46 105 Avis BD |19 969 Albums BD | 7 840 séries BD
Accueil
Tome 1 : Le châtiment de Basenhau
 

Johan et Pirlouit, tome 1 : Le châtiment de Basenhau

 
 

Résumé

Johan et Pirlouit, tome 1 : Le châtiment de BasenhauAfin d'acceder au résumé de Johan et Pirlouit, tome 1 : Le châtiment de Basenhau, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Johan et Pirlouit, tome 1 : Le châtiment de BasenhauPremier tome de la série des Johan et Pirlouit, et partant premier album réalisé par Pierre Culliford, plus connu sous les pseudonyme de Peyo.

Le dessin est encore assez hésitant, et la qualité des illustrations est soumise à de grosses baisses de régime. Le trait est fortement appuyé sur certains personnages (dont Johan), et beaucoup plus léger sur d’autres. On sent que l’auteur se cherche un style graphique au fil de cet album, style qu’il semble trouver au fil des planches.

Au niveau scénario, rien de très exceptionnel non plus, l’histoire relatant les déboires d’un seigneur pleutre et tricheur qui cherche à prendre sa revanche sur le roi.
Tout l’intérêt de cet album réside dans le fait qu’il pose les bases de l’univers médiéval de Peyo, un moyen-âge gentillet où les batailles finissent sans aucun mort, une époque sombre de notre histoire imaginée avec poésie et humour.

Peyo était un grand amoureux de l’époque des chevalier et des châteaux-forts, et cela se sent à travers cet album certes pas encore vraiment aboutit mais où on sent pointer une agréable touche de fantaisie.


Chronique rédigée par vladkergan le 31/07/2002
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de vladkerganReflet de l'avatar de vladkergan
Statistiques posteur :
  • 351 (68,82 %)
  • 73 (14,31 %)
  • 86 (16,86 %)
  • Total : 510 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 2,00 Originalité
  • Scénario : 2,00 Scénario
  • Dessin : 2,00 Dessin
 
Acheter neuf : 10,40 10,40 10,40
Acheter d'occasion : 9,09
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.05
Dépôt légal : Janvier 1954

Avis des lecteurs

10 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Johan et Pirlouit, tome 1 : Le châtiment de Basenhau, lui attribuant une note moyenne de 3,05/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

6 1 2019
   

Embauché par Charles Dupuis par l'entremise d'André Franquin, Peyo se voit demander de produire une grande aventure de 44 pages, lui qui n'avait jusqu'alors réalisé que des récits courts et des illustrations pour diverses publications. Et ce fut précisément le héros de plusieurs de ces récits courts qu'il choisit de mobiliser pour franchir ce cap. Johan, encore blond, apparut en effet dans un comic-strip pour la Dernière Heure avant de poursuivre ses aventures dans le Soir aux côtés d'une autre création de Peyo, "Poussy". Ces comic-strips étaient rudimentaires et improvisés à la petite semaine, aussi, il est d'autant plus remarquable d'admirer les progrès réalisés par le jeune auteur, pour qui il reste cependant encore beaucoup de chemin à parcourir (mais qu'il parcourra à pas de géant).

Ce Châtiment de Basenhau se révèle être un récit à la sauce médiévale plutôt standard, inscrit dans la tradition des films, BD et romans d'aventure consacrés à cette période. C'est bien sûr un Moyen Âge très fantaisiste et romantique, bien que le fantastique ne fait pas encore son entrée dans la série. Il est vrai que cette dernière manque encore d'un univers propre et de personnages marquants, et c'est peut-être cela qui rend le présent album quelque peu dispensable. Johan y est très jeune dans ce récit, tandis qu'en tant que héros sans peur ni reproches, il enchaîne vaillamment les péripéties qui se succèdent au fil de l'inspiration de Peyo.

Selon une approche historienne, l'album est intéressant car il permet d'appréhender véritablement les débuts d'un futur géant. Conseillé par Franquin, Peyo s'acharne à corriger ses planches, à dynamiser son récit, à fluidifier la narration. Ses efforts ne paient pas toujours, mais l'on ressent sa détermination tout au long du récit. L'encrage est parfois un peu pâteux, mais je ne sais si c'est là le fait de l'auteur ou bien de l'impression. Quoiqu'il en soit, déjà affleurent ci et là quelques caractéristiques propres à l'auteur, notamment dans sa manière de décrire visuellement une action avec des procédés extrêmement simples.

