46 566 Avis BD |20 199 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
Tome 5 : Les larmes de Gosharad
 

Kookaburra Universe, tome 5 : Les larmes de Gosharad

 
 

Résumé

Kookaburra Universe, tome 5 : Les larmes de GosharadAfin d'acceder au résumé de Kookaburra Universe, tome 5 : Les larmes de Gosharad, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Kookaburra Universe, tome 5 : Les larmes de GosharadCette série ne fini pas de me surprendre. Je m'attends à chaque album à une lecture médiocre, mais l'efficacité de l'ensemble me séduit à chaque fois. Bien sûr, chaque tome a ses petits défauts, mais en général, tout fonctionne très bien (avec une préférence, pour ma part, au dyptique scénarisé par Ange et dessiné par Paty)

Ici, une fois de plus, une histoire guerrière tiendra le premier rôle. Dans un univers comme celui de Kookaburra, rien de bien anormal, en somme. C'est véritablement axé action, sans abondance de sentimentalisme et autres élents patriotiques écoeurants, mais jouant véritablement sur le côté amoral, inhumain de têtes pensantes militaires.

On n'atteint évidemment pas des sommets. Pourtant, c'est très distrayant, assez bien raconté, et surtout terriblement addictif. La lecture passe à la vitesse grand V, tant on est plongé dans le récit... un bon point !

Le dessin quant à lui, est vraiment particulier : le trait ne me plait pas plus que ça (bien trop anguleux à mon gout... même dans les visages féminins, qui mériterait pourtant plus de finesse), mais c'est techniquement irréprochable. Mise en page très dynamique, angles de vues osés, mise en couleur informatique de qualité... je suis très étonné, car à l'ouverture de l'album je pensais assister à une bouillie illisible.. finalement, c'est plutôt classe.

Au final, un album bien vide-tête, qui à l'instar des autres opus de la série saura vous faire passer un agréable moment sans pour autant être la révélation de l'année.


Chronique rédigée par Piehr le 03/09/2005
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de PiehrReflet de l'avatar de Piehr
Statistiques posteur :
  • 1099 (67,76 %)
  • 130 (8,01 %)
  • 393 (24,23 %)
  • Total : 1622 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 4,52
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.08
Dépôt légal : Aout 2005

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Kookaburra Universe, tome 5 : Les larmes de Gosharad, lui attribuant une note moyenne de 3,08/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

8 7 2009
   

Je cherche. Je cherche encore un intérêt à cet album là, dans le contexte de cette série là...
Car, j'avais cru comprendre que cette série devait apporter des éléments clefs sur le passé des héros.
Et là, je ne lis qu'une histoire qui n'apporte aucune eau au moulin. Ca reste sec.
Du coup, cette histoire n'a aucun intérêt autre que d'être une histoire supplémentaire dans l'univers de "Kookaburra".
On apprend que les méchants sont méchants, que les gentils sont gentils. Aucune surprise de ce coté là. Non, il faut aller chercher plus loin dans la trame de fond du scénario afin d'attraper quelque chose pour alimenter le moteur. Alors d'accord, cette planète et ses mystères proposent un bon support à l'aventure et du coup, on serait tenter de dire que la lecture est plutôt agréable. Mais cela se cantonne à ça. Rien de plus. Psychologie mauvaise et sans saveur, histoire d'action un peu trop brouillonne.

Et cela vient aussi surement du dessin de Ludolullabi. Que je n'appréciais déjà pas à la base en l'ayant découvert par la série "World of warcraft". Dessin souvent extrêmement dynamique, mais oubliant parfois la lisibilité. Son trait est souvent épais, jouant énormément avec les ombres et les grandes zones noires. Et puis, comme pour la nouvelle génération de réalisateurs au cinéma que je n'aime pas, il use et abuse de plan serré afin de garder le mystère et finalement on ne voit rien, ne comprend rien et moi ça me gâche mon plaisir.
Pourtant, allez, je l'avoue, dans cet album, Ludolullabi a réfréner ses ardeurs. Son dessin m'a surpris en étant plus clair, plus lisible que ce que je connaissais de lui.
Certes ces personnages sont toujours anguleux, avec une grosse influence manga, mais ça passe plutôt bien.

Ca passe plutôt bien surement grâce à la très bonne mise en couleur. Bon OK, je n'aime pas habituellement ce genre de mise en couleur, mais avec le dessin de Ludolullabi, ça arrive tout de même à relever le niveau...

