45 792 Avis BD |19 823 Albums BD | 7 810 séries BD
Accueil
Tome 4 : Octobre noir
 

Jour J, tome 4 : Octobre noir

 
 

Résumé

Jour J, tome 4 : Octobre noirAfin d'acceder au résumé de Jour J, tome 4 : Octobre noir, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Jour J, tome 4 : Octobre noir« Octobre noir » fait suite à « Septembre rouge » et propose donc la suite et fin de cette uchronie imaginée par Jean-Pierre Pécau, Fred Duval et Fred Blanchard et dessinée par Florent Calvez.

Après un premier volet qui avait encore quelque peu les allures d’un récit d’espionnage, cette fin de diptyque revisite la révolution d’Octobre et imagine ce qu’il serait advenu si les anarchistes avaient pris le pouvoir en 1917, au lieu des bolcheviks.

Après un troisième tome riche en embuscades, Jules Bonnot et le commissaire Blondin sont donc enfin arrivés en Russie, juste à temps pour proposer une nouvelle version de la révolution russe. Si le duo formé par cet ancien flic et l’ex leader de la « bande à Bonnot » fonctionne toujours à merveille, le scénario n’est malheureusement pas vraiment à la hauteur des espérances. Malgré une aventure riche en action, le récit a du mal à trouver son rythme et les rebondissements sont tout de même assez prévisibles. Si la conclusion s’avère finalement crédible, le défilé de stars finit par lasser au fil des pages. Après avoir ressuscité Jules Bonnot, les auteurs intègrent en effet de nombreuses personnalités à cette suite, dont Lénine, Trotski, Staline, Raspoutine, le tsar Nicolas II, … et rendent au passage encore un hommage Corto Maltese. Ca fait un peu beaucoup !

Au niveau du graphisme, le dessin réaliste de Florent Calvez manque toujours un peu de panache. Malgré un graphisme très lisible, le dessin s’avère trop statique, surtout lors des scènes d’action, et dégage une certaine rigidité et un manque de naturel au niveau des personnages. La colorisation n’est pas non plus très convaincante.

Un diptyque qui avait pourtant bien débuté…


Chronique rédigée par yvan le 06/05/2011
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,00 Note générale
  • Originalité : 2,50 Originalité
  • Scénario : 2,00 Scénario
  • Dessin : 2,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 9,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.50
Dépôt légal : Novembre 2010

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Jour J, tome 4 : Octobre noir, lui attribuant une note moyenne de 2,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

25 8 2018
   

Dommage est peut-être le mot qui résume le mieux mon avis. Après le bon départ du scénario du tome précédent, qui imposait enfin ce que le titre de la série avait de prometteur, la suite retombe un peu comme un soufflé mal entretenu. En effet, toute l'intrigue initiale mettant en scène le commissaire Blondin, ex membre des brigades du Tigre, devant protéger Jules Bonnot, le fameux truand qui ne serait donc pas mort, en fin de compte, pour assassiner le Tsar Nicolas II, tombe un peu à l'eau, et pour cause, nos deux héros débarquent en pleine révolution Russe. Mais pour la continuité avec le tome précédent, on aurait plutôt imaginé un attentat plus sournois, une mise en place plus discrète, de l'intrigue, et en fait non, tout se passe au grand jour, avec des complices éminents comme Lénine, Staline, et même Trotsky, sans oublier Raspoutine (avec effectivement un clin d’œil à "Corto Maltese", comme l'a souligné très justement Yvan). Et au milieu de tout ça, une espionne du KGB digne de la Rosa Klebb de James Bond (Bon baisers de Russie) qui vient semer le désordre dans l'affaire, qui en fait n'en avait pas trop besoin. Sans oublier l'invention de la bombe au plastic, où je ne sais quel combustible déclenchée à distance, signée Jules Bonnot lui-même.

Bref, on a un peu l'impression que malheureusement le scénario ne sait pas comment conclure, et propose un galerie de nouveaux visages pour mieux cadrer l'action dans l'histoire, mais, ce faisant, il n'y a plus d'action du tout. Et au bout du compte, un final qui annonce la libération prochaine de Paris, et donc de la France, mais franchement, on s'en doutait.

Le dessin de Calvez reste néanmoins très agréable, et on va lire l'histoire jusqu'au bout car c'est quand même très bien fait, et du coup on espère un sursaut dans le scénario, que pour ma part je n'ai pas trouvé. Dommage, encore une fois.

30 9 2017
   

Un tome un ton en dessous du précédent.

Dans l'histoire il y'a certes de l'action, mais il y'a aussi pas mal de scènes de dialogues où nos deux héros rencontrent les autres différents personnages. Cela donne même parfois l'impression que le scénario fonctionne au ralenti. Et quand la première moitié de l'album est passé, les choses s'accélèrent.

Si le scénario reste bon, c'est donc un reproche qu'on peut lui faire: avoir un rythme mal géré, surtout en comparaison du tome précédent.

Les personnages principaux sont toujours aussi bien développés et leur duo fonctionne aussi bien. il y'a quelques scènes d'action assez bonnes.

Ayant lu ce tome ainsi que le précédent dans la foulée (grâce à la nouvelle édition les regroupant), on appréciera plus cette seconde partie, car cela forme un tout assez cohérent.