46 566 Avis BD |20 199 Albums BD | 7 889 séries BD
 

Human Target, tome 1

 
 

Résumé

Human Target, tome 1Afin d'acceder au résumé de Human Target, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Human Target, tome 1Une bande dessinée originale, presque déconcertante dans l'univers des comics.

C'est surtout dû au thème : le personnage principal a pour occupation de se faire passer pour d'autres - rôle dans lequel il excelle. Et très vite, le lecteur est perdu (ou plutôt mené en bateau par le scénariste) car on n'est jamais certain de qui est qui. A commencer par le héros : Christopher Chance est-il bien Christopher Chance ? Ne pas savoir si le héros est bien le héros, et constater que son attitude n'est d'ailleurs pas forcément toujours héroïque, tout cela décontenance et le lecteur se surprend à être méfiant à des moments où chacun est pourtant bien à sa place...

Cependant, Peter Milligan maîtrise son affaire et au bout du compte, on n'a pas un sentiment de confusion. On a un peu subi les revirements, comme au cinéma dans un "Usual Suspects", mais au bout du compte on a tout compris et on se dit qu'on a lu un bon polar avec une intrigue originale et des personnages qu'on n'a pas beaucoup vus dans la BD américaine.

Le graphisme n'est pas exceptionnel et les allergiques au dessin des comics risquent une fois de plus de ne pas être satisfaits. Pour ceux qui apprécient, les planches de Biukovic sont tout à fait honnêtes à défaut d'être très originales. Le fait que ce jeune dessinateur soit mort à trente ans d'une tumeur au cerveau donne une force particulière à ce travail dont on sait qu'il ne sera pas répété.

Globalement, c'est plutôt un bon album, qui sait se démarquer de l'abondant reste de la production - c'est en soi une raison suffisante pour y jeter un oeil attentif. Si vous aimez les polars à la "Usual Suspects" ou "Memento", vous serez certainement séduit.


Chronique rédigée par Jean Loup le 19/07/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Jean LoupReflet de l'avatar de Jean Loup
Statistiques posteur :
  • 1313 (63,80 %)
  • 390 (18,95 %)
  • 355 (17,25 %)
  • Total : 2058 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 9,41 9,41 9,41
Acheter d'occasion : 2,23
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.25
Dépôt légal : Septembre 2003

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Human Target, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 3,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

15 8 2010
   

Vous vous souvenez de la série TV le Caméléon ? Eh bien, Human Target reprend le sujet et le pousse un peu plus à l'extrême. C'est l'histoire d'un homme qui est capable en très peu de temps de se glisser dans la peau d'une autre personne, de se maquiller et d'utiliser des prothèses pour lui ressembler parfaitement physiquement, de se mettre à penser comme elle et donc d'en prendre totalement la place mais aussi l'esprit. A tel point qu'il ne sait souvent plus lui-même qui il est.
De cette capacité, il en a fait son métier : il remplace les célébrités menacées de mort, il se met dans la peau d'un assassin pour retrouver sa victime, il se fait passer pour un mort pour lui donner encore un peu de vie aux yeux de son entourage, etc...
Même si le sujet me semblait déjà assez traité par la série TV, sur un ton très différent je l'admets, je me suis dit qu'il pouvait y avoir des choses intéressantes dans ce comics.

J'ai été déçu par ce premier tome. Non pas que son scénario soit simpliste, bien au contraire : il est original et vraiment complexe par moment. Mais je l'ai trouvé nettement trop confus. Avec ces changements de personnalité et de "costume" à tout bout de champ, il m'a été très difficile de savoir en permanence qui était qui, et pourquoi il réagissait ainsi. Quand en plus les protagonistes se mettent à perdre la raison et à s'embrouiller eux-mêmes, ça devient un peu du n'importe quoi à mon goût.
Trop nébuleux pour que j'apprécie.

Je ne suis pas convaincu par ce concept. Je n'aime pas cette trop grande facilité avec laquelle le héros se plonge dans l'esprit d'un autre. Je n'aime pas ce petit jeu de l'auteur qui s'amuse trop souvent à rendre son personnage schizophrénique et à l'embrouiller autant qu'il embrouille le lecteur.

14 8 2010
   

L'idée d'un tueur à gage qui est embauché pour se fondre dans la peau du client sur lequel pèse un contrat est originale. Y ajouter la caractéristique selon laquelle il adore jouer le rôle de "l'autre" renforce l'intérêt, et quand, à son tour, Christopher Chance rencontre son double, qui prétend être l'original, on se dit que cette histoire sera définitivement bonne.
Il y a un bémol, tout de même : la démultiplication du procédé avec un personnage secondaire, Tom McFadden, qui est l'associé de Chance et qui vit le même syndrome. Certes, cela permet de jouer encore plus sur le suspens, car on se demande vraiment par moment qui est qui, mais ça finit aussi être un tantinet longuet et la crédibilité en prend tout de même un vilain coup...
Bon, cela reste du comics, par essence divertissant, et celui-ci repose sur une trame qui sort des sentiers battus. Chris Chance est un personnage central réussi, une sorte de Bond désabusé et malsain qui finit par prendre plus de plaisir dans la peau des autres que dans sa propre vie. Cet as de la mystification y goûte comme à une drogue dont il serait devenu accroc. Pour ce qui est des personnages secondaires, ils sont nombreux : l'associé alter ego, les clients qu'ils incarnent, les commanditaires des contrats et l'ennemie jurée qui les remplit...
A mon goût, il y a tout de même quelques scènes faiblardes, que j'ai trouvées caricaturales alors qu'elles sont censées constituer le paroxysme de l'intrigue.
Heureusement, le dessin de Biukovic a le mérite d'être sobre et d'épouser un style très classique et caractéristique du comics. Il est bien mis en valeur par les couleurs de Loughridge, dont on connaît le travail remarquable ("The Losers").

Si, comme moi, vous avez la chance de tomber sur un prix d'occase, n'hésitez pas trop non plus. Ce tome en vaut la chandelle, même si je pense que Milligan avait les éléments pour en faire un petit bijou et qu'à force de tirer sur la ficelle, le résultat en pâtit un peu...

17 5 2007
   

Un polar surprenant d’originalité, avec un scénario qui jongle avec la personnalité des différents protagonistes au fil des pages, aux frontières de la schizophrénie.

En effet, Christopher Chance, le personnage principal, prend la place de ses clients et assume à leur place tous les risques qu'ils encourent. Seulement, se caméléon des personnalités et des déguisements finit par douter de sa propre identité et finira même par nous faire réfléchir sur notre propre personnalité : à quel moment joue-t-on un rôle ou se fait-on passer pour quelqu’un que nous ne sommes pas. Cela résulte en un récit intelligent et déconcertant, qui va s’amuser à nous semer dans les méandres de la personnalité, pour mieux nous reprendre par la suite.

Le graphisme est plus dans la lignée du ‘typique comics’ que le scénario, mais malheureusement le jeune dessinateur Edvin Biukovic est mort prématurément quelques mois après la parution de cette histoire. C’est Javier Pulido qui le remplacera pour le tome suivant, que je vais m’empresser d’aller lire.