46 566 Avis BD |20 199 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
Tome 1 : Première partie
 

Impertinence d'un été (L'), tome 1 : Première partie

 
 

Résumé

Impertinence d'un été (L'), tome 1 : Première partieAfin d'acceder au résumé de Impertinence d'un été (L'), tome 1 : Première partie, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Impertinence d'un été (L'), tome 1 : Première partieAprès "Le tour de valse" et "Un peu de fumée bleue...", Denis Lapière et Ruben Pellejero signent un nouveau récit au sein de la collection Aire Libre.

Le premier intérêt de cette histoire est son fond historique et l’ambiance mexicaine qui en découle. L’action se déroule dans le Mexique des années 20 et invite à suivre le parcours de deux artistes : le photographe Edward Weston et l’actrice Tina Modotti. Si le cadre mexicain est assez intéressant, l’histoire des ces deux artistes ayant réellement existés ne m’a par contre pas vraiment captivé.

Le deuxième attrait du récit est l’histoire d’amour développé par l’auteur. L’histoire de deux amants qui partent vivre au Mexique pour y vivre leur art, la photographie, et leur amour, en toute liberté. Une histoire d’amour qui prend rapidement le dessus sur le côté historique, mais qui ne parvient pas non plus à emballer le lecteur.

Au final, on sent que ce mélange d’art, d’amour et de politique a du potentiel, mais l’histoire qui en découle manque un peu d’originalité et, même si cela contribue à la sensualité de l’ensemble, j’ai trouvé que le récit avançait un peu trop lentement.

Le graphisme de Ruben Pellejero fait quant à lui parfaitement ressortir l’ambiance mexicaine et la sensualité de la relation des deux photographes.

Pas mal mais, en ce qui me concerne, il manque un petit quelque chose pour enflammer l’ensemble. Ce sera peut-être pour le deuxième tome.


Chronique rédigée par yvan le 11/05/2009
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 2,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 15,15 15,15 15,15
Acheter d'occasion : 7,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.00
Dépôt légal : Mars 2009

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Impertinence d'un été (L'), tome 1 : Première partie, lui attribuant une note moyenne de 3,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

29 6 2015
   

Une belle histoire d’amour ET bien dessinée ET bien narrée. C’est rare dans la BD d’aujourd’hui !
Le scénariste et le dessinateur s’intéressent à une période charnière du photographe Edward Weston, connu pour ses flous artistiques il y a quasi 100 ans.
Et c’est là que les auteurs me transportent, dans le Mexique des années 20. Weston quitte quand même femme et enfants pour vivre sa grande passion qu’est Tina Modotti.
Avec eux, le lecteur voit que « révolution » s’exprime aussi sur –il n’y a pas que la parole et les fusils- les murs.
Les deux amants s’engageront alors aux côtés de ces guérilleros d’un autre style, d’un autre genre.
Mais l’album s’ouvre à nouveau car Tina choisit un mode de vie différent, à la surprise puis au damne du photographe. Mais cette souffrance qu’il va subir va animer son sens créatif.
C’est tout simple, mais c’est bien fait : la rencontre, la vie ensemble, la dissolution… tout est fait par petites touches.
Le dessin est assez spécial MAIS j’aime bien ; on sent la différence de style avec « notre » BD franco-belge.
Un bon album, plaisant de lecture.

11 5 2009
   

C'est pour moi un vrai plaisir de retrouver le trait chaud et épais de Pellejero dans une fresque historique ayant pour décor le milieu artistique Mexicain dans les années 20.

Par le biais de cette bande dessinée, j'ai découvert un groupe d'artistes dont je n'avais presque jamais entendu parler à titre personnel. Véritable découverte donc.
A partir de 1923 se trouvaient en effet des photographes, romanciers et autres peintres venus de tous horizons chercher sous le soleil de Mexico la liberté d'expression et de vie qu'ils n'estimaient plus pouvoir trouver ailleurs.
Leur recherche de libération de l'Art va les amener à côtoyer tous plus ou moins le parti communiste Mexicain et l'idéal révolutionnaire.
Parmi eux les peintres muralistes Frida Khalo, Diego Rivera, Xavier Guerrero, et surtout le couple d'amants photographes Edward Weston et Tina Modotti. L'intrigue de L'Impertinence d'un été va s'attacher plus particulièrement à ces deux personnages.
Politique, Art et amours se mêlent donc dans ce récit.

Le graphisme de Pellejero est très plaisant et convient parfaitement à ce décor chaud et sensuel. Au-delà de la belle couverture, je regrette un peu le manque d'exubérance dans les couleurs des planches qui ressortent à mes yeux un petit peu ternes comparées à la chaleur des lieux. Je déplore également le fait que le visage du narrateur ne soit pas facilement différenciable de celui d'Edward Weston. Mais dans l'ensemble, c'est beau et agréable à lire.

L'objectif d'instruire le lecteur sur des lieux, une époque et des artistes assez peu reconnus en France à ma connaissance, contrairement au Mexique où ils sont très célèbres, est donc plutôt atteint. Le rythme de lecture est plaisant et les personnages intéressants.
Malheureusement, le récit ne décolle pas vraiment pour le seul premier tome paru. On suit des petites tranches de vie d'artistes sans trop s'y attacher, sans être vraiment captivé. Leurs idées et leurs émotions ont eu du mal à m'atteindre. En fin d'album, je me demandais encore ce que les auteurs allaient pouvoir raconter par la suite car il ne s'était finalement pas passé grand chose.
J'espère que le second et dernier tome sera un peu plus marquant.