46 288 Avis BD |20 068 Albums BD | 7 866 séries BD
Accueil
Tome 3 : Le lutin du bois aux roches
 

Johan et Pirlouit, tome 3 : Le lutin du bois aux roches

 
 

Résumé

Johan et Pirlouit, tome 3 : Le lutin du bois aux rochesAfin d'acceder au résumé de Johan et Pirlouit, tome 3 : Le lutin du bois aux roches, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Johan et Pirlouit, tome 3 : Le lutin du bois aux rochesTournant dans la série qui change de titre : "Une aventure de Johan" devient "Johan et Pirlouit". Avec son personnage de nabot au fort caractère et au grand cœur, Peyo trouve un acolyte de choix au sérieux et héroïque Johan.

L’intrigue n’est pas très novatrice en dehors de cette importante rencontre et la réapparition du fourbe Guillaume (relisez « Le châtiment de Basenhau ») est comme un aveu de ce manque d’originalité. Rappelons tout de même qu’on est dans les années 1950 et que la BD n’est encore qu’un art qui s’ignore ! Le récit est tout de même plaisant puisqu’on y retrouve les ingrédients qui donnent toute sa saveur à la série médiévale de Peyo.

Pirlouit n’a pas encore ses traits définitifs (il a une visage plus dur que par la suite), tandis que Johan et le roi ont déjà l’aspect que les lecteurs des albums les plus récents connaissent. L’ensemble du graphisme est agréable et supporte plutôt bien le poids des années.
Un bon divertissement et un tournant dans cette série attachante.


Chronique rédigée par Jean Loup le 08/12/2003
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Jean LoupReflet de l'avatar de Jean Loup
Statistiques posteur :
  • 1313 (63,80 %)
  • 390 (18,95 %)
  • 355 (17,25 %)
  • Total : 2058 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 2,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 10,40 10,40 10,40
Acheter d'occasion : 6,94
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Janvier 1999

Avis des lecteurs

10 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Johan et Pirlouit, tome 3 : Le lutin du bois aux roches, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

12 1 2019
   

Avec ce troisième opus, Peyo introduit enfin l'élément qui manquait à la série pour véritablement se démarquer du reste des récits d'aventures médiévales, il s'agit bien entendu de ce cher Pirlouit et de sa chèvre Biquette au caractère bien trempé. L'histoire est on ne peut plus classique, un chevalier doit sauver une princesse, mais plus que sa résolution, c'est son déroulement qui la rend intéressante, grâce précisément à Pirlouit.

Ce personnage fantasque et haut en couleur attire immédiatement la sympathie, mais aussi les rires tant il devient le ressort comique des situations qui ponctuent l'album. Au départ, il ne devait être que le compagnon d'un temps de Johan comme l'avaient été Tréville ou Hugues avant lui, mais à mesure que le Lutin du Bois aux roches avançait, Peyo comprit qu'il tenait là ce petit je-ne-sais-quoi qui manquait jusqu'à présent à sa série. Les lecteurs du Journal de Spirou ne s'y trompèrent pas du reste en faisant bon accueil au nouveau venu.

Par ailleurs, ce troisième tome possède le charme des meilleurs récits de capes & d'épées avec sa moralité simple, ses scènes d'action bondissantes et son intrigue linéaire. Le grand final, sorte de réécriture, par un Peyo plus adroit dans le dessin et la narration, du final du Châtiment de Basenhau, ne déroge pas à cette esthétique. Le trait stylisé de l'auteur donne une extraordinaire fluidité à cette bataille, et l'on se plaît à interrompre notre lecture trépidante pour admirer les grandes cases qui la dépeignent.

Ainsi, le style s'affirme, les bases de "Johan et Pirlouit" sont jetées, l'univers de Peyo ne demande plus qu'à s'épanouir et à s'enrichir dans les épisodes à venir !

