44 761 Avis BD |19 300 Albums BD | 7 664 séries BD
Accueil
Tome 1 : Le testament de M. Pump
 

Jo, Zette et Jocko (Les aventures de), tome 1 : Le testament de M. Pump

 
 

Résumé

Jo, Zette et Jocko (Les aventures de), tome 1 : Le testament de M. PumpAfin d'acceder au résumé de Jo, Zette et Jocko (Les aventures de), tome 1 : Le testament de M. Pump, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Jo, Zette et Jocko (Les aventures de), tome 1 : Le testament de M. PumpHé oui, Hergé n'a pas créé que Tintin.
Pourquoi Jo, Zette et Jocko ?...

En 1935, six ans après la création de Tintin, Hergé reçoit d'importantes doléances de la part du comité directeur de "Coeurs Vaillants" où les aventures de notre reporter paraissaient. D'obédiance catholique, ses membres s'insurgent soudainement des origines "obscures" de Tintin. Quoi ? Un héros, jeune, sans père ni mère ?... Que vont penser les parents de nos lecteurs !?!...

Hergé est ainsi "obligé" de créer une série familiale, en accord avec les poncifs de l'époque.

Ces aventures paraissent hebdomadairement, le temps de cinq histoires.
Le premier album ne sera édité qu'en 1951.

Hergé s'amuse quand même à entraîner ses héros dans des aventures rocambolesques. Moins connue que "Tintin", malgré seulement la parution de cinq albums, cette série qui mêle exotisme, science-fiction, humour et aventure est néanmoins très intéressante.

Quant au dessin, inutile de se tromper, c'est du "Hergé tout plein" avec sa ligne claire reconnaissable entre mille.

A (re)découvrir d'urgence même si vous n'êtes pas fan de Tintin.

NOTICE INFO :
L'histoire complète porte le titre de : "Le stratonef H. 22" et comporte deux tomes. Le présent "testament" en est le premier "sous-titre".


Chronique rédigée par LYmagier le 16/11/2005
 
 
Statistiques posteur :
  • 2911 (92,44 %)
  • 154 (4,89 %)
  • 84 (2,67 %)
  • Total : 3149 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.58
Dépôt légal : Janvier 1951

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Jo, Zette et Jocko (Les aventures de), tome 1 : Le testament de M. Pump, lui attribuant une note moyenne de 3,58/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

19 5 2017
   

Encore une BD difficile à évaluer. Ce premier tome a des qualités qu’on retrouve dans Tintin. On reconnait par exemple sans problème le coup de crayon d’Hergé, sa ligne claire. On aperçoit aussi du mouvement, des scènes d’action, que le dessinateur reproduit aussi dans Tintin. On voit aussi des compositions de case, des découpages, chers au maitre.
Ça se sont les qualités. Mais le scénario est quand même extrêmement léger. Oui je sais, c’est une commande, destinée à la jeunesse. Mais ça manque quand même de rebondissements dignes de ce nom, car là tout est cousu de fil blanc, il ne se passe rien de surprenant. Pire, on sait à l’avance que tout le monde va s’en sortir indemne par le plus grand des hasards. Il manque aussi les personnages secondaires et les scènes d’humour. Bref c’est loin de valoir n’importe quel Tintin.
Sans compter que beaucoup de dialogues se passent au téléphone et que ça finit par être pénible à lire.
Je plains aussi la mère des deux enfants qui se fait un sang d’encre tout le long de l’album…

Et encore ce n’est que le premier tome, le deux est pire dans le genre.

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
18 9 2014
   

Cette bande créée en 1936 par Hergé pour Coeurs Vaillants fut reprise en Belgique dans le Petit Vingtième, puis après la guerre dans le journal Tintin. Elle a été conçue à la demande de la direction du journal qui voyait en Tintin un personnage sympathique mais n'ayant pas d'attaches familiales, aussi ce journal très catholique devait offrir à la jeunesse un exemple sain, c'est ainsi que les gamins Jo et sa soeur Zette auront des parents, les Legrand, ainsi qu'un compagnon remplaçant Milou, le singe gaffeur Jocko.

Cette aventure baptisée par Hergé "le Stratonef H22" est scindée en deux parties lors de son édition en album par Casterman en 1952, dont le premier chapitre est rebaptisé Le Testament de Mr Pump ; le récit est légèrement remanié mais il ne bénéficiera pas des multiples remises à jour et modernisations dont a bénéficié Tintin, cependant il est comme les 4 autres albums de cette série constamment réédité, preuve qu'un nouveau public d'enfants accroche à cet univers. Je dis d'enfants, car il faut reconnaître que le ton est plutôt naïf, un peu dans l'esprit des premiers Tintin, avec touttefois de nombreuses situations comiques. Hergé n'ayant jamais trop pris au sérieux cette série, préférant son petit reporter à la houppette, il ne l'a pas cajolée, pour lui, c'était une série imposée qu'il s'est quand même efforcé de mener avec soin.

Ce premier album met en avant monsieur Legrand, brillant ingénieur qui conçoit ce stratonef H22, et ses enfants font tout pour déjouer les pièges des nombreux concurrents. Je regrette que le personnage du milliardaire Pump ne soit pas plus développé, obsédé par la vitesse, il n'apparaît que dans les premières pages, et ses inventions mécaniques sont assez drôles. En lisant cette aventure, on a l'étrange impression de lire du Tintin mais sans Tintin, c'est en tout cas très distrayant malgré un côté daté qui peut faire sourire.

