46 454 Avis BD |20 138 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 101 : Intégrale 1
 

Isabelle, tome 101 : Intégrale 1

 
 

Résumé

Isabelle, tome 101 : Intégrale 1Afin d'acceder au résumé de Isabelle, tome 101 : Intégrale 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Isabelle, tome 101 : Intégrale 1Epuisée depuis des années, voilà qu’enfin le Lombard se décide à offrir à cette série un dépoussiérage à sa mesure.

Cette première intégrale d’Isabelle reprend ainsi les 4 premiers albums de la série, ainsi que de nombreuses histoires courtes parues dans le journal Spirou. Le recueil est également introduit d’une genèse de la série, illustrée de dessins et croquis inédits.

Si les deux premiers albums, «Le tableau enchanté » et « Isabelle et le capitaine » sont certes sympathiques et bon enfant, force est d’avouer que la série décolle à partie du troisième opus, « Les maléfices de l’Oncle Hermès », sur lequel Franquin vient apposer son imagination galopante.

Jusque-là, la série n’avait pour ainsi dire pas d’univers réellement marqué, les seuls personnages récurrents étant Isabelle et sa tante. L’ambiance magique de la série était déjà là, mais il manquait l’étincelle de folie et de poésie qui allait pouvoir donner une cohérence plus importante aux aventures d’Isabelle.

« Les maléfices de l’Oncle Hermès » voient ainsi l’apparition de nombreux nouveaux personnages qui vont accompagner notre héroïne dans ses histoires à venir, quand ils n’en seront pas tout simplement à l’origine : l’Oncle Hermès, sorcier aux pattes de bouc, la jolie Calendula et son aïeule Kalendula.

L’univers d’Isabelle est peuplé de monstres étranges, tantôt effrayant, tantôt bon enfant, issus de l’imagination fertile des scénaristes : Quantustrémor et Futurus, les oiseaux siamois, Ulothix et Dinothrix, les hippocampes conduisant le char sous-marin de Calendula, le Chintufle…

En bref cette première intégrale permet de se plonger avec bonheur dans cette série qui prend très vite une tournure fantastique du plus bel effet, à l’univers riche et varié, peuplé de monstres et de créatures féériques. Indispensable.


Chronique rédigée par vladkergan le 17/05/2007
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de vladkerganReflet de l'avatar de vladkergan
Statistiques posteur :
  • 351 (68,82 %)
  • 73 (14,31 %)
  • 86 (16,86 %)
  • Total : 510 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 27,55 27,55 27,55
Acheter d'occasion : 130,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.17
Dépôt légal : Mai 2005

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Isabelle, tome 101 : Intégrale 1, lui attribuant une note moyenne de 4,17/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

6 8 2014
   

Chic !... Les 4 premiers tomes sont ici repris, ça me plait !
Isabelle débute sa carrière dans l'hebdo Spirou, en 19 Mars 1970. Ca fait un sacré bout de temps !

A l'époque, j'avais 16 ans, et ces histoires me paraissaient vraiment d'une débilité profonde. Ultérieurement, suite à une relecture des albums, je me suis rendu compte à quel point je n'avais pas (trop) compris quelque chose de "bien".

Cette première intégrale est une suite d'aventures qui mêlent la réalité et la féerie des êtres et des choses. Elle mélange adroitement l'opposition de deux univers. D'un côté, le "nôtre" : Isabelle vit -en apparence- une vie de petite fille normale. Puis "l'autre" côté ; celui où elle rencontre son oncle, le magicien Hermès.
Et on passe -je suis passé- d'un monde à l'autre, en compagnie de notre héroïne. Mais tout ne passe pas si bien que cela. Il y a les bons et les méchants. Et ces derniers « saucent » agréablement les divers tomes.

Une série juvénile, oui... d'une certaine façon.
Le dessin ?.. C'est du Will (Tif et Tondu), reconnaissable entre mille. Un trait net, lisible, qu'il met ici au service de personnages bien typés ; agrémentant de bien belle façon l'imaginaire des décors et arrière-plans.
Les scénarios ?... Solides, bien ficelés. Il faut dire qu'Yvan Delporte, scénariste reconnu et prolifique, avait reçu l'appui de Macherot et de Franquin. Quel trio !
L'attrait des lecteurs ?... Une petite fille "héroïne". Rare pour l'époque ; les personnages féminins ne couraient alors pas les pages de Spirou.

Cette première intégrale ?... Elle est originale et mêle merveilleux et fantastique, aux personnages attachants (même les "mauvais"), dont chacun des albums qui la composent se lit avec un certain plaisir... si on a gardé son âme d'enfant.

27 2 2008
   

Une série qui reparaît en intégrale depuis peu et c'est vraiment une très bonne chose.
Isabelle a longtemps fait les beaux jours du journal Spirou, mais sa parution chaotique lui a sans doute fait du mal. De plus, les nombreuses références au second degré étaient peu compréhensibles des enfants.

Les premiers récits sont des histoires courtes parues au début des années 70. Isabelle et le tableau enchanté est assez charmant, pour son petit côté poétique, mais l'aspect un peu répétitif des situations peut lasser. La deuxième histoire Isabelle et le capitaine est dans le même créneau. On sent quand même l'humour de Delporte qui truffe son texte de nombreuses références.

C'est seulement avec l'arrivée de l'oncle Hermès et des deux Calendula dans le volume 3 les maléfices de l'oncle Hermès que la série commence à gagner ses lettres de noblesse. Mais, il faut dire qu'il y avait un très beau casting : Will au dessin, Delporte, Franquin et Macherot au scénario, 4 grands de l'école de Marcinelle. Quant à l'album l'astragale de Cassiopée, c'est tout simplement un petit chef d'oeuvre. L'univers est vraiment magique. Le bestiaire est impressionnant.

La série joue sur l'onirisme. On retrouve l'humour anar d'Yvan Delporte, le côté poétique de Franquin ou Macherot et les très beaux dessins de Will.

Cette série est donc à redécouvrir et fait sans doute partie des oeuvres incomprises de l'âge d'or de la bd franco-belge, au même titre qu'un Olivier Rameau.