre qu'à vivre, à 74 ans, une retraite paisible avec sa femme et surtout ses copains les Gégés. Mais l'arrivée dans la famille d'une petite-fille adoptive va tout changer. Dans cet album, on retiendra la douceur de l'évolution des sentiments, et plus encore, ces tentatives désespérée d'un grand-père qui ne veut pas sembler gaga, mais qui ne peut que fondre devant Qiniya, cette petite fille du bout du monde. Il n'y a en réalité pas grand chose à dire sur cet album qui mêle tendresse, humour, amour, enfance et vieillesse, qui les agence de façon à les rendre particulièrement humains et efficaces. Et lorsque l'on pense avoir trouver une certaine douceur de vivre, Gabriel ayant adoptée sa petite-fille et cette dernière ayant également adopté son grand-père ( qui adopte qui ?), Zidrou met en place un cliffhanger qui justifie que cette série sera un diptyque. C'est joli dans le fonds mais ca l'est aussi dans la forme, Monin délivrant un dessin plein de naïveté enfantine, plein d'amour grand-paternel, plein de réalisme des sentiments, le tout sans grands effets mais avec des couleurs adaptées.

Un superbe album, plein d'humain, comme souvent chez Zidrou.