46 508 Avis BD |20 168 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 3 : Olga
 

Isaac le pirate, tome 3 : Olga

 
 

Résumé

Isaac le pirate, tome 3 : OlgaAfin d'acceder au résumé de Isaac le pirate, tome 3 : Olga, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Isaac le pirate, tome 3 : OlgaIsaac le pirate est maintenant une série connue et reconnue : un alph-art du meilleur album et une pré-parution de cet album dans Télérama pendant ces dernière vacances d’été.
Mais est ce que ce succès est vraiment mérité ?

Pour ma part je pense que oui, c’est vraiment une très belle BD. Un dessin toujours aussi spécial mais qui sied bien au récit exposé. Pas de grosse surprise ni de grande nouveauté coté dessin. Il y en aura toujours des qui aiment et d’autres pas du tout…

Le petit bémol que l’on peut reprocher à ce dernier tome est son manque de dynamisme en particulier vers la fin du tome. C’est un récit d’aventure mais qui dépasse ces limites de l’action avec du romantisme (mais aussi du charnel) de la poésie et du rêve. Mais on aimerais peut être en découvrir plus et ça reste un peu léger...

Mais j’apprécie toujours autant le travail de Mr BLAIN. Ca change vraiment de la BD classique et ça relance l’intérêt pour cette nouvelle BD et ce nouveau style d’art graphique et littéraire.

Encore une réussite dons mais il faudrait faire attention à ne pas s’éterniser (à des fins commerciales…)

PS : encore une superbe couverture.


Chronique rédigée par Djailla le 07/10/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 306 (97,76 %)
  • 4 (1,28 %)
  • 3 (0,96 %)
  • Total : 313 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,40 11,40 11,40
Acheter d'occasion : 5,88
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.00
Dépôt légal : Septembre 2002

Avis des lecteurs

9 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Isaac le pirate, tome 3 : Olga, lui attribuant une note moyenne de 3,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

6 2 2015
   

Avec ce troisième tome, Blain semble vouloir faire, en première partie, table rase du passé. Exit les Suédois, puis exit Jean, puis exit tout l'équipage... On se dit que ce parti pris va déboucher sur une nouvelle phase sur scénario, et finalement rien de probant n'est proposé. En effet, Blain semble vouloir continuer, dans un premier temps, à faire voyager Issac sur un nouveau navire, pour y renoncer abruptement. On enchaîne sur une histoire d'Isaac et Jacques en recherche de sexe... Bref, c'est décousu, la nouveauté promise en début d'album avec le grand ménage opéré, est déçue. On tourne en rond, et les dialogues, ainsi que la narration, qui mettaient Issac en décalage permanent avec son environnement, décalage sur lequel reposait l'intérêt de la série, est moins présent puisque Isaac se fait complce de Jacques.

Du côté d'Alice, ce serait un peu le contraire. Rien n'évolue. On tourne toujour autour de cette relation ave Bon Chemin sans vraiment faire avancer l'histoire et les discussions sur l'oreiller me semblent peu intéressantes et répétitives. Du coup, de ce côté-mà, je suis également un peu déçu.

Il reste toutefois un album marqué par plus d'actions que précédemment, renouant ainsi avec le rythme du premier tome. Mais ces actions semblent avoir du mal à s'agencer de façon continue pour créer une histoire cohérente.

13 7 2008
   

Avec ce troisième tome, Blain jette tout ce qu’il avait construit par-dessus bord : les protagonistes qu’il avait développés pendant deux tomes, les suédois que l’on n’a même pas eu le temps de connaître et l’environnement maritime tellement cher aux récits de pirates.

C’est non seulement étonnant, mais cela se passe surtout de manière trop brusque, sans véritable motivation et pour mener à des histoires d'amourettes sans véritable intérêt. Heureusement, l’auteur garde Isaac, son ami Jacques et quelques dessins, comme seuls souvenirs de ce voyage tombé à l’eau.

Du coup, le récit semble dépourvu de fil conducteur et trop décousu. Un tome de transition issu de la fantaisie débordante d’un auteur talentueux et d’une grande maîtrise narrative, mais dont on se demande parfois à quoi il sert.

21 8 2006
   

C'est radical ! Blain n'y va pas par demi-mesure.
Il y a quelques années, lors de sa sortie, c'est ce tome qui avait arrêté ma lecture d'"Isaac le pirate". Je n'avais pas trouvé indispensable de continuer.
En redécouvrant ce tome, où tous les protagonistes des aventures marines précédentes vont être éliminés (sauf Isaac et Jacques), je tique un peu encore.
Blain procède à la tactique de la terre brûlée: plus d'histoire dans les glaces, plus de Jean le Pirate, plus de bateau. Il agit comme s'il n'avait plus eu d'idée pour s'en sortir, comme s'il décidait de tourner la page pour se relancer (c'est à peu près la seule chose qui me rende optimiste).
Il tente de relier le tout par quelques histoires d'amourettes ou par le talent de notre peintre (ah, cette cassette qu'il ne faut pas jeter !) mais je trouve que c'est léger, voire insignifiant.
Quelle déception ici par rapport aux livres précédents, et, heureusement, le dessin sauve la série, et lui permet de surnager un peu.
Mais je suis inquiet, que va donner la suite ? Quel gâchis cette destruction en règle !

