45 718 Avis BD |19 788 Albums BD | 7 803 séries BD
Accueil
Tome 2 : Paris, secteur soviétique
 

Jour J, tome 2 : Paris, secteur soviétique

 
 

Résumé

Jour J, tome 2 : Paris, secteur soviétiqueAfin d'acceder au résumé de Jour J, tome 2 : Paris, secteur soviétique, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Jour J, tome 2 : Paris, secteur soviétiqueDans sa réalisation, cet album est une copie conforme du tome 1. L'idée de départ est fabuleuse, la couverture alléchante, et ce sont les deux seuls intérêts de ce bouquin.

Le scénario est très vide, et l'hypothèse de départ d'un Paris prenant la place de Berlin est complètement sous-exploitée. Cette histoire pourrait se dérouler à Paris, Berlin, Tokyo en 1944, 1945 ou 1972 sans que cela est la moindre importance. C'est juste une excuse pour inclure quelques références historiques censées donner du crédit à cette histoire, avec comme comble de l'hypocrisie, une bibliographie en fin de tome. On a parfois l'impression de lire du remplissage de page, les rebondissements sont assez prévisibles et l'intrigue pas franchement prenante. Seule la fin sauve un peu l'ensemble en proposant une ouverture intéressante.

Que dire du dessin ? Rien à reprocher sur la technique : certaines planches sont vraiment jolies et bien réalisées, pas de défaut dans la conception des personnages, ... En revanche, on voit quand même un manque totale de personnalité dans les traits. Des dessins comme celui-ci, on en voit partout, par n'importe qui. C'est un peu comme dans la musique, j'ai coutume de dire que pour les grands guitaristes, on peut reconnaître leur jeu à l'oreille. C'est pareil pour les grands dessinateurs : voyez un dessin de Delaby et vous savez à qui vous avez à faire. Ici, ce n'est absolument pas le cas. C'est navrant ! Autre critique, les phases d'action sont minables. Je pense surtout à une scène de poursuites sur les toits qui donne une aussi grande impression d'action qu'un épisode de "l'homme de Picardie".

Une petite chose cocasse, on retrouve dans ces pages des sosies de personnes célèbres, d'acteurs en particuliers. On pourra ainsi voir un militaire français avec la tête de John Travolta, ou encore un policier avec les traits de Lino Ventura. C'est peut-être rien, mais cela m'a sauté aux yeux et énormément surpris !

Pour l'instant, cette série est ratée. Tout est misé sur une idée, fort bonne, mais pas suffisante pour faire un bon livre. Il va falloir revoir la copie sur les tomes suivants.


Chronique rédigée par salopeto le 13/09/2010
 
 
Avis de :Une BD décevante... Note de l'album : 2,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de salopetoReflet de l'avatar de salopeto
Statistiques posteur :
  • 103 (83,06 %)
  • 16 (12,90 %)
  • 5 (4,03 %)
  • Total : 124 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 2,00 Scénario
  • Dessin : 2,50 Dessin
 
Acheter neuf : 14,20 14,20 14,20
Acheter d'occasion : 4,71
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.67
Dépôt légal : Juin 2010

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Jour J, tome 2 : Paris, secteur soviétique, lui attribuant une note moyenne de 2,67/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

10 8 2018
   

J'ai presque envie de faire une copie conforme de mon avis sur le tome 1, avec néanmoins un petit plus. Le scénario est plus ambitieux, plus fouillé. Bien sûr, à l'inverse, on pourrait aussi dire que le concept de base est un prétexte, et que cet histoire de sérial killer pourrait avoir lieu en bien autre temps, en bien autres lieux. Et bien je persiste à trouver l'idée originale même si c'est un classique, il fallait changer de thème pour la revisiter, et pour moi le pari est gagné.

J'avoue ne pas être un habitué des œuvres du dessinateur, mais je donnerais un très bien, voire un très bien plus. À ce propos, depuis le tome précédent, on sait que les dessinateurs vont se suivre sans pour autant se ressembler, même si de temps en temps certains reviennent aux manettes, chaque tome aura un dessinateur différent. Il y a du bon et du moins bon dans ce type de procédé, dans la mesure où ce sont toujours les deux mêmes scénaristes qui restent aux commandes. Si le dessinateur est bon c'est nickel. Si son trait ne vous fait pas accrocher, le prochain album vous réconciliera avec la série.

Donc finalement, c'est surtout une histoire de sérial killer, mais l'idée est de confronter les protagonistes dans un univers improbable : Paris divisé en deux, comme Berlin après la victoire de 1945. Et il y a ce côté très kitch du banditisme des années 50, avec les truands et leur trois pièces sur mesures, les chapeaux, les expressions, les voitures d'époque, mais on aime ou on aime pas, je suis d'accord.

Pour conclure je dirais que le scénario tient la route, mais c'est vrai, peut-être un peu trop indépendamment du pitch, qui continue à chercher ses marques. Il paraît que les deux tomes suivants sont un diptyque où le scénario trouve sa jute mesure. Allons donc lire cela sans hésiter, car le concept fera quoiqu'il arrive de cette série un incontournable du genre.

27 12 2010
   

Après avoir envoyé les Russes en premier sur la Lune, cette série d’uchronie les emmène maintenant jusqu’à Paris.

Ce nouveau one-shot indépendant de "Jour J" entreprend cette fois une revisite de l’issue de la seconde guerre mondiale. Le débarquement allié du 6 juin 1944 en Normandie n’ayant pas abouti à cause d’une tempête et le Général De Gaulle ayant succombé au-dessus de la Méditerranée en 1945, la carte de l’Europe a un tout autre visage que celui décrit dans les livres d’histoire. L’armée rouge est ainsi parvenue jusqu’à la capitale française et la frontière entre les blocs de l'Ouest et de l'Est traverse donc Paris, et non Berlin.

Si le contexte historique bouleversé ayant permis aux soviétiques d’atteindre le bord de la Seine est finalement assez crédible, il permet également de produire quelques images marquantes, comme ce check point Charlie situé au pied d’une Tour Eiffel à moitié détruite ou ces drapeaux soviétiques flottant sur l’Arc de Triomphe. Le contexte d’espionnage qui en découle est certes intéressant, mais tout cela ne suffit pas à rendre l’ensemble prenant. Afin d’accentuer le réalisme de leur récit, les auteurs recyclent également de nombreux personnages historiques, tels que Camus, Sartre, le docteur Petiot, Béria, Mitterrand ou Pasqua, mais en font malheureusement un peu trop.

Afin de rendre cette revisite de la Grande Histoire intéressante, les auteurs imaginent une histoire de tueur en série qui s’en prend aux prostituées du quartier de Pigalle. Cette histoire de serial killer manque cependant d’originalité et son influence possible sur la paix mondiale peine à convaincre. Du coup, le scénario ne s’avère pas vraiment prenant et le nouveau contexte historique ne semble pas vraiment bien exploité.

Au niveau du graphisme, le trait réaliste de Gaël Séjourné ("Tatanka"), permet une revisite intéressante et réussie des décors parisiens. De cette Tour Eiffel décapité au quartier de Montmartre totalement en ruine, le dépaysement est total et ce nouvel environnement à l’ambiance sombre ne manque pas de séduire et semble parfaitement adapté au développement d’un thriller d’espionnage. Dommage donc, que le scénario ne soit pas plus prenant.