46 526 Avis BD |20 175 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
kiki de Montparnasse
 

Kiki de Montparnasse : kiki de Montparnasse

 
 

Résumé

Kiki de Montparnasse : kiki de MontparnasseAfin d'acceder au résumé de Kiki de Montparnasse : kiki de Montparnasse, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Kiki de Montparnasse : kiki de MontparnasseDécidément, la collection “écritures” de Casterman abrite nombre de titres intéressants. En voici une nouvelle preuve avec cette passionnante biographie de Kiki de Montparnasse, égérie du milieu artistique parisien des années 20-30. Parce que j’avais déjà lu une biographie de Kiki, j’étais curieuse de voir ce que pourrait donner une bande dessinée qui traiterait d’un sujet a priori aussi “graphique”.

La couverture, reprenant l’un des plus célèbres portrait de Kiki, réalisé par Man Ray, était déjà prometteuse. Dès les premières pages, j’ai trouvé le récit incroyablement vivant, nous restituant une Kiki assez proche de ce que je m’étais imaginé, et me la rendant même, plus sympathique.

Les dialogues sonnent juste, et le dessin est au diapason, bien adapté au sujet, avec un trait vif, mais sensuel.

L’histoire est découpée en petits chapitres correspondant chacun à un épisode de la vie pour le moins animée de Kiki ; ils portent tous une date et une adresse en guise de titre ce qui permet de mieux se repérer dans ce tourbillon permanent.

De fait, la lecture de ce volumineux one-shot est facile et agréable ; on ne s’ennuie pas un instant.

En outre, cet album très documenté, est suivi d’une chronologie, de quelques notices biographiques de certains des personnages célèbres rencontrés par Kiki, ainsi que d’une importante bibliographie. Que demander de plus !


Chronique rédigée par Doña Hermine le 10/09/2007
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Doña HermineReflet de l'avatar de Doña Hermine
Statistiques posteur :
  • 153 (85,96 %)
  • 14 (7,87 %)
  • 11 (6,18 %)
  • Total : 178 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 19,00 19,00 19,00
Acheter d'occasion : 16,39
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.58
Dépôt légal : Mars 2007

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Kiki de Montparnasse : kiki de Montparnasse, lui attribuant une note moyenne de 3,58/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

20 3 2010
   

Je partage l'avis de Ro : c'est sympa, ça fait découvrir une personnalité exceptionnelle et pourtant méconnue qui a côtoyé les plus grands, ça replonge dans une époque où la productivité artistique était réellement foisonnante.
Par contre, c'est effectivement assez ennuyeux à la longue, un peu trop linéaire. Je trouve dommage par exemple que le "basculement" vers la déchéance de Kiki n'ait pas eu plus de relief. Bref, du bon et beau travail, une BD très instructive, mais qui manque un peu de saveur.

10 1 2009
   

Très imposant volume (on frôle les 400 pages !), ce roman graphique est publié dans la belle collection "Ecritures" de Casterman, dans laquelle on a déjà pu lire "Quartier Lointain" ou "Blankets", pour ne citer qe ces deux titres ayant marqué le monde bédéphile. Il s'agissait donc pour Catel et Bocquet d'être à la hauteur.

La dessinatrice et son scénariste ont choisi le cadre des années 1920, pas si souvent exploré en bande dessinée. C'est l'époque des Années folles, d'une vie parisienne effrénée qui s'efforce de chasser le spectre de la Première Guerre mondiale et de ses dix millions de morts, même si des gueules cassées rappellent au détour d'un coin de rue que l'homme est à la fois mortel et sanguinaire. Les deux auteurs s'attachent au personnage célèbre de Kiki de Montparnasse, ce qui leur permet de mettre en scène de nombreux artistes passés à la postérité : Man Ray, Picasso, Modigliani ou Jean Cocteau cotoient la belle Kiki, l'égérie des nuits parisiennes et des artistes en quête de muse.

L'ensemble est recréé de manière très convaincante. Les relations entre les personnages sont le coeur du récit mais l'ambiance des années 20 (qui couvrent l'essentiel de l'histoire, même si on les dépasse à la fin) est joliment montrée. On adhère à fond à l'histoire dans laquelle on entre immédiatement, ce qui n'était pas évident avec un tel sujet. Le trait de Catel, assez marqué roman graphique, ne séduira pas les plus jeunes - mais ce n'est pas le public visé, le ton de l'album étant adulte, et les amateurs du genre apprécieront le dessin qui accompagne parfaitement le scénario.

J'ai beaucoup aimé cet album. Pari relevé par ce duo d'auteurs, donc, qui nous offre une bande dessinée à ajouter à sa collection.

