45 063 Avis BD |19 420 Albums BD | 7 701 séries BD
 

Julius Corentin Acquefacques, tome 2 : La Qu...

 
 

Résumé

Julius Corentin Acquefacques, tome 2 : La Qu...Afin d'acceder au résumé de Julius Corentin Acquefacques, tome 2 : La Qu..., merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Julius Corentin Acquefacques, tome 2 : La Qu...Second tome de cette incroyable série. Julius Corentin Acquefacques, prisonnier de ses rêves, toujours emmêlé dans cet univers qui ferait craquer les nerfs des héros les plus solides.

Marc-Antoine Mathieu persiste et signe avec une histoire toujours aussi délirante même si ici certains passages paraissent un peu moins naturels que dans le tome 1.

Le dessin, toujours aussi impeccable soutient un scénario qui ne sombre toujours pas dans le convenu.

Un second tome légèrement en dessous du 1er mais toujours aussi divertissant, trucculent, bluffant, mystérieux et envoûtant.


Chronique rédigée par jbt900 le 03/02/2003
 
 
Statistiques posteur :
  • 228 (93,44 %)
  • 16 (6,56 %)
  • Total : 244 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 9,56
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.33
Dépôt légal : Octobre 1991

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Julius Corentin Acquefacques, tome 2 : La Qu..., lui attribuant une note moyenne de 3,33/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

16 7 2017
   

Ce que l’on appréciera une nouvelle fois dans cet ouvrage, c’est l’interaction entre le personnage principal de ce récit et la bande dessinée en tant qu’objet, voire avec le dessinateur lui-même. Toujours dans le registre de l’absurde, l’auteur reprend son héros du premier tome pour le pousser dans une histoire rocambolesque, dans lequel il mêlera sa réalité aux rêves du personnages. Tout cela relève d’un exercice de style délicat et original, et l’absurdité des dialogues apportera sa dose d’humour dans un univers où finalement, aucune cohérence n’est requise par nature. En masquant l’objet de la recherche de Julius Corentin, on introduit également une petite dose de mystère et on se prend au jeu, se demandant également quelle peut bien être cette Qu… dont il est question ici.

Ce qui est peut-être moins bien assuré que dans le premier tome, c’est la continuité ou la linéarité des scènes entre elles. Le registre de l’absurde permet ces décalages de temps ou de lieu impromptus et autorise de mêler aussi allègrement rêve et réalité, mais au final, on a tout de même l’impression d’une succession de petites saynètes enchaînées les unes aux autres artificiellement, avec pour seule justification cette absurdité revendiquée.

Je n’ai pas beaucoup lu de Mathieu, mais comme souvent dans ces cas-là, je sors de cet ouvrage en saluant l’exercice de style toujours original, mais regrette que le lecteur ait parfois du mal à partager pleinement le délire expérimental de l’auteur, qui semble s’adonner à un plaisir solitaire.

31 5 2011
   

C’est encore sous le charme du premier tome, découvert à l’occasion de la réédition du vingt-cinquième anniversaire de Delcourt, que j’ai entamé cette deuxième aventure de Julius Corentin Acquefacques.

Après la recherche de l’origine du tome précédent, Julius Corentin Acquefacques se retrouve chargé d’une étrange mission qui consiste à découvrir ce qu’est la Qu…

Issu d’un univers où l’espace est limité et soigneusement rationné, notre fonctionnaire au Ministère de l'Humour se retrouve soudainement plongé dans le « Rien », à la recherche d’une chose qui n’existe pas encore dans son monde. Si le lecteur n’a aucun mal à se laisser happer par cette quête assez étrange, l’ensemble s’avère tout de même beaucoup moins fluide que lors du premier tome.

Visuellement, Marc-Antoine Mathieu continue cependant de faire preuve d’une grande inventivité et de jouer habilement avec les codes du neuvième art, malmenant avec grand plaisir son personnage principal et démontrant une nouvelle fois sa grande maîtrise du Noir et Blanc.

27 1 2008
   

Après un premier album jubilatoire, Julius Corentin Acquefacques (dernière fois que j'écrit son nom en entier) doit chercher ce qu'est la "Qu...".

Tout réside donc dans ce suspens pour le lecteur, à savoir qu'est-ce que la "Qu...". Que va découvrir Julius au terme de son périple ?
Malheureusement, le bouquet final ressemble plus à un pétard mouillé. En effet, cet album est bien plus complexe et abstrait que le premier et la découverte de Julius n'est finalement pas aussi originale que cela.

La narration est du coup, moins fluide et moins naturelle que dans le précédent album. Cependant, M-A Mathieu nous propose à nouveau un album intelligent et absurde, mais un peu décevant au regard du tome 1.

17 11 2006
   

Bien que je lise les albums dans le désordre, je dois avouer que cela reste toujours aussi jubilatoire. Fans de n'importe quoi, amateurs de délires schizo psychotiques, groupies de Kafka, adulateurs de psychiatres, cette série est faite pour vous.
Comme dans un rêve, nous avons du mal à saisir tous les passages d'un chapitre à l'autre, mais comme dans un rêve, cela a-t-il un quelconque intérêt ? L'intérêt, n'est-il pas justement de se laisser aller au grès des délires de notre cerveau ou dans notre cas plus concret les délires du cerveau de l'auteur ? La scène du jugement m'a sans aucun doute rappelé celle "du procès" de Kafka. Mais toutes les autres idées, si absurdement présentées sont excellentes ! Cette gare que l'on ne peut rejoindre, mais qui nous rejoint, cette brigade de vérification de l'espace vital, ce Big Bang dans lequel Julius réussit à attraper une table une chaise et une bouteille pour s'installer convenablement, tant d'idée toutes plus incongrues les unes que les autres, c'est du bonheur en Noir et Blanc !
Car le dessin de Mathieu est toujours aussi bon graphiquement. Son pur Noir et Blanc, sans nuance, est parfaitement maîtrisé. La représentation de la salle des pas perdus du tribunal donne le vertige tellement c'est bien fait !
Certes les visages sont caricaturés, mais à aucun moment l'on y pense, tout s'imbrique au millimètre dans cette BD vraiment hors des sentiers battus.
Magique.

2 6 2004
   

Tome 2 de la série des rêves de notre héros, cet opus reste dans la juste lignée du tome 1.
C'est encore et toujours original, créatif, rempli de noirs maîtrisés et distillés avec talent.
Le scénario s'appuie sur une idée forte, encore, mais selon moi plus difficile à mettre en oeuvre que d'autres du même cycle.
La couleur de la fin arrive en surprise, titre bien masqué, mais comme un peu artificiellement protégée tout au long de l'ouvrage.
J'ai trouvé le tout moins enlevé, moins négocié avec subtilité que les autres livres de Marc-Antoine Mathieu de ma connaissance.
Mais attention, ça reste quelque chose de pensé et de fouillé, où l'esprit créatif reste fort: ce n'est pas à oublier !
Les personnages sont moins nombreux, et moins approfondis, malgré quelques sprécimens bien effrayants et bien caricaturés aussi (la justice).
Le rêve permet tout, continuons donc à suivre Julius Cornetin Acquefacques.