46 601 Avis BD |20 217 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 6 : Le Corrupteur
 

I.R.$., tome 6 : Le Corrupteur

 
 

Résumé

I.R.$., tome 6 : Le CorrupteurAfin d'acceder au résumé de I.R.$., tome 6 : Le Corrupteur, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de I.R.$., tome 6 : Le CorrupteurSuite et fin du cycle entamé avec le très bon Sicilia Inc., le Corrupteur commence par une courte rétrospective sur le passé sombre et obscur du président Sumadayo dont le régime était particulièrement corrompu. Pourtant le Sénat américain a décidé de clôturer prématurément l’enquête relative aux relations douteuses entre les USA et le régime de Sumadayo. Quel secret se cache derrière ce dossier?

En parallèle nous suivons Larry Max mener son enquête auprès de la CIA avant de rejoindre Gloria, la call-girl avec qui il entretient une relation téléphonique depuis le début de la série. Corruption, pièges, complots divers, le scénario est chargé et peut même paraître un peu brouillon tant les pistes et personnages sont nombreux. On a un peu l’impression que ça part dans tous les sens en manquant parfois d’éclaircissements. Néanmoins, la trame générale de l’histoire est claire, nous cherchons avec le héros le commanditaire des derniers contrats de Sicilia Inc. S’en suit une confrontation attendue et non dénuée d’intérêt entre Larry et la belle Sicilia. Et pour conclure l’album nous réserve un final plaisant, explosif et quelque peu moralisateur.

Les couleurs (par Coquelicot) sont agréables, c’est un des points positifs de l’album. Beaucoup de scènes se passent dans la pénombre ou au coucher du soleil et le jeu des couleurs sombres et rougeâtres est très réussi. Le dessin n’est pas en reste avec des personnages mieux maîtrisés que dans les albums précédents, Vrancken progresse c’est clair.

Pour terminer, disons que c’est un bon album légèrement inférieur au précédent mais non dénué de qualités. Une lecture très agréable pour le meilleur cycle de la série jusqu’à présent.


Chronique rédigée par BronX le 20/02/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de BronXReflet de l'avatar de BronX
Statistiques posteur :
  • 57 (93,44 %)
  • 4 (6,56 %)
  • Total : 61 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 11,83 11,83 11,83
Acheter d'occasion : 7,16
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Avril 2004

Avis des lecteurs

7 internautes ont donné leur avis sur l'album BD I.R.$., tome 6 : Le Corrupteur, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

15 6 2009
   

Voici une fin d'histoire plutôt convaincante, ce qui est assez rare dans cette série pour être souligné. J'ai plutôt apprécié le scénario qui nous est proposé, et qui présente de façon novatrice un nouveau genre de terrorisme, ou du moins, une machination capable de secouer les USA assez profondément. C'est une des grandes surprises de ce scénario, mettant fin au mystère initié dans le tome précédent, avec cette grande vague de contrats commandés à Silicia Inc. On apprend dans ce tome quelle est la véritable nature des activités de cette société et Desberg nous propose une bien belle surprise en fin de tome en nous dévoilant le commanditaire. L'histoire principale est donc, pour ma part, bien vue et le scénario est suffisamment nouveau pour retenir l'intérêt, sans toutefois tomber dans l'irréalisme qui aurait eu pour effet de me détourner de cette série.

Je trouve le découpage des scènes bien réalisé, notamment avec ces vignettes sans paroles, sans explication, qui présentent des quidams qui ne semblent avoir aucun lien avec l'affaire. La fin du récit nous renvoie directement à ces vignettes, expliquant ce qu’elles font dans cet album. Cela concoure à une impression de scénario maîtrisé, rassurant. L'histoire de fonds est vraiment pas mal...

Il reste des incohérences, des raccourcis, mais cette fois-ci, je les ai acceptés. Plutôt que de chercher la petite bête, je me suis laissé porter par cette histoire. Simultanément, Desberg nous propose une intrigue maîtrisée tout en relançant l'histoire pour les tomes à venir, en nous faisant découvrir l'univers de Gloria Paradise. Et puis, Larry met un peu le nez dans des déclarations fiscales, ce qui n'est pas pour me déplaire (même si ce passage est un peu rapide et n'a pas de véritable impact sur le reste de l'histoire).

La meilleure histoire de Larry Max jusqu'à présent. Les maladresses des premiers tomes s'estompent, le scénario est moins grandiloquent que le deuxième dyptique, mais gagne finalement en réalisme.

12 1 2008
   

Ce sixième tome d ' "I.R.$." est sans doute pour moi le meilleur de la série jusque-là. Bien que je sois toujours déçu par le coup de crayon, trop carré, par les couleurs, trop froides, et par le scénario, trop léger, je commence à trouver que la série en elle-même gagne des galons et se bonifie. ça donne ne vie de continuer, en tout cas.

