46 501 Avis BD |20 162 Albums BD | 7 884 séries BD
Accueil
Tome 4 : La capitale
 

Isaac le pirate, tome 4 : La capitale

 
 

Résumé

Isaac le pirate, tome 4 : La capitaleAfin d'acceder au résumé de Isaac le pirate, tome 4 : La capitale, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Isaac le pirate, tome 4 : La capitaleVoilà un tome qui renoue un peu avec la qualité des 2 premiers opus.
On retrouve un Christophe Blain plus inspiré que dans le tome 3, notamment dans les dialogues, plus péchus.
Les personnages sont mieux exploités, le personnage de Jacques est d'ailleurs vraiment irrésistible. A tel point qu'il éclipse littéralement notre héros pendant 45 planches.

Côté dessin, le progrès est constant. Les couleurs penchent vers des tons un peu plus clairs qui rendent les actions plus lisibles. Les décors sont encore mieux chiadés, surtout au niveau des reconstitutions historiques des rues Parisiennes.

Finalement, le seul reproche que j'aurais à formuler concerne le scénario. C'est encore un peu déstructuré, écrit "à la volée", et du coup on perd un peu le fil du récit. Dommage, ça pourrait donner la "petite touche" supplémentaire qui nous avait tant plu dans "Les amériques".

En résumé, on passe un bon moment, c'est vraiment dans la continuité. J'espère seulement que cette série saura s'achever dignement, le mieux étant dans le prochain tome.

Aller, ça vaut 4 étoiles !!


Chronique rédigée par pierrino le 08/08/2004
 
 
Statistiques posteur :
  • 32 (94,12 %)
  • 1 (2,94 %)
  • 1 (2,94 %)
  • Total : 34 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,40 11,40 11,40
Acheter d'occasion : 1,68
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.06
Dépôt légal : Juillet 2004

Avis des lecteurs

8 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Isaac le pirate, tome 4 : La capitale, lui attribuant une note moyenne de 3,06/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

9 2 2015
   

Le tome 3 était marqué par beaucoup d'efforts pour sortir Issac de ses bateaux, et pour lui adjoindre un compagnon de jeu en la personne de Jacques. Il pouvait passer pour un tome de transition, permettant à l'histoire de repartir. Mais le tome 4 semble également être un tome de transition car finalement, l'histoire de repart pas tant que cela. On s'attendait à ce qu'Isaac retrouve une Alice qui a bien changé depuis son départ des années auparavant, et on se retrouve avec des retrouvailles avec un père qui a été à peine esquissé jusque là dans la série. Retrouvailles que l'on a du mal à suivre car a priori, Issac se fâche une nouvelle fois avec son père sans que l'on sache vraiment ce qui est arrivé. Finalement, dans cette séquence, ce qui est intéressant, c'est la nature des relations entre le père d'Isaac et Jacques, personnages violent qui devient doux comme un agneau dans la maison familiale...

Pour le reste, on est embarqué dans une histoire sans queue ni tête de voleurs qui recrutent Jacques et Isaac bien malgré eux. J'ai encore du mal à comprendre comment on en est arrivé là, mais c'est fait. Il faut croire qu'il faut continuer à justifier le titre de la série et que ces pirates des rues succèdent aux pirates des mers. Mais à part cela, j'ai eu du mal à fixer les personnages, et à bien suivre la trame générale. D'autant que Blain semble avoir changé le dessin et Isaac se retrouve avec un physique moins marqué, qui fait que l'on ne le reconnaît pas à tous les coups.

Pour moi, c'est une deuxième tome de transition. J'attends donc la suite, qui j'espère comblera mes attentes.

13 7 2008
   

Ce quatrième tome confirme le virage à 180° opéré par l’auteur lors du tome précédent.

Blain délaisse les deux histoires qu’il développait en parallèle depuis le début. Les péripéties d’Isaac à bord du vaisseau pirate semblent ainsi définitivement terminées et les aventures de sa fiancée sont abandonnées par l’auteur. Isaac n’est plus le peintre d’antan et encore moins le pirate de jadis. Son talent de peintre a maintenant fait place à celui de détrousseur.

De plus, notre héros qui ne trouve pas plus sa fiancée que l’artiste qui sommeille en lui, se fait voler la vedette par son compagnon d’infortune : Jacques le charpentier. Néanmoins, si la mer a fait place aux bas-fonds et bars parisiens, qu’Isaac n’est plus au premier plan et que le voyage initial est tombé à l’eau, Blain introduit tout de même quelques éléments intéressants dans ce quatrième tome.

