45 800 Avis BD |19 827 Albums BD | 7 810 séries BD
Accueil
Tome 1 : Aux origines
 

Justice League, tome 1 : Aux origines

 
 

Résumé

Justice League, tome 1 : Aux originesAfin d'acceder au résumé de Justice League, tome 1 : Aux origines, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

"Justice League" est présenté comme un titre phare du relaunch de l'univers DC. Tenu par les ténors du moment: Geoff Johns et Jim Lee, ce récit propose de revoir les origines de la ligue, quand les héros ne se connaissaient pas encore.

Le principe de ce blockbuster est assez simple, pour paraphraser la Citée de la Peur: "First, they meet. Then they meet and they fight. And then at the end, they fuck." Voilà, on retrace très rapidement les origines des protagonistes pour rentrer carrément dans le vif du sujet... à savoir la baston. Donc la rencontre des ces encapés aux pouvoirs diverses et surtout aux égos surdimensionnés va faire des étincelles... L'arrivée d'un super vilain va les forcer à se serrer les coudes pour pouvoir faire face à l'adversité. Je dis qui c'est le vilain ? Oui-Non ??? Ok je le dis pas mais il utilise des tunnels "boom".
Donc pour affronter Darkseid (merde je l'ai dit) et sa clique, ils ne seront pas trop de sept. Viendront ensuite des seconds couteaux pour le plaisir des fans.
Je parlais de blockbuster tout à l'heure, mais c'est exactement ce que c'est, je ne pense pas que ça ait d'autre prétention... et franchement pourquoi gâcher son plaisir ! Je sais que des gens risquent d'être déçu parce que les origines sont survolées, que certain personnages sont mis de côté (qui a parlé d'Aquaman ?), mais bon, c'est drôle, bien écrit et surtout dessiné par un Jim Lee en très grande forme !

Alors oui, tout ceci est un peu rapide... on aurait aimé une mise en place un peu plus longue mais le lecteur novice comprend tout ce qu'il faut savoir pour débuter chez DC au bout de quelques pages... les plus anciens vont jouer des bougons, mais laissez les dire, parce qu'entre un Kubrick et un Sofia Coppola, eux aussi se matent en douce du Michael Bay.


Chronique rédigée par sigmar le 30/06/2012
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de sigmarReflet de l'avatar de sigmar
Statistiques posteur :
  • 141 (30,32 %)
  • 134 (28,82 %)
  • 190 (40,86 %)
  • Total : 465 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 14,73 14,73 14,73
Acheter d'occasion : 11,26
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Juin 2012

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Justice League, tome 1 : Aux origines, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

31 5 2017
   

J'ai eu l'impression en lisant ce livre que tout allait trop vite. Batman et Green Lantern se rencontrent, quelques pages plus tard Superman arrive et ainsi de suite. De plus c'est de l'action non stop sans aucun temps de repos. On peut aussi souligner que l'on ne connaît pas vraiment les motivations du méchant. Pourquoi fait il cela? Mystère. En fait ce tome semble plus un long prétexte pour montrer la première alliance de tout ces super héros.

Tout n'est pourtant pas négatif. J'ai aimé voir le développement du personnage de Victor. Je ne connaissais pas ce dernier et j'ai aimé le voir évoluer, notamment dans sa relation avec son père, ce qui donne de jolies scènes.

De plus le dessin de Jim Lee est très bon. Il signe d'excellentes grandes images (qui ont comme petit inconvénient de rendre la lecture plus rapide).

Après lecture ce tome m'apparaît donc presque plus comme une longue introduction et j'espère que les choses se calmeront, prendront plus leur temps, dans les tomes suivants.

13 11 2016
   

J’ai beaucoup aimé le grand spectacle que présentait cet album. Sur l’histoire en elle-même, ce n’est pas révolutionnaire : une force extraterrestre, avec à sa tête un certain Blackseid, menace la Terre et tout pleins de super-héros vont se regrouper pour contrer cette attaque, mettant en commun leur super-pouvoirs pour sauver les pauvres humains sans défense. Une bonne baston générale, ce n’est pas ce qui fait l’originalité de cet album.

Ici, ce qui est véritablement intéressant, c’est que les super-héros sont inconnus du grand public qui les considère comme des méchants. Mais c’est surtout que les super-héros ne se connaissent pas en début de tome, chacun pensant que c’est son voisin qui est à l’origine de la menace. C’est ainsi que l’on se retrouve avec Batman, Green Lanter, Superman, Wonder Woman, Aquaman, Cyborg et Flash qui se retrouvent au même endroit et se rendent compte qu’il faut faire front commun contre un envahisseur. La découverte progressive de chacun de ces personnages, ainsi que le récit de cette rencontre à l’issue de laquelle ces personnages se seront découverts et apprivoisés. Ainsi, on n’est pas seulement dans une histoire de combat bourrin entre les super-gentils et les super-méchants, il y a aussi la formation de ce groupe qui sert de dynamique à l’histoire, et c’est tant mieux. D’autant qu’un certain humour viendra ponctuer cette rencontre, et que certaines individualités s’en détachent clairement (comme Batman qui est le seul à ne pas avoir de super-pouvoir, comme Cyborg qui passe de quidams à super-héros en un instant).