Les deux surprises agréables de ce scénario sont la personalité de Silicia, qui exploite la relation entre Gloria et Larry, et la chute finale, qui est bien amenée et bien traitée, même si l'identité du commanditaire était prévisible (malgré la fausse piste du CIA dans Silicia). En fait, on s'attache un peu à Silicia, et à travers elle à Gloria. Cette dernière ne peut pas disparaître aussi vite, mais il nous faudra attendre le prochain épisode pour en être sûr. Mais c'est dire si ce personnage d'hotesse hot line est devenu attanchant, comme si elle cachait un secret.

Malheuresement, le scénario est quand même très light à mon goût, on pourrait très bien raconter cette histoire en un seul volume, à mon avis, en supprimant les longueurs et les détails inutiles. Mais c'est un avis personnel. Nul doute néanmoins que cette série va encore progresser, et nous le saurons dans le prochain épisode.

30 5 2007
   

Suite et fin de l’enquête de Larry B Max concernant cette mystérieuse entreprise "Silicia Inc.", utilisée afin d'exécuter des contrats d’envergure (chantage, exécution, …).

Une enquête qui continue de nous en apprendre plus sur la mystérieuse Gloria Paradise et qui poursuit son intrusion dans l’histoire personnelle de Larry B Max, le rendant ainsi plus vulnérable.

Par contre, l’histoire principale opposant Silicia et un Larry qui décide de poursuivre ses investigations envers et contre tous (retombant ainsi quelque peu dans ses travers), va donner lieu à certaines situations à la crédibilité réduite.

Néanmoins, ce diptyque est le plus réussi jusqu’à présent et laisse encore suffisamment de marge au développement de la nature exacte des relations qu’entretient Larry avec Gloria Paradise.

18 5 2007
   

Un très bon dénouement à ce diptyque définitivement plus intéressant que les autres. Le scénario est complexe et même si l'on se doute des liens qui existent entre tous les protagonistes qui se suivent en parallèle des pages.

Pour autant, comme lorsque je lis ce genre de BD je ne cherche pas vraiment à anticiper, mais plus à me libérer l'esprit des contraintes quotidiennes du travail, arrivé au bout, même si cela m'a semblé logique, j'ai été surpris par le dénouement et le visage du commanditaire.
La tueuse Silicia est décidément pleine de charmes et bien agréable à l'œil.

Le dessin toujours trop impersonnel, est cependant agréable et le trait froid et précis de l'auteur correspond bien à l'état d'esprit froid et méticuleux du héro. Les cadrages, les encrages sont bons, la mise en page classique mettent en avant les couleurs et les ambiances très bien rendues. Du bon travail, presque trop propre.

Ce diptyque, par la découverte des faiblesses du héro, par la rentrée dans son intimité par le coté obscure des protagonistes est une bonne surprise.
Sans vraiment jamais douter sur les capacités du héro à se remettre en 1 heure d'une blessure par couteau mortelle au foi, Larry est pourtant bien chahuté et poussé dans des retranchements plus poussés que dans ces précédentes aventures.

Du coup, le coté froid et le manque de profondeur psychologique que l'on pouvait critiquer jusqu'à présent s'efface dans cet album.

La série du coup prend un bon coup d'accélérateur. A lire pour les passionnés du genre.

19 4 2006
   

Je trouve les commentaires à propos de cette série assez injuste.

Pour moi le héros a autant de charisme qu'un Largo Winch. Les scénarios sont originaux. Les dessins ne sont pas déplaisants : les ombres et les découpages sont trés travaillés.

On saisit progressivement le caractère complexe de Larry qui se révèle être loin de toute carricature. Cet album est très bon, pourquoi noter cette série aussi séchement ??

9 3 2006
   

Après avoir enquêté sur le détournement de fonds juifs durant la Deuxième Guerre Mondiale, puis sur le rachat d'un cartel de la drogue, l'agent spécial des hautes sphères financières est, cette fois, confronté à une corruptrice professionnelle, qui est aussi une tueuse impitoyable : Sicilia.
Qui est le commanditaire de ses contrats ? En tentant de le découvrir, Larry va lui-même devenir une cible de la prédatrice, dont la méthode consiste à fouiller le passé de ses victimes afin d'y découvrir leur point faible, la faille qui lui permettra d'exercer son emprise.
Quelle est celle de notre incorruptible inspecteur des impôts ? Gloria, une call-girl spécialisée dans le téléphone rose, qu'il n'a jamais vue, mais avec qui il a tissé une relation très particulière.
L'heure d'un premier rendez-vous est enfin venue. C'est l'occasion rêvée pour Sicilia. En prenant la place de l'inconnue, elle tend un piège qu'elle croit imparable...
Encore un bon opus de Larry B. Max, le "Largo Winch" du fisc américain. Vous avez un peu trop d'argent douteux à blanchir ?... Achetez cet album !...