46 562 Avis BD |20 195 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
Tome 2 : Brume rouge
 

Kick-Ass, tome 2 : Brume rouge

 
 

Résumé

Kick-Ass, tome 2 : Brume rougeAfin d'acceder au résumé de Kick-Ass, tome 2 : Brume rouge, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Kick-Ass, tome 2 : Brume rougeBon, je n’ai pas encore vu l’adaptation cinématographique qui est sortie entre la parution du tome 1 et 2 de la version française de cette saga signée Mark Millar ("Wanted", "1985", "The Authority", "Civil War", "Ultimates") et John Romita Jr., car je voulais d’abord terminer ce diptyque avant de voir le résultat sur grand écran.

La vie de super-héros est bien plus difficile que dans les comics et Dave Lizewski, alias Kick-Ass, en est la preuve vivante. Si le jeune lycéen s’en prenait déjà plein la tronche lors de sa première intervention super-héroïque, cette suite va également lui faire très mal. Outre le râteau final qu’il se prend inévitablement avec sa copine en fin de récit, c’est surtout la scène de torture déjà mentionnée en début de tome 1, qui va lui foutre les boules. Mark Millar est un scénariste qui ose prendre des risques et qui a l’habitude de surprendre en livrant des récits modernes qui s’amusent à bousculer l’ordre établi. Cette saga qui s’inspire du rêve de la plupart des adolescents fans de comics et le confronte à la dure réalité de notre monde, ne déroge pas à la règle. Le fait de prendre un gamin comme héros et de le mettre en pièces au fil des pages est une démarche aussi lumineuse que choquante. L’empathie avec cet ado qui nous raconte ses déboires à la première personne est d’ailleurs totale.

Si l’arrivée de Red Mist permet à l’auteur de parodier les team-ups et autres associations de super-slips, tout en proposant un rebondissement intéressant à l’intrigue maffieuse, c’est à nouveau la présence de Hit-Girl et de Big Daddy qui fait décoller la violence de façon exponentielle. Si les scènes gores n’ont rien à envier à celles du Punisher de la collection Max et que cette véritable boucherie se retrouve encore amplifiée par les dessins dynamiques et riches en hémoglobine de John Romita Jr., le ton décalé et la narration teintée d’humour ne manquent heureusement pas d’entretenir le second degré de cette saga décoiffante. La découverte des origines de cette jeune fille de onze ans qui transperce ses ennemis à coups de sabre et de son collègue adulte consentant, apporte également un plus à cette histoire violente, dynamique et amusante qui aborde l’héroïsme de manière politiquement incorrecte en confrontant les fantasmes d’un ado obnubilé par un univers fictif à la dure réalité.

Bon, il ne me reste plus qu’à aller voir le film maintenant … en vous conseillant de lire ce comics bien évidemment.


Chronique rédigée par yvan le 14/06/2010
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 12,35 12,35 12,35
Acheter d'occasion : 2,40
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.83
Dépôt légal : Juin 2010

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Kick-Ass, tome 2 : Brume rouge, lui attribuant une note moyenne de 3,83/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

13 2 2011
   

J'avais trouvé le premier tome de Kick-Ass vraiment bien foutu, et ce second opus ne fait que confirmer les qualités de son prédécesseur.

On retrouve donc David qui va rapidement faire ami-ami avec un autre nouveau super-héros, qui se trouve être une émule de Kick-Ass. Hit-Girl et Big Daddy ayant besoin qu'on leur prête main-forte pour dézinguer le parrain local, il vont tenter de s'allier aux deux aspirants super-héros.

Une fois de plus le scénario est rondement mené, même si on peut en effet déplorer que certains personnages ont un background un peu léger. Il n'empêche qu'on ne s'ennuie à aucun moment,et que la lecture du tome deux est d'une fluidité imparable. Chaque rebondissement est bien senti, aucune mièvrerie ni facilité, et toujours ce petit humour grinçant sous-jacent.

John Romita Jr remet donc le couvert pour ce deuxième opus, et une fois de plus le travail ne pénalise en rien l'histoire, au contraire. Le trait est propre et ultra dynamique, avec une bonne originalité. La mise en couleur est efficace sans faire dans le clinquant, bref c'est du tout bon.

Un deuxième tome qui poursuit et conclut donc cette histoire, même si les auteurs se sont laissés la possibilité d'y revenir plus tard. Et maintenant, il faut absolument que je jette un oeil au film.

22 7 2010
   

Le premier Tome avait campé le décor, avec une première scène mémorable puisque le jeune Dave, alias Kick-Ass, était en train de se faire griller les roubignoles. C'était l'occasion de nous raconter sous forme de flashback ce qui l'avait emmené là.
Bien que cette suite reste séduisante, mais elle m'a tout de même un petit peu déçu. Le crescendo de violence amené par la présence de Big Daddy et Hit-Girl s'effectue au détriment de la crédibilité, et le second degré devient parodie.
Sans dévoiler l'intrigue, j'ai trouvé que le background des deux personnages qui vont se joindre à Kick-Ass est tellement creux que cela fait retomber le soufflet.
En fait, la question que je me posais à la fin du Tome 1 était simple : où cela va-t-il s'arrêter pour notre Dave masqué ? On a maintenant la réponse (quoique la fin soit ouverte, au cas où les auteurs remettent le couvert, ce qui ne serait pas étonnant vu le business généré par cette série), mais finalement je reste un peu amer. L'histoire croisée de Red Mist, Big Daddy et Hit-Girl repose sur une ficelle épaisse comme une poutre et finalement j'ai eu l'impression qu'elle permettait surtout des scènes hallucinantes de violence.
Côté spectacle, rien à dire.Ça cartonne comme rarement j'ai vu, et la référence à Kill Bill me semble désormais évidente pour ce qui est du tranchant des scènes de combat. Un vrai carnage.
Par contre, le ressort qui s'appuyait sur la psychologie d'un ado et les difficultés de sa vie sociale est cassé ; il passe totalement au second plan, jusqu'à la conclusion, où Dave, revenu à la vie civile, épouse à nouveau le statut de loser.
Malgré ces aspects, il faut quand même avouer que ça reste un bon comics, dont la narration est vraiment excellente et qui s'appuie sur le dessin de grande qualité de JR Jr.
En conclusion, ces deux tomes raviront les fans de comics, et les amateurs de Supers y trouveront de très nombreuses références. A lire tout de même.