46 510 Avis BD |20 170 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 1 : Bêtes sauvages (Opus 1)
 

John Lord, tome 1 : Bêtes sauvages (Opus 1)

 
 

Résumé

John Lord, tome 1 : Bêtes sauvages (Opus 1)Afin d'acceder au résumé de John Lord, tome 1 : Bêtes sauvages (Opus 1), merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de John Lord, tome 1 : Bêtes sauvages (Opus 1)New York, après la grande guerre. Le profiler, John Lord est de retour à la surnommée Grosse Pomme. Son ami Winkley, à l’origine de la création du service d’enquêtes UPI, vient d'être sauvagement assassiné. L'organisme se dissout, rien ne va plus ! John Lord, écarté du meurtre, pourra compter sur Clara Summers, étudiante en psychologie et maîtresse du défunt pour retrouver le meurtrier et reformer UPI.

Premier opus, très égnigmatique, deux intrigues, l'une se déroulle dans le passé et est totalement muette (les 7 premières pages sont sans phylactères, sans narrations… novateur, surtout quand on commence une histoire, un tryptique), l'autre une audacieuse enquête dans un New York des années 20. Le scénario - un très bon thriller - s'avère être très intriguant, beaucoup de questions en fin de lecture, on attend donc avec impatience la venue des réponses et la raison des histoires paralélles dans les prochains albums.

Niveau graphisme, je parlais précedemment des planches muettes. Le scénariste, Filippi laisse ainsi le dessinateur, Laumond, s'exprimer avec merveille sur cette mésaventure, ce drame maritime aux cadrages splendides, aux attitudes dynamiques - certe quelques imperfections, mais on passe rapidement dessus tellement le reste est magnifique ! Un graphisme fait au crayon sanguin - magnifiques roughs sur le site de l'album - et une colorisation, rendu de peinture, somptueuse qui est bien gérée, faite par Sébastien Gérard (d'ailleur dans les remerciements, le scénariste et le dessinateur le gratifient pour son formidable travail, c'est dire !)

Bref, un album très prometteur…


Chronique rédigée par c-drik le 22/11/2004
 
 
Statistiques posteur :
  • 110 (87,30 %)
  • 16 (12,70 %)
  • Total : 126 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.67
Dépôt légal : Novembre 2004

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album BD John Lord, tome 1 : Bêtes sauvages (Opus 1), lui attribuant une note moyenne de 3,67/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

5 9 2013
   

Pas toujours évident de rentrer dans une série dont on ne sait rien. Avec John Lord c’est encore plus dur car le début décontenance un peu, quelques pages sans dialogues ni textes, ça se passe sur un bateau et on comprend qu’il y a des morts et que des événements terribles se passent. Puis vient l’autre histoire, celle qui met en scène John Lord, qui se passe à New York et qui elle, est pleine de texte et malheureusement je n’ai pas trouvé tout limpide, on nous explique pas trop quelle est l’époque, qui est John Lord ou encore qu’est-ce que l’UPI. C’est en lisant le résumé qu’on comprend un peu mieux. C’est un peu dommage d’en arriver là.

Ceci dit, même avec ses quelques désagréments, l’histoire est suffisamment bien construite pour que ça se lise bien, on comprend vite qu’il s’agit d’une enquête policière, de plus, l’intrigue muette parallèle qui s’intercale avec la première est très rythmée et permet de trancher. On s’imagine évidemment que les deux histoires ont un lien, et bien entendu on se complait à deviner lequel.
Graphiquement, le dessin et les couleurs m’ont un peu gêné au début, je trouvais que ça manquait de précision, puis j’ai fini par m’y faire.
Une introduction d’un récit en 3 volumes qui donne bien envie de lire la suite.

15 6 2006
   

Denis-Pierre Filippi, qui a conquis ses lettres de noblesse dans le conte (Orull, Le livre de Jack, ...) se tourne vers le polar flirtant avec le fantastique.
L'ambiance y est lourde et le casting séduisant, surtout le duo Lord-Clara.
Les questions restent cependant (trop) nombreuses, sur les UPI par exemple, ou à l'image de ce massacre à bord d'un voilier et de rescapés qui apparaissent à intervalles réguliers.
Sans aucun doute dévoilée plus tard, l'utilité de ces séquences -lourdes de sous-entendus- interpelle néanmoins ; ce dès le moment où l'intrigue citadine s'en trouve altérée.
Paradoxalement, c'est dans ces planches maritimes que Laumond donne le meilleur de lui-même. Venant du jeu vidéo, il livre ici un travail où l'influence de l'informatique reste heureusement discrète.
56 bonnes pages à néanmoins déguster.

28 11 2004
   

Acheté sur les conseils de mon libraire et pas déçue!
Pendant ma lecture j'ai été troublée et dérangée, sensation désagréable, je pensais que cela venait du graphisme et des couleurs qui manquait de constance à mon goût?...mais non, cette ambiance malsaine et dérangeante dégagée par le dessin sert merveilleusement le scénario!!! Cette tragédie muette intercalée avec l'enquête criminelle est bleuffante d'émotions et elle m'a pris à la gorge tel un thriller des plus angoissant! Sauf que pour un thriller, vous connaissez le fin mot de l'histoire à la fin du film et ici, point de fin... on reste dans le vague et dans l'angoisse, Magnifique!!
C'est bien la première fois qu'une BD me fait frissonner de cette manière! Vite la suite car ne pas savoir est une torture!!

23 11 2004
   

Les histoires policières, c'est pas trop mon truc... en plus ici c'est assez complexe, mais heureusement suffisament bien développé pour que l'intrigue soit suivi avec beaucoup d'aisance.

J'ai beaucoup plus accroché aux dessins divinement agréables et formidablement bien cadrés, les plans changent constament et l'on a aussi droit à de nombreuses perspectives qui laissent sans voix.
Les illustrations figurant dans les planches des naufragés sont d'un intensité et d'une vitalité rare, les paysages, et notamment l'eau et les nuages sont d'une réalisme à couper le souffle.

Même si cette bande dessinée ne m'a trop séduit par son intrigue, elle s'est largement rattrapée grâce à Patrick Laumond.

22 11 2004
   

On m'avait averti : scénario un peu "complexe", d'où une lecture difficile possible... Mais pour ma part, la magie a opéré, et tout coule de source. Tant mieux !
Bien sûr, il reste des zones d'ombres - mais c'est bien là tout l'intérêt d'un polar de qualité, à mes yeux.

Alors, qu'avons-nous là : une histoire sombre, mais aux allures classiques, où s'entrecroisent relations viriles, ambiances années 40-50, et allusions fantastiques. Mais aussi une autre histoire, issue d'une mutinerie, qui verra évoluer de véritables Robinsons Crusoés. Entre ces deux histoires, apparemment aucune liaison... pour le moment !

Les personnages sont bien campés, leur psychologie développée, leur background travaillé. On sent une réelle recherche de la part du scénariste pour rendre son récit réaliste et occulte.

Le trait de Patrick Laumont n'est à mes yeux qu'un réceptacle à la couleur de Sébastien Gérard. Cette dernière est tout simplement sublime : informatique, elle n'oublie pourtant pas d'être chaleureuse et génératrice d'ambiances fortes, très présentes. Les scènes concernant l'île perdue sont tout simplement superbes !

C'est donc avant tout le travail du coloriste qui est éblouissant. J'en redemande !

Un premier album qui mérite vraiment le détour, et nous fait espérer une suite du même accabit. Connaissant la production de Filippi, je n'en doute pas une minute.