46 534 Avis BD |20 177 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 6 : Le prince de la B.D.
 

Jack Palmer (Les aventures de), tome 6 : Le prince de la B.D.

 
 

Résumé

Jack Palmer (Les aventures de), tome 6 : Le prince de la B.D.Afin d'acceder au résumé de Jack Palmer (Les aventures de), tome 6 : Le prince de la B.D., merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Jack Palmer (Les aventures de), tome 6 : Le prince de la B.D.Ce tome est la première histoire longue du détective que je lis. Il est amusant de constater que cette opus traite de l'adapation d'une bd sur grand écran, chose qui sera faite finalement avec "l'enquête Corse". Mis à part ce clin d'oeil, je trouve cet opus nettement plus faible que ceux réunissant des histoires courtes. C'est un peu long et rasant malgré une très bonne mise en situation. Les dessins sont quant à eux toujours aussi démodés.


Chronique rédigée par pierig le 28/03/2006
 
 
Statistiques posteur :
  • 440 (95,24 %)
  • 16 (3,46 %)
  • 6 (1,30 %)
  • Total : 462 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 2,00 Scénario
  • Dessin : 2,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Acheter d'occasion : 3,85
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.75
Dépôt légal : Janvier 1990

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Jack Palmer (Les aventures de), tome 6 : Le prince de la B.D., lui attribuant une note moyenne de 2,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

3 5 2006
   

Confirmation pour cette série : il faut passer outres les premiers tomes, carrément faiblards et vieillis, car ensuite on atteint un humour sympa.

Sans abandonner l'humour absurde, Pétillon opte pour des gags plus lisibles que dans les premiers volumes. L'histoire complète proposée ici égratigne le milieu du cinéma et de la bande dessinée. On mesure d'ailleurs le chemin parcouru : les festivals de BD quasi-déserts ne sont plus légion, et avoir une dédicace de certains auteurs relève de la douce chimère ou du gros coup de bol !

Palmer est toujours aussi minable et ne tient pas l'alcool. Manque de pot, il ne sait pas refuser un verre et passe le plus clair de l'album dans les vapes, ce qui est l'occasion de situations marrantes.

Sans être indispensable, ce "Prince de la BD" est une lecture distrayante.