18 3 2014
   

De mieux en mieux, l'arrivée de Pirlouit est un plus considérable. Il apporte une touche de dérision et de folie qui manquait clairement à un Johan jusqu'à présent trop sérieux pour convaincre.
La première histoire manque encore de fond, la princesse prise en otage c'est très banal. Finalement du point de vue scénario, je préfère les 4 histoires courtes en fin de volume.
Le découpage est toujours très académique, le trait très clair de Peyo s'approche du définitif, on s'aperçoit parfois de proportions pas vraiment respectées dans l'anatomie de Johan et Pirlouit a encore une tronche peu avenante, mais ça viendra. Le tout est très dynamique, quand les personnages courent ils prennent vraiment leurs jambes à leur cou.
On se doute que ce sera encore mieux par la suite...

16 9 2013
   

Cet album est incontournable ! D'abord parce qu'il s'agit de la toute première apparition de l'irrésistible Pirlouit, mais aussi parce que son rythme est trépident et diablement efficace ! Tout ce qui fait le charme et l'intérêt de la série se retrouve ici : de l'aventure, beaucoup d'humour et des personnages très attachants...
Les dessins ne sont pas encore au top, mais leur charme indéniable participe grandement à la réussite de l'ensemble...
Les petites histoires qui complètent cet album sont vraiment bonnes et très amusantes...

30 5 2010
   

C'est dans cet album que Pirlouit et Biquette apparaissent et qu'ils changeront la série à jamais!
Les dessins se sont encore améliorés, le tout donne un magnifique résultat. Peyo reprend ici le scénario d'une mini histoire de Johan parue dans la fin des années 1940 dans les journaux belges, et parvient, même si l'histoire est très banale (enlèvement de princesse), à rendre cet album fabuleux!
Il y a comme toujours de l'action, de l'humour... J'aime beaucoup la course poursuite dans le château! Voici encore une fois une BD qui saura vous enchanter!
Note historique: la couvertue présentée ici n'est pas la première couverture de l'album. Il y en avait une avant, avec les dessins de l'époque, et des couleurs plus ternes (n'importe qui remarquera que le style de dessin de la couverture ci-dessus possède le style de Peyo dans ses derniers albums.
Seconde note historique: l'album étant une aventure importante, Peyo avait tenté de le redessiner avec le style des derniers albums de la série de chez Dupuis, et en changeant quelque points du scénario. Ce projet n'a jamais abouti.
Bref, en définitive, les fans de la série apprécieront cet album autant que les autres, et plus particulièrement celui-ci car il manrque un tournant dans la série, qui deviendra progressivement la série "Johan et Pirlouit" que nous connaissons. Du grand art, pour un auteur talentueux qui a marqué de sa patte la BD franco-belge. Un héritage à ne pas négliger.

31 8 2009
   

Voilà de la bande dessinée avec un grand B et un grand D !
Une histoire simple mais haletante, beaucoup de mouvements et des scènes d'action magistrales. Une lisibilité parfaite et jamais d'ennui. Chaque page,... que dis-je?, chaque case s'admire et se contemple à volonté.
Et dire que le dessin va encore s'améliorer !! Peyo avait commencé à le redessiner dans son style plus aboutit mais a malheureusement laissé tomber. Dommage.
On est donc plongés dans un moyen-age de contes de fées, tel qu'on se l'imagine étant enfant. De petit page qu'il était au départ, Johan est quasiment devenu chevalier.
C'est ici que Pirlouit fait son apparition et il s'impose immédiatement. Bien que Peyo ait dit qu'à l'époque, il ne savait pas encore qu'il serait de toutes les aventures suivantes, le titre de cet album désigne quand même Pirlouit et lui seul. Donc, au moins inconsciemment, Peyo savait déjà que ce personnage serait majeur.
Un chef-d’œuvre à ne pas ignorer.

16 1 2009
   

Ce troisième album est en quelque sorte le premier album de la série, car c'est dans celui-ci qu'apparaît pour la première fois Pirlouit. Un duo vient donc de naître, et d'emblée le personnage nous apparaît sympathique. Il est déjà très drôle et commence même une petite carrière musicale (il faudra attendre quelques albums pour qu'il soit vraiment au top).

