46 616 Avis BD |20 224 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 2 : Le Sépulcre Rouge
 

John Constantine Hellblazer, tome 2 : Le Sépulcre Rouge

 
 

Résumé

John Constantine Hellblazer, tome 2 : Le Sépulcre RougeAfin d'acceder au résumé de John Constantine Hellblazer, tome 2 : Le Sépulcre Rouge, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de John Constantine Hellblazer, tome 2 : Le Sépulcre RougeCréé par Alan Moore comme personnage secondaire dans les pages de Saga of the Swamp Thing, Hellblazer passe de figurant à pilier de série dès 1988. Avec plus de 200 numéros parus de l’autre côté de l’Atlantique, ce détective d’origine anglaise au faciès calqué sur le chanteur-bassiste de Police, n’en a pas terminer de rouler les démons dans la farine. Après une première intrusion assez discrète de cet antihéros au trench-coat sur le marché francophone par le biais de l’éditeur Toth, c’est maintenant Panini qui lance ce personnage de la collection Vertigo de DC Comics dans les rayons des librairies spécialisés, en publiant deux tomes dans la même année. L’histoire hors continuité du tome 1 constituait déjà une excellente introduction au personnage, tandis que cette première partie du run de Mike Carey sur la saga, caractérisée par un retour aux sources du héros, s’avère être un moment idéal pour entrer dans la vie de John Constantine. Cet album composé de deux récits («High on Life» dessiné par Steve Dillon et «Red Sepulchre» dessiné par Marcelo Frusin) réunit les épisodes #175 à 180 de l’édition US. Avec ce nouveau cycle, le scénariste, originaire de Liverpool et vivant à Londres (tout comme John), vient ajouter son nom à une impressionnante liste d’auteurs de renommé : Alan Moore, Jamie Delano, Garth Ennis, Warren Ellis et Brian Azzarello.

Dans «Le Sépulcre Rouge», Mike Carey consacre suffisamment de temps à la mise en place des différents protagonistes qui gravitent autour de ce détective du surnaturel, évitant ainsi de larguer les lecteurs qui prendraient la série en cours de route. Cet arc va non seulement renouer avec les racines britanniques de cet accro à la cigarette, mais également faire découvrir Angie Spatchcock, une jeune serveuse qui n’a pas peur de se frotter aux sciences occultes. Le personnage de Gemma, décrit ici comme une petite peste totalement naïve, fait par contre un peu tache au milieu de ce casting assez réussi. L’intrigue démarre de manière posée et prend de l’ampleur au fil des pages et de l’enquête. Malgré son air blasé et antipathique, cet homme torturé et insolent fera tout pour être à la hauteur au milieu des effusions de sang, trahisons et règlement de comptes. C’est principalement usant de ruse et de manipulations qu’il va se frayer un chemin au milieu des nombreux malfrats et créatures démoniaques qui viennent entraver sa progression.

Les deux dessinateurs donnent une apparence différente à John Constantine. Steve Dillon ("Preacher") effectue un bon boulot sur le protagoniste principal en lui donnant un look (long cheveux, barbe) qui colle parfaitement à l’état d’esprit de ce de ce personnage urbain atypique revenant d’un long exode et cherchant à garder l’anonymat. Marcelo Frusin, qui deviendra le dessinateur attitré de Mike Carey sur ce cycle, livre, dans un style légèrement plus sombre, de l’excellent travail au niveau des créatures surnaturelles et des séquences plus violentes.

Un scénario captivant, un personnage intéressant qui évolue dans un monde pour le moins surprenant et un éditeur qui semble choisir les épisodes adéquats afin de faire découvrir "John Constantine Hellblazer" au public francophone de manière efficace.


Chronique rédigée par yvan le 09/01/2008
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 12,54 12,54 12,54
Acheter d'occasion : 8,17
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.25
Dépôt légal : Octobre 2007

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics John Constantine Hellblazer, tome 2 : Le Sépulcre Rouge, lui attribuant une note moyenne de 3,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

11 6 2008
   

Voilà le deuxième album de Hellblazer que je lis. "Hellblazer : Hard Time" ne m'avait pas convaincu car je découvrais seulement le personnage et ne comprenais pas tout. J'espérais en apprendre plus sur lui et découvrir une autre de ses facettes avec ce nouvel album. J'ai en effet trouvé un récit que je comprenais mieux mais il me manque toujours un historique du personnage de John Constantine pour bien comprendre qui il est et quels sont exactement ses pouvoirs.

Cet album se scinde en deux histoires courtes qui se suivent. La première, Accro à la vie, ramène Constantine en Angleterre pour y retrouver sa soeur et... en quelque sorte exorciser le HLM où elle vit. La seconde histoire est dans la continuité de la première et amène Constantine à Londres à la recherche de sa nièce disparue. Cette deuxième histoire est nettement plus conséquente et intéressante que la première. Elle m'a permis de découvrir plus de choses sur les pouvoirs du héros et sur les personnages qui l'entourent.

Ce sont donc des histoires de magie noire et de satanisme, dans une ambiance urbaine et glauque comme beaucoup de séries de la collection Vertigo ("Sandman" en tête). Un soupçon d'humour ou de dérision évitent heureusement trop de sérieux aux scénarios.
Malheureusement, sans connaître vraiment John Constantine, je n'ai pu que moyennement apprécier ces histoires car je n'en saisissais pas toujours les points clés : de quoi Constantine est-il capable, que représente-t-il aux yeux des autres, quelles peuvent être les intentions de son entourage et ses relations vis-à-vis de lui ? Autant d'inconnues qui m'ont empêché de vraiment tout capter et apprécier dans ce comics.

Pour le reste, ce sont des histoires assez originales, qui se lisent bien, dotées d'un dessin tout à fait correct. Bref, ce fut un bon divertissement pour amateur du genre Vertigo.