45 801 Avis BD |19 827 Albums BD | 7 810 séries BD
Accueil
Tome 8 : La Ligue d'injustice
 

Justice League, tome 8 : La Ligue d'injustice

 
 

Résumé

Justice League, tome 8 : La Ligue d'injusticeAfin d'acceder au résumé de Justice League, tome 8 : La Ligue d'injustice, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Justice League, tome 8 : La Ligue d'injusticeDans cet ouvrage, et d’un point de vue purement de l’action, on distinguera deux grandes parties. Une première où la Justice League devra courir derruère l’anneau de l’équivalent sombre de Green Lantern, qui trouve un nouvel hôte en la personne de Jessica Cruz, bénéficiant de la peur de cette dernière pour gagner en puissance. Heureusement, les membres de la Justice League sont suffisamment rassurants et permettront à la jeune femme de canaliser ce nouveau pouvoir. Au passage, on fera la connaissance de la Doom Patrol, un groupe intéressant dans la mesure où leurs intentions sont plutôt bonnes, mais loin d’être couronnées de succès. Dans la deuxième partie, tous les supers-héros, ou presque, vont se retrouver contaminé par un étrange virus, élaboré pour détruire les super-héros, mais qui a également pour conséquence de développer des pouvoirs méta-humains chez les êtres dits normaux. Il y a comme un compte à rebours assez intéressant dans cette partie, qui maintient le rythme et l’intérête et surtout, pour une fois, nos super-héros sont en bien mauvaise posture et on il y a comme un suspense assez bien entretenu. Comme souvent dans cette production, les graphismes sont très spectaculaires, et accompagnent efficacement ces aventures.

Mais le petit plus de cet ouvrage, c’est bien sûr la personnalité de Lex Luhor, qui est parfaitement étudiée. A la fin du tome précédent, on était assez surpris de voir ce méchant historique se transformer en gentil digne de la Justice League. Ici, on vient nuancer ce trait de caractère, d’une part par l’explication sur l’égo du personnage, qui est assez convaincante et d’autre part, par l’apparition d’Owlman, qui vient nous indiquer que Lex Luthor reste un personnage trouble, d’autant qu’il fait chanter Batman puisqu’il connaît son identité. Mais il faut bien reconnaître que, dans la profusion d’albums dédiés aux différents super-héros, le Lex Luthor qui est présenté ici permet d’éviter à cet ouvrage d’être un n-ième album présentant des combats à n’en plus finir entre super-héros et super-vilans. La relation entre Lex Luthor et les différents membres de la Ligue de la Justice, et plus particulièrement Batman et Superman, constitue un puissant énergisant à cette histoire, et représente toujours en fin d’ouvrage un levier intéressant sur lequel le scénariste pourra s’appuyer par la suite.

Le diptyque précédent permettait à Lex Luthor d’émerger tranquillement. Il s’affirme dans cet ouvrage comme étant un vrai moteur pour l’histoire présentée, alors que le scénariste joue habilement avec ce personnage pour perdre le lecteur, lequel ne sait plus vraiment si Lex Luthor est foncièrement mauvais ou gentil, ou bien s’il est juste manipulateur, et dans ce cas, dans quel but.


Chronique rédigée par gdev le 04/09/2018
 
 
Statistiques posteur :
  • 3064 (74,57 %)
  • 323 (7,86 %)
  • 722 (17,57 %)
  • Total : 4109 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 21,38 21,38 21,38
Acheter d'occasion : 17,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Octobre 2015

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Justice League, tome 8 : La Ligue d'injustice, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

10 9 2018
   

Dans ce tome, il y a clairement deux parties distinctes.

La première, qui occupe la première moitié du livre, est clairement la meilleure. Les thèmes développés sont intéressants. Il y a celui autour de L'ex Luther et de son intégration au sein de la justice league. Les scénaristes ont l'intelligence de lui laisser un comportement ambiguë. Sa relation avec Bruce Wayne par exemple l'illustre bien, tout comme la dernière scène de cette partie nous montrant un Luther en affaire avec un personnage sans trop nous en dire.

L'arrivée d'une nouvelle power ring est aussi un bon point. Les peurs du personnage nous le présente bien et son évolution est bien travaillé. La doom patron est aussi une idée intéressante mais peut être pas assez développée. On appréciera ependant le personnage qui est leur leader notamment par ses intentions troubles.

La deuxième partie est par contre un peu moins bonne, mais elle permet toujours de s'attarder sur L'ex Luther qui heureusement ne devient pas un simple gentil même si il agit du bon côté. Après il faut reconnaître qu'une histoire de virus qui se répand ce n'est pas forcément des plus originale mais elle arrive à avoir son petit suspens.

Le dessin reste excellent notamment celui de Jason Fabok. On notera quand même certaines différences en fo ction des dessinateurs. Je pense par exemple à la soeur de L'ex Luther qui change d'un chapitre à l'autre.