46 601 Avis BD |20 217 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Ice Haven
 

Ice Haven

 
 

Résumé

Ice HavenAfin d'acceder au résumé de Ice Haven, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Ice HavenDaniel Clowes est vraiment un très grand auteur de bande dessinée. Le thème de son livre pourrait être la solitude ou la frustration.

Tous les personnages de ce roman graphique sont des loosers : le poète raté, le critique de comics prétentieux, des jeunes filles déboussolées qui cherchent amour ou reconnaissance, un jeune garçon philosophe et incompris (qui ressemble à Charlie Brown)…

Il règne dans cette histoire une profonde mélancolie. Les destins de ces personnes semblent se croiser, se rencontrer et souvent se distendre, un peu comme dans le film de Robert Altman « Short Cuts ». Clowes est obsédé, depuis son enfance par le meurtre de Bobby Franks 14 ans, tué en 1924, par deux membres de l’élite intellectuelle locale : Leopold et Loeb. Dans son ouvrage, la disparition du jeune David Goldberg fait clairement référence à cette histoire.

Au dessin, le format à l’italienne colle très bien à cette succession de petites saynètes. Clowes adapte son dessin aux personnages, aux ambiances, aux situations. Ainsi, l’histoire de Leopold et Loeb est dessiné dans un style très comics années 30. Les récitatifs peuvent se faire abondants ou réduits au minimum.

Tout concourt à faire de cette œuvre un vrai tableau de l’Amérique actuelle, une description bien sombre, désespérée, un vrai « havre de glace ».


Chronique rédigée par JAMES RED le 27/01/2007
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de JAMES REDReflet de l'avatar de JAMES RED
Statistiques posteur :
  • 538 (94,89 %)
  • 23 (4,06 %)
  • 6 (1,06 %)
  • Total : 567 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 19,48 19,48 19,48
Acheter d'occasion : 17,94
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.25
Dépôt légal : Mai 2006

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Ice Haven, lui attribuant une note moyenne de 3,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

19 6 2011
   

Serais-je le seul ici à trouver cet œuvre hyper prétentieuse ?

Je voulais découvrir Daniel Clowes, pointure de la BD l'underground américaine. Je savais que les avis sur cet auteur été partagés, il y a les fans et ceux qui n'aiment pas.
Je ne suis pas le genre de lecteur qui trouve la BD dite "d'auteur" chiante, pompeuse et nombriliste. Non, je préfère vraiment me baser sur les émotions ressenties pendant une lecture pour donner mon avis. Mais quand je lis une page de cette BD où apparait le personnage du critique bédé (une des premières), la fin de l'œuvre ou encore, seulement "un assemblage pycto glyphico-narratif par Daniel Clowes" en introduction, ça me désole, mais... je pense exactement que Clowes est pompeux et nombriliste dans "Ice Haven".
C'est vraiment dommage, car sans cet aspect prétentieux, j'aurais bien aimé cet album.

Au niveau du dessin, le style de Clowes se détache des dessins mainstream américains (comme ses comparses Charles Burns ou autres). J'ai pu découvrir un style qu'on peut rapprocher de notre ligne-claire franco-belge, en plus très coloré (donc en décalage avec le message de la BD). J'aime bien, et je pense que même les amateurs de style franco-belge très fermé peuvent apprécier le dessin (comme Taniguchi dans les mangas). Mais sur la longueur, c'est un dessin un peu lassant, je trouve.
Le scénario n'est pas mauvais, je l'ai trouvé même régulièrement drôle, même si j'ai beaucoup de mal avec les récits mettant en scène des "gens dégoutés de la vie et désabusés, s'encroutant dans leur routine en se disant que leur vie c'est de la merde et que leur existence est futile, avec en prime, une enveloppe corporelle qui les dégoute et une aversion pour les humains qui les entourent car ils sont tous cons" (le seul récit de ce style m'ayant plu, c'est "Lucille", et ça m'étonnerait pas que Debeurme soit influencé par Clowes). Néanmoins, j'ai réussi à apprécier quelques passages et me suis attaché avec certains protagonistes.

Dommage que l'humain de base (et donc, pour l'auteur, "con") que je suis, voire le critique de bédé de merde que je suis aussi ait été saoulé par l'orgueil de l'Auteur, ou devrais-je dire... l'ARTISTE !!!