46 600 Avis BD |20 216 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Journal d'une bipolaire
 

Journal d'une bipolaire

 
 

Résumé

Journal d'une bipolaireAfin d'acceder au résumé de Journal d'une bipolaire, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Journal d'une bipolaireLe thème est assez original, même si certains romans graphique mettant en scène le quotidien de leur auteur montrent clairement des personnalités dépressives. Ici, la dépression est le thème central, avec une volonté de narrer ce qui est arrivé à Camille pour essayer de mieux faire connaître et accepter cette maladie.

La démarche est bien sûr intéressante mais elle n'est pas totalement aboutie. Emilie Guillon et son père Patrice ont choisi de garder une certaine distance, en ne dévoilant pas certains aspects et en s'en justifiant auprès des lecteurs. Peut-être aurait-il mieux valu éluder ces points sans en informer le lecteur, qui a le sentiment que la jeune femme n'a pas osé aller jusqu'au bout de sa démarche et que le témoignage y perd inévitablement de la force. Certains événements sont trop rapidement présentés, on a une succession de morceaux de vie qui ont en commun le mal-être profond d'Emilie mais qui manquent par ailleurs d'intérêt.

En choisissant son père pour l'aider à confier son expérience, Emilie Guillon a fait un choix rassurant mais qui n'aide pas son œuvre à prendre son ampleur. Comment un père pourrait-il raisonnablement pousser sa fille bipolaire dans ses retranchements pour rendre le récit plus poignant ? On sent que Patrice est très compréhensif et qu'Emilie est perpétuellement à prendre avec des pincettes du fait de sa fragilité extrême. Très entourée, la jeune femme parvient pourtant très difficilement à faire face à sa maladie. Le lecteur comprend bien qu'il s'agit d'un handicap mais la manière dont les choses sont racontées laisse malgré tout un sentiment perplexe : les tentatives de suicide à répétition, qu'Emilie annonce clairement comme étant une manière de faire remarquer sa souffrance plutôt que comme une volonté d'en finir, paraissent plus imputables à sa personnalité qu'à la maladie elle-même. Les bipolaires ne réagissent pas tous de la même manière ; il aurait été intéressant d'avoir d'autres exemples pour mieux distinguer ce qui tient à Emilie et ce qui relève purement de son mal.

Un album pas totalement abouti mais qui est intéressant. Je le recommande malgré ses défauts car il a de toute façon le mérite de faire mieux connaître cette maladie qui ne laisse pas indifférent et qui semble terrible à vivre pour le malade comme pour son entourage.


Chronique rédigée par Jean Loup le 16/04/2011
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Jean LoupReflet de l'avatar de Jean Loup
Statistiques posteur :
  • 1313 (63,80 %)
  • 390 (18,95 %)
  • 355 (17,25 %)
  • Total : 2058 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 10,36
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.00
Dépôt légal : Octobre 2010

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Journal d'une bipolaire, lui attribuant une note moyenne de 3,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

17 4 2011
   

Journal d'une bipolaire, voilà un titre qui ne m'indiquait en rien son contenu. En effet, j'ignorais avant de lire cet album que le trouble bipolaire est le nom actuel d'une maladie plus connue du grand public sous le terme de maniaco-dépression, l'alternance de phases dépressives et de phases d'exubérances.

Emilie Guillon a souffert depuis la fin de son adolescence de cette maladie, et elle en souffre toujours même si des médicaments et des soins semblent lui apporter désormais du réconfort et un état relativement stable.
Patrice Guillon, son père, déjà auteur de "Mes Copains d'autrefois" et de "Dans la secte" (sous un pseudonyme) chez La Boite à Bulles, a su la convaincre de participer avec lui à l'écriture du récit de sa maladie, de son apparition à ce qui ressemble le plus à sa résolution.

Au dessin, Sébastien Samson est pour moi un inconnu. C'est sa première véritable BD et il s'en sort carrément bien. J'étais persuadé de retrouver là le dessin d'un auteur que je connaissais déjà sans savoir situer qui exactement. Son trait rond et vivant me faisait notamment penser à un mélange entre les styles de Jérôme d'Aviau et d'Emile Bravo. Sa mise en page est fluide, son dessin très agréable et ce sont donc de jolies planches qui mettent en scène la vie de la jeune Emilie.

Pour le récit, précisément, il tient un peu du documentaire. Il s'agit d'un témoignage pur et dur, une autobiographie dont l'objectif est double. Je cite les dialogues de l'auteure quand elle dit qu'il s'agit, d'une part, de donner un sens à sa vie et j'imagine à mettre des mots et des images sur sa maladie, et, d'autre part, d'intéresser si possible d'autres personnes en souffrance ou ayant un lien avec cette maladie. Pour le lecteur standard, du coup, il s'agit avant tout de découvrir cette maladie et ses effets sur la vie d'une jeune femme.
Ses conséquences sont mises en images et relatées mais le lecteur est longtemps laissé à l'écart de l'explication de l'origine de ces troubles (leur description exacte n'arrivera qu'à la planche 61). Et les moments de déprime sont simplement décrits par des mots indiquant que l'héroïne ne va pas bien, quelques plaintes, pleurs et prostrations de sa part, mais peu de choses dans la narration permettent de ressentir la teneur de ces déprimes et de la faire ressentir aussi peu soit-il aux lecteurs. Chaque tentative de suicide de l'héroïne arrive du coup presque comme un cheveu sur la soupe tant on a du mal à capter sa dépression.
Il s'avère que cela fait un peu partie de la maladie puisque, s'agissant d'un dérèglement du système nerveux, les phases d'angoisse, de déprime et de maniaquerie paraissent totalement incompréhensibles pour un observateur extérieur. Mais j'aurais aimé que le récit nous mette néanmoins davantage dans la peau de l'héroïne, pour mieux comprendre ce qu'elle ressent.

Le contenu est instructif... Hélas, il se révèle peu passionnant. On suit la vie quotidienne de cette jeune femme avec un peu d'intérêt au départ, puis les évènements se succèdent, moments de déprime, tentatives de suicide, hospitalisations, foyers, psychiatres, moments d'euphorie, et ainsi de suite. Certes réaliste, le récit se bornant aux faits se révèle parfois ennuyeux, au point de faire décrocher le lecteur.
Du coup, c'est une BD qui ne parlera pas à tout le monde et s'adressera plus particulièrement à ceux qui sont vraiment intéressés par le sujet ou qui ont un rapport plus ou moins proche avec la maladie.