9 10 2013
   

Me voilà bien embêté pour noter cet album. D'abord je connais très très peu Johan et Pirlouit, de Peyo je connais bien mieux les Schtroumpfs. Mais là, j'avoue que lire cette première aventure en 2013 m'a été un peu pénible.
On constate dans un premier temps qu'il n'y a que Johan et pas de Pirlouit, notre bonhomme va venir au secours du Roi, attaqué par le méchant de Basenhau. Le scénario n'est pas des plus brillant, le découpage est pénible, ce n'est pas très drôle, les couleurs sont criardes, les personnages sont inconsistants...On peut cependant sauvé le dessin, qui n'est clairement pas le meilleur de Peyo, c'est sûr, mais qui est potable. On peut noter aussi que la morphologie des personnages est assez aléatoire, le troubadour maigrit en tournant les pages.

La seule chose plutot marrante, c'est qu'une histoire de guerre se solde sans un mort, sans tuerie et que les tortures se résument à des chatouilles sur les pieds.

Remis dans le contexte de l'époque et avec un brin de nostalgie, j'y aurai mis une meilleure note. Malheureusement, je l'ai lu pour la première fois dans le train en 2013 et en plus je me suis endormi dessus...

24 8 2011
   

« Le châtiment de Basenhau » est le tout premier album de la série « Johan et Pirlouit ». Peyo en est l’auteur.

A ses débuts, la série ne compte qu’un seul personnage principal, il s’agit du très dévoué page du roi Johan. Il faudra attendre la publication de « Le Lutin du Bois aux Roches », le 3ème album de la série pour voir l’apparition de Pirlouit. Le héros principal Johan manque de charisme et parait très juvénile.

Le dessin n’est pas toujours très réussi. Les traits, souvent hésitants, montrent que l’on est encore loin des futurs chefs d’œuvre de Peyo. A cette époque, l’auteur cherche encore son style graphique. Cependant, on sent déjà le potentiel du dessinateur.

Les couleurs ont mal vieillies, elles sont parfois très moches mais cela a son charme…

Pourtant un peu simple, le scénario a su me captiver du début à la fin. Il y a du rythme et de l’action, les personnages sont animés. Le scénario propose un récit orienté combat médiéval où de nombreuses batailles et prises de château se succèdent, laissant finalement peu de place à l’humour.

On sent que les idées fusent dans la tête de Peyo mais qu’il n’arrive pas encore à les mettre en place. C’est encore le fouillis et peu structuré mais l’auteur déborde d’imagination. On sent tout de suite que beaucoup d’idées germent dans la tête de l’auteur et que par conséquent, cet album ne restera pas sans suite.

Fort logiquement puisque le premier de la série, cet album n’est pas le meilleur des « Johan et Pirlouit ». Néanmoins, cet album est important dans le sens où il pose les bases de la série (univers, contexte historique, personnages, ambiance…).

28 5 2010
   

Premier album cartonné de Johan et Pirlouit. A noter qu'au départ Pirlouit n'est pas dans la série. Johan le page avait vécu plusieurs aventures dans les journaux belges de 1947 à 1949 en noir et blanc (et en plus, il était blond!)
Les 4 premières planches de ce premier tome en couleurs et chez Dupuis sont spéciales car Peyo recevait les conseils de Franquin et celui-ci lui avait demandé de redessiner les 4 premières planches, car les dessins n'étaient pas terribles.
A noter également que la censure de l'époque a enlevé une planche de l'aventure: lorsque le troubadour se fait torturer. Enfin, seulement parce que l'on voit un bourreau avec un hâche!:) Encore un exemple, avec les pistolets de la corne du rhinocéros ou le tome 23 d'"Hunter X Hunter", de la stupidité de la censure..
Venons à l'histoire: l'auteur se cherche encore, mais parvient à tenir un récit captivant, qui tient facilement en haleine. Le scnéario est un peu simple mais parvient à séduire. Les dessins de Peyo ne sont pas aussi jolis que par la suite mais, étant un perfectionniste né, parvient à offrir un rendu superbe avec des personnages animés... Bref, je comprends qu'on l'ait surnommé Peyo L'enchanteur!
Le début d'une magnifique série qui a bouleversé à jamais la BD franco-belge.

21 1 2009
   

Un album particulier de la série en ce qui me concerne car comme je n'ai pas lu les albums dans l'ordre, je me retrouve avec un album sans Pirlouit, ce qui fait bizarre alors que ça ne l'était pas à l'époque. Le scénario de Peyo est assez bon, quoi que assez simple. Il ne comporte pas toutes les touches comiques propre à la série, et la raison principale vient du fait qu'en général, c'est Pirlouit qui l'apporte. On a ici un récit plus ancré dans le Moyen Age (tournoi, combat, prise de chateau). Le dessin lui en est encore à ses début (Johan n'a pas encore le physique qu'on lui connaît) ce qui est souvent la marque des premiers albums (Tintin au pays des soviets, Astérix le Gaulois, entre autre), mais il demeure sympathique. A noter que le premier intégrale de la série propose une planche inédite, enlevée de l'album par peur de censure, représentant une scène de torture. Comme cet album est le premier de la série, on peut pardonner ses défauts.