Je suis mauvais. Oui, je n'aime pas ce dessinateur décidemment, et je m'en excuse auprès de lui d'être aussi négatif. Mais je sais aussi que d'autres que moi l'apprécient énormément. Il faut de tout pour faire un monde...

28 8 2006
   

L’histoire de ce tome relate les faits d’une mission de Dragan Preko, qui à cette époque n’était encore qu’un jeune Sniper des forces armées de l’alliance terrestre. Le scénario de Tackian et Miquel, se déroule très bien jusqu’à la moitié de le l’album, après je suis un peu déçu par la tournure des évènements SPOILERS avec cette histoire de réalité virtuelle FIN SPOILERS qui m’a un peu embrouillés.

Le dessin de Ludolullabi est très beau. Le visage de ses personnages est très largement inspiré du style manga. L’environnement, le cadrage et la mise page des planches ont un aspect très comics. Cependant, je trouve que certaines scènes de combats sont difficiles à suivre mais ça vient sûrement de l’apparence fantomatique et insaisissable de l’ennemi auquel doivent faire face les Snipers.

Les couleurs de Lamirand sont exceptionnelles, à couper le souffle. J’adore ses tons tantôt verdâtre, tantôt orangé, bleuté… sans vouloir rouvrir le débat « coloriste auteur ou pas », moi, je dis que sur cet album là, il n’y a pas photo, les couleurs ne sont pas qu’un petit faire valoir...

29 6 2006
   

Pas mal du tout, cet album...
Pourtant ce n'était pas gagné, j'y allais à reculons, vraiment. Bien qu'admirant la dextérité de Ludolullabi, j'avais toujours trouvé ça trop illisible rien qu'en feuilletant. Mais au final, le dessinateur assure, il maîtrise cet univers qu'il s'approprie (même si c'est parfois un peu trop caricatural.) Le tout est dynamique et efficace, et c'est parfaitement lisible, je suis agréablement surprise.
L'histoire est classique et n'apporte rien de neuf en soi, mais elle est l'occasion de retrouver l'excellent Dragan Preko au mieux de sa forme et encore à un autre moment de sa vie, le tout fait intelligement, alors pourquoi se priver ? On rentre dans l'histoire, on veut savoir la fin (même s'il s'agit d'un flash back), donc le pari est réussit.

17 3 2006
   

- Accusé Dragan Mitchell Preko, levez-vous !
Nous, Tribunal militaire de la Haute Cour de Justice de l’Alliance terrienne, accusons le sniper Preko d’avoir causé la perte d’un escadron entier de tireurs d’élite sur la planète Gosharad, au cours d’une mission visant à dérober un artefact symbolisant la puissance Ganéshide. Vous encourez la peine capitale. Qu’avez-vous à dire pour votre défense ?
- Votre Honneur, je décline toute responsabilité dans le désastre de cette mission, ayant pour nom de code Kookaburra Universe 5. J’affirme que les responsables d’opération, tacticiens et exécutants, ont été mal choisis, mal préparés. Le vice-amiral Crisse, initiateur du projet, n’a pas fait son travail en leur donnant en pâture une unité expérimentée. Par conséquent, il n’est pas étonnant que le scénario se soit mal passé, d’autant plus que le matériel utilisé, d’inspiration extrême-orientale, s’est enrayé avant de tomber complètement en panne au bout de deux unités de temps. De nombreuses unités de combat étaient bloquées sur des schémas répétitifs et totalement inefficaces.
Je ne devrais pas être sur le banc des accusés, ce sont plutôt les officiers encadrant la mission qui devraient y être !

4 1 2006
   

Pour la deuxième fois la série satellite de "Kookaburra" nous délivre un one-shot sur Dragan Preko. Alors que «Le Secret du Sniper» nous racontait les origines de Dragan Preko avant son intégration au sein de l’Alliance, on retrouve ici le sniper en mission pour l’Alliance sur Gosharad.

Le témoignage de cette mission, qui débute sous forme de plaidoyer d’un Dragan Preko jugé en cours martiale pour le meurtre d’un soldat, est bien rythmé. Le découpage dynamique colle parfaitement à la narration.

Le dessin de Ludolullabi, inspiré du manga, surprend au départ, mais livre des décors superbes, remarquablement colorisés par Lamirand. On peut juste reprocher une représentation trop caricaturale des personnages (je pense en particulier à la musculation exagérée de Dragan Preko), mais le tout m’a graphiquement fort plu.

Même si ce cinquième tome n’apporte pas grand-chose au niveau de la série mère, de son héros principal ou de son univers, il est graphiquement et au niveau du scénario, bien meilleur que le précédent.