15 11 2008
   

Je ne m'attendais pas, en ouvrant cet album, à y découvrir une véritable biographie d'un personnage réel, de sa naissance à sa mort et avec autant de détails sur tous les épisodes de sa vie. Je ne connaissais pas cette Alice Prin, dite Kiki, qui a été l'égérie de tant d'artistes dans les années 20. Il faut avouer que sa vie est assez exceptionnelle du fait de la quantité incroyable de grands peintres, poètes, photographes et autres cinéastes qu'elle a côtoyés et aimés durant les années folles.

Catel met cette époque en image de manière assez plaisante. Son graphisme manque nettement de technique, avec pas mal de petits ratés de perspective et autres anatomies. Mais elle a su rendre son dessin fluide et suffisamment agréable à la lecture pour que ses petits défauts soient vite oubliés.

Le récit est instructif et intéressant. Grâce à cette BD, j'ai appris beaucoup de choses sur le milieu artistique des années 20. J'en ai surtout découvert davantage sur Man Ray et sur toute la clique dadaiste et post-dadaiste qui animait les soirées de ce quartier de Montparnasse que je ne savais pas aussi vivant à l'époque. J'étais resté sur l'idée que le quartier des artistes de Paris était Montmartre, je ne savais pas que son centre névralgique avait migré après la première guerre mondiale.

Ceci étant dit, passé le côté instructif de cet album, je me suis un peu lassé à la longue. L'album est gros et dense et au bout de nombreuses pages j'ai commencé à m'essouffler de voir cette fameuse Kiki vouloir sans arrêt faire la fête, chanter, danser, se dénuder. Elle finit par afficher un visible problème psychologique, une quête du "regardez-moi, aimez-moi !" qui explique sa déchéance dans la drogue et l'alcool en fin de vie comme beaucoup d'artistes ou jet-setteurs similaires.
Du coup, hormis la biographie en elle-même et la (re)découverte d'une époque et d'un milieu artistique, cette BD ne m'a pas fait ressentir tellement d'émotion, pas plus qu'il ne m'a vraiment captivé. Du coup, pour un tel prix, je n'en conseille pas l'achat.

15 11 2008
   

Pas de doute, ce livre est un beau témoignage, le retour sur un moment fort de la vie parisienne.
Que de talents croisés au fil des rencontres de Kiki, ce monde de la créativité, de l'art.
J'ai bien aimé croiser tous ces grands noms de la Peinture (avec un grand P), tous ces immenses producteurs de rêve, ces faiseurs d'éternité.
L'ensemble est très bien agencé, et c'est complet.
On suit Kiki, et sa vie ne manque pas de moments forts, de passages intenses qui rendent l'existence riche.

Le reproche que je ferais c'est simplement de dire que parfois, c'est une peu long et que certains chapitres ne rendent pas le récit limpide. J'ai parfois perdu le fil qui se renoue bien heureusement.

Le dessin, ce noir et blanc dynamique, propose sa propre lecture de l'époque et des circonstances. Il est très bon, et pour moi, il s'avère en parfaite adéquation avec le thème choisi.
Les compléments de fin d'ouvrage, chronologiques, biographiques, sont un vrai plus et font figurer ce livre en bonne place dans une bibliothèque d'art.
La forme originale du traitement amène de la subtilité et de l'originalité au témoignage.
Bravo, tout simplement ?

26 12 2007
   

Pendant les années dites "folles", Montparnasse a été considéré comme LE quartier des artiestes en Europe. L'histoire ici narrée est celle d'Alice Prin, un des "modèles" les plus effrontés parmi les égéries des grands peintres surréalistes de l'époque.
Surnommée Kiki de Montparnasse, j'ai suivi la misère de ses premières années où sa vie future aurait pu se résumer à "faire le trottoir". Ben non !... Kiki voulait "vivre", et cette détermination la transfigurera...
Modèle, muse, amante, égérie... Kiki transformera aussi les hommes qu'elle rencontrera...
J'ai bien aimé me retrouver dans ces années de bohème (si bien chantée par Aznavour) ; le vieux Paris et ses toits, ses vies nocturne et diurne... le tout sous la narration non dénuée d'humour du scénariste.
Qui plus est, ce roman biographique dessiné l'est d'un trait délié, sans artifice aucun, qui paraît simple alors que l'ensemble des lignes offre une belle vision de ces temps libertaires sans que l'on s'en rende compte souvent.
Kiki de Montparnasse ?... c'est s'arrêter, le temps de quelques pages, dans une époque révolue... mais qui a compté dans l'histoire de l'art. Et c'est un peu pour ça que cet album ne doit pas être oublié.