1 3 2007
   

Cet album n'est clairement pas mon préféré de la série "Johan et Pirlouit" car je trouve qu'il a trop mal vieilli. Il s'agit d'un pur récit d'aventure médiéval, avec peu d'humour, et un héros qui manque encore nettement de personnalité. Le dessin de Peyo y était également encore raide et pas très charmant.
Un album dont la lecture me lasse même s'il n'est pas mauvais et permet de découvrir le héros d'une série qui va amener de très bons albums par la suite.

16 8 2006
   

Johan et Pirlouit est une série trop méconnue selon moi. Je ne sais pas si c'est parce que je l'ai découverte toute petite, mais en tout cas j'adore. Je dois connaître les albums par coeur mais je ne me lasse jamais de les relire...

Certes, ce premier album est loin de refléter le niveau de la série. Peyo se cherche, et le trait est hésitant, pas toujours très joli.
Mais néanmoins, cet album est important puisqu'il pose les bases de tout ce petit monde, des personnages et du reste.

23 10 2005
   

J'ai découvert ces aventures quand j'étais gamin, en 1960/61. Par la suite, j'ai recherché -et retrouvé- les albums antérieurs; ce dont je me réjouis encore à l'heure actuelle.
J'ai un goût immodéré pour le Moyen-Age. Celà vient-il de ces histoires?... Je ne sais...
J'ai toujours aimé cette série de "châteaux, chevaliers et batailles".
Il est vrai que, dans ce premier opus, Johan fait bien pâle figure de ce qu'il sera par la suite. C'est un jeune page, encore émerveillé par le monde rutilant qui l'entoure. Mais, déjà, son esprit chevaleresque s'est développé. Car lorsqu'il surprend le vil Basenhau en train de saboter la lance de son adversaire, il n'écoute que son courage et intervient de fait.
Ses aventures -dans un Moyen-Age imaginé par Peyo- plairont de suite aux lecteurs. On en redemande ! Ainsi fera Peyo... Il ne sait pas encore que cette série sera supplantée, bouleversée, ravalée par le raz-de-marée Schtroumph. Mais ça, c'est une autre histoire...

NOTICE INFO :
Johan est beaucoup plus vieux qu'on ne le pense !
On le rencontre pour la première dans le journal "La Dernière Heure" (actuellement le 2ème tirage en Belgique après "Le Soir) n° 101 du 11 Avril 1946 (bientôt 60 ans!). Il y paraît, le temps d'un court gag de quatre cases. Il est blond. On l'y retrouve le 16 Janvier 1947. En 1950, il paraît en bonne place dans "Le Soir". C'est en 1952 que les lecteurs de l'hebdo Spirou le découvrent en forme hebdomadaire. Ses cheveux sont devenus noirs. La consécration viendra en 1954 avec la parution de son premier album sous forme brochée.
Même si le trait et le graphisme de Peyo paraissent un peu "simplet", il faut se replonger cinquante années en arrière; période où la BD en était à ses débuts réels. Les hebdos étaient interdits en classe. Seul les albums de Tintin avaient, un peu, droit de cité.

2 11 2003
   

Nous sommes au début des années 1950. Peyo n'est pas encore le célèbre créateur des Schtroumpfs et lance une nouvelle série se déroulant au Moyen Age. "Le châtiment de Basenhau" est donc la première aventure de Johan. Oui, de Johan tout seul, puisque Pirlouit n'apparaîtra que dans le troisième tome, "Le lutin du bois aux roches", pour ne plus quitter son compagnon. Pour la petite histoire, rappelons que les fameux Schtroumpfs naîtront dans le neuvième volume et qu'ils auront une tête sensiblement différente de celle qu'ils prendront par la suite dans leur série éponyme.

Mais revenons à cet album vieux d'un demi-siècle (!). Le trait de Peyo y est hésitant, la mise en couleurs est bâclée, le découpage est d'un académisme effarant. Voilà pour l'analyse XXIe siècle. Mais si l'on veut bien considérer cet album avec le recul nécessaire à une œuvre si ancienne, on est touché par l'univers aventureux et plein de bons sentiments créé par l'auteur. Johan est sans peur et sans reproche et le scénario est convenu, certes, mais cela n'empêche pas le lecteur de prendre du plaisir et d'être fasciné par ce monde médiéval imaginé par Peyo. L'humour est encore très peu présent dans cette aventure de Johan : c'est l'introduction du personnage de Pirlouit qui amènera la fantaisie dans la série.

A recommander sans aucune réserve pour les plus jeunes et pour les amateurs de vieilles BD de qualité. Les autres pourront se contenter de jeter un œil aux derniers titres de "Johan et Pirlouit", au graphisme plus abouti.