Si cet album n’avait fait que présenter un combat entre Blackseid et la Justice League, cela aurait été un combat bourrin bien dessiné. Mais le combat présenté ici n’est qu’un prétexte à la rencontre de chacun des membres de la justice league, dans laquelle repose tout l’intérêt de l’album.

18 3 2014
   

Je suis tout à fait d'accord avec les avis postés précédemment. On est devant un blockbuster à l'américaine !!! et quand on le sait avant d'ouvrir le bouquin c'est vraiment très agréable à lire !!!!

Ne connaissant pas l'histoire à la base, j'ai trouvé le scénario certes convenu, sans surprise, mais c'est totalement assumé, je me suis vidé le cerveau et j'ai passé un bon moment...

C'est graphiquement que j'ai le plus aimé. On a un Jim Lee en forme olympique qui nous fait des doubles pages d'une rare beauté. On se croirait vraiment dans une salle obscure !!! Pour finir, je dirai que, peut-être, certains fans de la première époque pinailleront parce que le scénario n'est pas très creusé mais quand on sait avant que c'est du comics fast food (ce n'est pas péjoratif) on passe un bon moment ....
Par contre au niveau de la continuité, Goeff Johns va devoir quand même un peu creuser les personnages et le scénario en général si il veut que cela reste intéressant...

17 12 2012
   

Comme sigmar et Yvan, je recommanderai cet album aux fans du monde D.C., en prenant le soin d'ajouter que c'est du grand spectacle, mais sans grande surprise !

Cette série fait effectivement partie des gros titres du relaunch D.C. Confiée à Geoff Johns, le scénariste du moment, et Jim Lee (presqu'aussi célèbre que Stan). Elle avait l'ambition de revenir, comme son titre l'indique si bien, aux origines. Mais finalement, la seule modification significative apportée à l'histoire des icônes D.C., c'est les circonstances des origines. Très vite en effet, place à l'action, c'est à dire la castagne !

Si le visuel est assez épatant, mais le classiscisme de l'histoire, qui reste pourtant bien menée, avec son lot de rebonsdissements, fait de cette revisite des origines un album finalement assez anecdotique. Une fois de plus, faire la révolution avec des personnages emblématiques vaut pour l'affiche, mais cela aboutit, comme presque toujours dans ce domaine où on touche à l'histoire de monstres sacrés, à une réformette ! Faut dire que la Big Team date maintenant des années 60 !

UPour résumer, c'est tout de même un album qui plaira aux fans des encapés, et qui devrait aussi convenir à ceux qui veulent s'y frotter...

11 7 2012
   

Il y a de cela 5 ans, nul ne connaissait l’existence des super-héros. Lorsque plusieurs êtres aux pouvoirs surhumains apparaissent dans certaines grandes villes américaines, ceux-ci inquiètent la population et sont même déclarés hors-la-loi par les autorités. Une menace extra-terrestre nommée Darkseid va cependant modifier la donne et obliger ces individus qui se connaissent à peine à unir leurs forces pour sauver la Terre.

À l’instar de l’excellent "Batman – La cour des hiboux" et du très bon "Catwoman – La Règle du jeu", cet album fait partie de la première vague du fameux relaunch “The New 52? de DC Comics, rebaptisé DC Renaissance par Urban Comics. Si cette remise à zéro des cinquante-deux séries de l’univers DC propose une nouvelle porte d’entrée à tous les néophytes, ce titre-ci était d’entrée annoncé comme le blockbuster de ce nouveau départ. Il est donc assez logique de retrouver deux gros calibres aux manettes de cette revisite des origines de la Justice League : Geoff Johns au scénario et Jim Lee au dessin ! Excusez du peu !

Ce récit, qui se déroule dans le passé, au temps où les super-slips n’étaient pas connus du grand public, relate donc la première collaborations entre les plus grands héros de l’époque. Au fil des pages, Geoff Johns présente donc les vedettes de ce casting pour le moins prestigieux. Si Batman, Green Lantern, Flash, Superman, Wonder Woman et Aquaman sont évidemment de la partie, il faut dorénavant également compter sur Cyborg en tant que pilier fondateur. Ce personnage dont l’implication est intimement lié à l’intrigue, permet aussi d’introduire un personnage de couleur à l’équipe de justiciers.

L’histoire de fond peut certes être qualifiée de simpliste, mais cela permet à l’auteur de livrer un récit facile d’accès pour les nouveaux lecteurs, tout en lui laissant suffisamment de place pour se concentrer sur la présentation de ces méta-humains à l’égo surdimensionné qui doivent constituer la future Justice League. Ce scénario efficace et accessible à tous ne révolutionnera donc pas le genre et joue pleinement la carte de l’action. Rythmé par de nombreuses scènes de bravoure, ce tome particulièrement distrayant se lit très vite et ne laisse aucunement au lecteur l’occasion de s’ennuyer.

Visuellement, Jim Lee ne livre peut-être pas son meilleur travail, mais ses planches demeurent tout de même somptueuses. Son style dynamique, ses cadrages hollywoodiens et sa façon de mettre en valeur les actions de ses personnages à coups de doubles-pages percutantes contribuent indéniablement à la qualité de ce récit. Notons également, qu’en plus des couvertures originales, cette édition propose également les croquis préparatoires de Jim Lee sur le design de ces héros relookés.

Une introduction réussie par un duo d’auteur prestigieux !