Il y a d’abord cette bande de voleurs qui parvient un peu à compenser tous ces pirates passés par-dessus bord. Il y a ensuite l’amour d’Alice qui a fait place à celui d’un père heureux de retrouver son fils. Des éléments qui permettent de retrouver les qualités qui constituaient la force des deux premiers tomes, et cela, même si le scénario fait toujours plus penser à de l’improvisation qu’à de la construction minutieuse. Le graphisme continue par contre de faire des prouesses au niveau de l’ambiance, tandis que la narration demeure très efficace.

25 8 2006
   

La série continue, mais on navigue de moins en moins, ou alors de bar en bar.
Isaac a beau chercher Alice, il fait chou blanc, et après tant d'absence on peut le comprendre.
Jacques et Isaac errent et ce sont eux désormais les éléments centraux du livre.
Certes, la série repart un peu après un tome 3 assez hâtif, mais elle peine à retrouver la consistance qui avait été la sienne lors des 2 premiers tomes, qu'on ne peut que regretter, avec nostalgie.
En ce qui me concerne, en tant que convaincu presque passionné du dessin de Christophe Blain, les traits de crayon, les teintes, les expression, ça m'aide à suivre.
Car, et il faut le dire, l'histoire est décousue, et on passe un peu (vite) du coq à l'âne.
Bref, j'ai trouvé que l'essor, les envolées poétiques, les pages superbes d'antan, on ne peut que les oublier.
C'est plus classique, c'est moins réussi, et plus du tout novateur.
Et, pour finir, que nous réserve le tome 5 ? J'avoue ne plus en attendre grand chose.
C'est triste.

safedreams :Une BD culte ! Note de l'album : 5,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
10 6 2006
   

Un 4ème tome bien meilleur que le 3ème selon moi. On retrouve plus d'action, il y a des rencontres assez interressantes, inattendues et complétement comiques dans leur façon de se dérouler bien que tragique dans le fond (par ex l'enlèvement d'Isaac et Jacques par des voleurs. L'attaque de l'amant d'Alice par les bandits est épique). Le personnage de Jacques prends beaucoup d'importance et annonce le tome suivant. Les dessins sont magnifiques car la façon de Christophe Blain de cadrer ses personnages dans un environnement donné est magnifique (les scènes dans le bar sont admirablement dessinées). On retrouve également dans son dessin un comique de situation comme la façon de dessiner les mouvements rapides des différents personnages. Un chef d'oeuvre d'humour et de subtilité en tout genre.

28 2 2006
   

Embarqué sur le vaisseau pirate, Isaac n'a qu'un souhait : retrouver les siens. Le voilà à Paris. Mais pas au bout de ses peines ni de sa quête. Il est toujours pauvre, sans argent, sans travail. Sans nouvelles d'Alice aussi. Les retrouvailles avec son père et Marinette ne lui font pas oublier la jeune femme aux cheveux orange.
Et où sont passés ses copains ?... Disparu Monsieur Tarton, décédée Madame Jeannette. Et Alice ?... Aurait-elle cédé aux charmes de Philippe du Chemin Vert ?...
Retour. Tours. Détours. Blain réussit à peindre une aventure intérieure d'une grande sensibilité. L'album est bourré de charme, de tendresse, de poésie, d'humour aussi.
On a une envie en refermant ce quatrième volume : celle de découvrir la suite.

27 12 2005
   

Sans avoir été conquis par cette série, j’avais jusqu’ici trouvé suffisamment d’éléments distrayants que pour apprécier la lecture des 3 premiers tomes.

Je dois cependant reconnaître que ce quatrième volet des aventures d’Isaac m’a plutôt ennuyé. De retour à la capitale, nos deux compagnons se découvrent des talents de détrousseur et de cambrioleur. Voilà le principal ingrédient narratif de l’album.

Alors qu’auparavant, le récit alternait les états d’âme d’Isaac et d’Alice, voici que la belle rousse a complètement disparu de la circulation (à l’exception d’une case). Dommage.

A ce rythme, Blain peut encore nous sortir des dizaines d’album avant que Isaac retrouve sa bien aimée. Et puis même, leurs retrouvailles ont-elles encore de l’intérêt ? Plus vraiment en ce qui me concerne. C’est d’ailleurs ce manque d’intrigue, voire de fil conducteur, qui me laisse sur ma faim.

Doña Hermine :Une BD sans intérêt ! Note de l'album : 1,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Doña HermineReflet de l'avatar de Doña Hermine
19 12 2004
   

Ha, non, alors ! C'est de pire en pire ! Isaac rentre à Paris, Isaac cambriole des apparts, Isaac se branle, Isaac cambriole des apparts, Isaac se branle ! C'est bon, on a compris ! Ma déception est à la mesure des promesses que recélaient les deux premiers tomes. Seul le dessin est d'une qualité constante, c'est largement insuffisant pour me faire acheter cet album !