11 6 2006
   

Avec un rythme très personnel, un graphisme novateur et une palette de couleurs particulièrement audacieuse, Christophe Blain nous entraîne dans sa fantaisie avec une facilité déconcertante.
Blain dispose d'une sorte de grâce, un don assez rare dans ce milieu de la bande dessinée qui multiplie actuellement les publications à un rythme échevelé (aaah... rendement... quand tu nous tiens...)
Blain, dis-je, symbolise une nouvelle approche de la BD "made in Paris". Une BD qui en revient aux sources du récit vrai. Cet auteur rappelle les anciens feuilletonnistes comme on en trouvait dans la France du 19ème siècle. Des récits linéaires, sans artifice compliqué, qui suivent un ou deux personages à la trace.
Bien sûr, ces héros ne s'endorment jamais sur leur chaise et les aventures qu'ils vivent peuvent apparaître surréalistes. Mais qu'importe tant que l'ivresse du récit permet au lecteur de s'immerger pleinement dans un univers dense et passionnant.
La passion, l'aventure, mais aussi les sentiments humains et les petites faiblesses sont le lot des personnages de Christophe Blain. Et on s'en régale.

safedreams :Une BD culte ! Note de l'album : 5,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
10 6 2006
   

Un excellent album, mais mon impression est un chouille moins bonne que pour les deux premiers. Il y a ici un peu moins d'aventure, c'est un peu plus statique. La fin est un peu bizarre avec la rencontre avec Olga. Cette rencontre s'avère finalement qu'une anecdote dans la rocambolesque histoire d'Isaac et pourtant elle donne le nom de l'album. Je vois plus cet album comme une transition, prétexte à ramener le héros dans la capitale (Le tome suivant). Reste l'atmosphère incomparable de la série, les traits de caractères des différents personnages, tous très attachants et au final le talent exceptionnel de l'auteur.

Doña Hermine :Une BD sans intérêt ! Note de l'album : 1,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Doña HermineReflet de l'avatar de Doña Hermine
23 12 2005
   

Moi aussi, Bidibul, j'aime bien être surprise, mais alors là, non !
Le scénario devient n'importe quoi, Blain semble ne plus savoir où il veut en venir, l'histoire fait du sur place. J'aime toujours autant les dessins, si particuliers, pourtant, mais c'est la seule consolation de cet album.Est-ce un album de transition ? Va t'il se reprendre avec le prochain tome ?

22 12 2005
   

Déroutante. C'est ainsi que je qualifierais cette suite. Christophe Blain a-t-il perdu sa boussole au point de changer radicalement de cap ?

Moi qui pensais comprendre, en fin de tome 2, quelles étaient ses véritables motivations (à savoir, construire et développer une galerie de personnages, mettre en avant leur évolution, la complexité des rapports humains, ...)… j'en suis pour mes frais.

Ce qui faisait, à mes yeux, la force des deux premiers tomes, ce sont les dialogues et les personnages.

Or, les dialogues me paraissent ici moins nombreux et moins travaillés.

Quant aux personnages, dont j'appréciais les différentes facettes, ils disparaissent les uns après les autres : c'est comme si Blain jetait par dessus bord ce qu'il a patiemment construit. On pourrait le comparer à un peintre qui prend un peu de recul pour contempler son oeuvre et qui la déchire sauvagement car il n'a pas obtenu les résultat souhaité. Attention, je ne suis pas en train de dire que l'auteur renie ses deux premiers albums… Je pourrais tout autant croire que Blain, au retour d'une soirée bien arrosée, a improvisé puis conservé chaque scène qui lui est venue à l'esprit : tiens... et si on tuait tout le monde, et si on changeait de bateau, et si on allait baiser des femmes d'aristocrates, et si on rentrait chez nous, et si on allait au bordel, et si... En définitive, le récit est assez décousu.

Alors pourquoi mettre 3 étoiles et pas 1 ou 2… eh bien parce qu’au final il reste pas mal de situations cocasses et puis surtout il y a le fait que l'auteur nous aborde par tribord alors qu'on l’attendait à babord... et moi j’aime bien être surpris :)

22 5 2003
   

Avec ce troisième tome, Christophe Blain est bien peu inspiré! Non content que l'histoire n'avance pas, et au contraire même se perde dans une joyeuse pagaille, le scénario est haché, mal équilibré, pénible à suivre.

J'ai vraiment souffert pour terminer l'album sans regarder à chaque nouvelle page combien il m'en restait encore! Que c'est long!
J'ai été très étonné de voir le sort que Blain réservait aux personnages centraux des 2 précédents tomes au début de celui-ci. La façon avec laquelle il saborde son univers est tout de même assez incroyable, comme si après s'être vraiment appliqué sur 2 albums, il relâchait son attention pour produire un troisième opus très moyen, très fade.

Fade, voilà le terme qui convient le mieux à cet album, autant pour l'histoire, le scénario mais le dessin aussi! Les traits du personnage principal Isaac sont différents des 2 premiers tomes, en soit rien de répréhensible, au contraire même (les aventures et son destin peu commun laissent forcément des traces sur le psychologique et sur le physique) mais là c'est carrément bâclé.

Et puis ce scénario qui oscille toujours entre deux côtés, comme si Blain ne savait pas où il veut aller : cet album donne vraiment l'impression d'avoir été écrit au fil de l'eau, sans story-board! C'est d'autant plus rageant que les deux tomes précédents étaient vraiment de grande qualité. Ici rien ne se tient, ça manque franchement de liant, et c'est très indigeste.