10 5 2013
   

Dessiné à partir de 1937 Ce 1er tome de la série est en fait la 2ème aventure de Jo, Zette et Jocko, après le rayon du mystère en 2 tomes. Pourquoi cette inversion dans l'édition album ? peut-être simplement parce que cette aventure du "Stratonef H22" est meilleure donc plus accrocheuse pour démarrer une série.
En tout cas cette inversion dans l'édition se perçoit par l'importance du rôle du père. Cette 2ème aventure le met plus en avant, un peu logiquement après une 1ere aventure qui présente les personnages et donne la part belle aux personnages du titre. C'est donc un peu curieux dans l'ordre des album de voir un père important dès la 1ere histoire et très effacé à la suivante.
C'est une histoire basique que Hergé nous conte là. Mais malgré son manque d'enthousiasme bien connu sur cette série qui lui a été imposée, c'est parfaitement mis en scène. Le découpage est clair et les passages d'une scène à une autre efficaces. On est toujours dans l'action, une succession d'action qui s'enchaine crescendo avec des explication ingénieusement concises qui raccourcissent les liaisons entre deux scènes tout en restant d'une clarté exemplaire.
Hergé était, en plus du dessin, aussi doué pour raconter une histoire. Et contrairement à Tintin qui est belge, ces héros ci sont Français môssieu !
C'est donc une histoire qui se lit très agréablement, sans ennuie. Avec bien sûr ce petit côté retro désuet qui a son charme. Le tout émaillé de notes d'humour discrètes mais d'une fine qualité. Comme Hergé savait le faire.
On est en plein dans sa ligne claire, très épurée de l'époque "Tintin en Amérique". plusieurs scènes le rappellent et d'autres seront réutilisées plus tard : L'attaque de l'ambulance percutée, Les sièges télescopiques et tapis roulants de chez M. Pump, Le serveur sur patin à roulette qui lutte pour maintenir son plateau, (ce n'est pas encore Nestor)....
Et malgré son statut d'oeuvre mineure de Hergé il y a quand même des scènes d'anthologie comme celle de la roulotte des romanichelles. Et le Stratonef a vraiment de la gueule ! Même avec une hélice improbable.
La lecture de cet album donne vraiment envie de connaitre la suite. c'est que c'est quand même du bon.
Et j'ai un scoop ! Il y a un portrait de Haddock chez les Legrand. C'est quelqu'un de la famille ? Ou au moins une connaissance très proche !

28 7 2011
   

« Le testament de M. Pump » est le premier épisode de l’aventure « Le stratonef H. 22 » écrite et dessinée par Hergé en personne.

Bien loin d’être connus et reconnus du grand public, Jo, Zette et Jocko n’en sont pas moins des personnages attachants de l’univers d’Hergé. Cette histoire, dans l’ensemble réussie, en est la preuve. Très rythmée et pleine de rebondissements, cette aventure est destinée, à notre époque, à être lue par des enfants. Mais il s’avère qu’en 1951 (il y a donc 60 ans), cela n’était pas forcément le cas. Les aventures de Jo, Zette et Jocko étaient lu par tous, grands et petits. A l’époque, les gags qui ont un peu vieillis, faisaient mouche.

J’ai particulièrement aimé la présentation du milliardaire en homme très pressé. Je l’ai trouvé assez rigolote, elle m’a fait sourire à de multiples reprises. La suite de l’histoire met avant la débrouillardise des enfants et le talent d’ingénieur de leur père. En somme, une petite famille modèle dont la mère est un peu en retrait (peut être normal pour l’époque puisque les femmes devaient rester au foyer…).

On reconnait très bien les coups de crayon de Hergé (la fameuse ligne claire) et à la lecture de cet album, on se remémore certains épisodes tintinesques.

Après avoir lu les 5 volumes, il semblerait que cet album soit mon préféré.

Cet album est une belle découverte et je conseille vraiment sa lecture aux inconditionnels de la bande dessinée belge. Il s'agit tout de même d'une oeuvre de Hergé, un grand Monsieur de la BD.

18 7 2008
   

J'aime bien cet album. C'est en plus intéressant de voir comment Hergé met en scène d'autres héros. Le scénario est bien emmené, on fait la connaissance de ce milliardaire épris de vitesse, et lorsqu'il vient à quitter ce doux monde, l'aventure commence... Il lègue sa fortune à celui qui relèvera le défi de faire Paris-New York à 1000 km/h. Le père de Jo et Zette, ingénieur aéronautique de son état, et pilote à ses heures, est mis à contribution pour réaliser la machine. Les neveux du milliardaire, qui empoche le pactole si le défi n'est pas réussi, s'emploieront à faire échouer cette tentative.
Jo et Zette, qui adorent leur papa, font tout pour déjouer les plans des méchants, jusqu'à prendre eux-mêmes place dans stratonef. Ce premier tome relate la période de construction du stratonef, et on découvre avec bonheur les différents stratagèmes développés par les gredins pour causer du tort à papa Legrand. C'est bien emmené, il y a du suspense et de l'action.
Cette une bonne histoire, bien posée, même si cette aventure fait fi de bien des règles physiques et temporelles. Pour un enfant qui lit cette histoire, ces inconsistances ne sont pas relevées et on aime à penser à son bonheur en découvrant cette histoire d'enfants dévoués.
Je serai toujours étonné de la facilité d'Hergé pour dessiner des moyens de locomotions automobiles ou aéronautiques, qu'ils soient purement imaginaires ou qu'ils aient existé. Le stratonef aurait pu exister!!!