45 063 Avis BD |19 420 Albums BD | 7 701 séries BD
 

Jusqu'à ce que la mort nous sépare, tome 26

 
 

Résumé

Jusqu'à ce que la mort nous sépare, tome 26Afin d'acceder au résumé de Jusqu'à ce que la mort nous sépare, tome 26, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Jusqu'à ce que la mort nous sépare, tome 26De façon assez lapidaire, je dirais que le seul atout de cet album, c’est de clore la série. Une série qui s’était perdue quelque part dans les couloirs d’un lycée puis dans la jungle d’un pays, le Galboa, dirigé par un certain Zashid Turus, un super-méchant avec des super-pouvoirs. La spécificité du héros Mamoru, une garde du corps aveugle mais plein d’honneur et de techniques samouraï, s’était peu à peu étiolée pour finalement disparaître dans la masse des personnages et forces en présence que l’on ajoutait pour perdre le lecteur. J’étais perdu, je ne comprenais plus qui étais qui, qui faisait quoi, et l’ensemble tournait au ridicule. Il était donc temps d’y mettre de fin, et voilà donc une bonne chose de faite.

Même si cela est fait dans les mêmes conditions que l’on connaît depuis quelques tomes déjà : sans grand panache, ni même cohérence. Depuis Haruka qui se rend chez Zashid accompagnée de Jesus que l’on ne reverra pas, jusqu’à la réunion de tous les ennemis de Zashid en un même endroit pour une raison toujours incompréhensible, en passant par tous les fils de ce dernier dont on se demande qui ils sont : tout se suit sans s’enchaîner, sans souci de cohérence, sans souci de linéarité, et sans même plus chercher à construire un scénario qui tient la route. On balourde là-dedans une conclusion pour rappeler le titre, et tadam, c’est fini !

A noter toutefois le combat final entre Manoru et Zashid qui fait quand même preuve d’une certaine ingéniosité, tant pour expliquer son issue que le fait que Haruka ne pouvait pas prévoir cette dernière. Mais ce passage ne représente que quelques pages dans cet album qui en compte tant (et bien plus que les autres tomes, à notre grand dam) : astucieux mais pas suffisamment marquant pour faire oublier les autres pages, et les autres tomes de la série, pendant lesquels on s’ennuie dur.

Un album qui a le mérite de clôturer une série qui était devenue lourde et un peu ridicule. L’astuce finale ne saura pas combler le manque de tenue de l’ensemble de la série.

Tous les visuels de cette chronique sont © Hiroshi Takashige, DOUBLE-S / SQUARE ENIX CO., LTD.


Chronique rédigée par gdev le 11/11/2017
 
 
Statistiques posteur :
  • 2918 (76,37 %)
  • 261 (6,83 %)
  • 642 (16,80 %)
  • Total : 3821 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,00 Note générale
  • Originalité : 2,00 Originalité
  • Scénario : 1,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 7,27 7,27 7,27
Acheter d'occasion : 7,70
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.00
Dépôt légal : Juillet 2016