L'histoire est assez drôle, et des gags classiques sont exploités, comme la partie de "cache-cache" entre Johan et Pirlouit dans les hautes herbes. D'ailleurs leur rencontre masque un peu le reste du scénario et l'enlèvement de la nièce du roi. Cette intrigue n'est quand même pas étouffé, mais on retient plus de cet album la rencontre entre nos deux héros et leur amitié naissante. Celle-ci est d'ailleurs comparée à celle entre Tintin et le capitaine Haddock. Il y'a quand même une différence dans le sens que l'arrivée de Pirlouit fera presque oublier les deux premiers albums, alors que dans Tintin, les albums sans Haddock (plus nombreux,car au nombre de 8) resteront dans les esprits.

Le dessin de Peyo est assez bon. Les personnages anciens (Johan, le roi) ont presque leur forme définitive. C'est un peu moins le cas pour Pirlouit. En tout cas, cet album est très bon du début jusqu'à la fin.

9 12 2006
   

Un des albums charnière dans la carrière de Peyo. C'est ici, qu'apparaît Pirlouit, l'une des plus belles inventions de la bande dessinée franco-belge. Peyo joue savamment du suspense, puisque pendant les premières pages, on entend parler de Pirlouit comme d'une menace, mais on ne le voit pas réellement.

D'ailleurs, Peyo ne donnera jamais d'explication est-ce un nain ou un gamin ? On ne le saura jamais. Mais le personnage est là et apparaît enfin à Johan comme le lutin du bois aux roches, et tout de suite on s'attache à lui. A partir de ce moment, Pirlouit ne quittera plus Johan.

On peut cependant trouver cet album, un peu décevant d'un point de vue de l'histoire : un enlèvement de princesse n'a rien d'original. Quant au dessin, on ne reconnaît pas le personnage de Pirlouit dans ses traits actuels, car Peyo n'a jamais retouché son album.

23 10 2005
   

C'est ici qu'à lieu l'exposion !...
On avait Tintin et Milou, nous avons maintenant Johan et Pirlouit. Le coup de génie !
Johan, paru seul dans ses deux premières aventures, était un héros "normal". Il a même gagné en maturité et sagesse. Il fallait un petit coup de folie...
Et au troisième album, Peyo crée Pirlouit!... Il ne va adjoindre à son héros un compagnon de route dans la même normalité. Non, il lui balance un nain farceur, gourmand, hargneux, colérique, chantant faux. Ce dernier est inséparable d'une horrible chèvre noire : Biquette.
Le tandem est trouvé : un grand sérieux et un petit comique. L'alchimie fonctionne. La BD bien pensante d'alors a son petit roquet irrespectueux dans lequel beaucoup de personnes déclarent reconnaître qui un voisin, qui un collègue...
Peyo se défoule avec Pirlouit, cela se sent. Les histoires sont plus explosives, l'auteur jouant sur deux caractères différents, sur deux tableaux. Le public suit, en redemande toujours. Ainsi sera fait. Le duo de choc, grâce surtout à ce Pirlouit, va enchanter petits et grands pendant des années. Les lecteurs vont ainsi voyager dans un univers médiéval cocasse où une nouvelle dimension humoristique s'est incorporée.
La différence entre le 1er et ce 3ème opus est notoire. Le trait de Peyo s'est très vite affiné.
Le physique des personnages est déjà bien campé (que ce soient nos héros, le roi, dame Barbe, le cuisinier du château, etc..). Ce physique est quasi celui qui les suivra définitivement pendant leurs aventures.
Déjà du grand art...

8 12 2003
   

Nous y voilà ! C'est au troisième album qu'apparaît le compagnon de Johan : l'inoubliable Pirlouit.
Le principe est simple : donner au héros un ami loyal qui est son opposé. La formule est efficace, on l'a vu à plusieurs reprises : Tintin et Haddock, Astérix et Obélix, Spirou et Fantasio, etc... Le héros, sans peur et sans reproche, très propre sur lui, se voit doté d'un joyeux drille colérique, goinfre, têtu... Mais tellement sympathique ! Pirlouit est un personnage clé qui désormais ne quittera plus Johan; c'està se demander comment ce dernier a fait sans lui jusque là :)

En dehors de cette rencontre décisive, l'histoire est très classique mais se laisse lire sans déplaisir.
Si Johan et d'autres ont enfin leurs traits définitifs, il en va différement pour Pirlouit, dont les traits sont encore hésitants (normal, c'est sa première apparition).