46 615 Avis BD |20 223 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 3 : Nahédig
 

Horologiom, tome 3 : Nahédig

 
 

Résumé

Horologiom, tome 3 : NahédigAfin d'acceder au résumé de Horologiom, tome 3 : Nahédig, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Horologiom, tome 3 : NahédigEncore une fois, après avoir coupé à la hache l'histoire nous revoilà plongé au coeur d'Horologiom : ville mécanique où les hommes ne sont que des robots avec une petite clés sur la tête en forme de coeur...mais il suffit de l'arrivée d'un "homme sans clef" pour bouleverser ce petit monde. Lebeault est vraiment très bon au scénario tout comme aux illustrations, un très bon album solo !

Les dessins, parlons-en ! Ils sont extrèmement détaillés, et il nous montre là un style bien particulier. Des décors très réctilignes, des personnages dans un style différent, arrondis. Lebeault possède un trait extrèmement efficace : précis à souhait, fin, on se régalle...bon...ça manque juste un tout petit peu d'originalité. Les couleurs de Breton sont un peu trop pâlichonnes à mon goût, elles ne montrent pas la grisaille de la mécanique etc...

Le scénario suit son cours, entre intrigue par rapport au passé : savoir qu'il a bien pu dénoncer Sacharine,les incertitudes : Haxe les aurait-il dénoncé? Le lecteur en a pour son compte.
Un personnage comme Manac'h permet à la série de sortir un peu de son caractère sérieux et ammène un peu d'humour, juste ce qu'il faut ! Entre histoire politique et religieuse, le lecteur est ammenée à penser des évènements différents à ce qu'il l'attend en réalité.

Personnellement j'ai beaucoup apprécié ce tome, l'un des meilleurs de la série !


Chronique rédigée par Charly le 16/10/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 357 (94,44 %)
  • 5 (1,32 %)
  • 16 (4,23 %)
  • Total : 378 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,25 13,25 13,25
Acheter d'occasion : 8,87
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.38
Dépôt légal : Mai 1997

Avis des lecteurs

8 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Horologiom, tome 3 : Nahédig, lui attribuant une note moyenne de 3,38/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

26 12 2013
   

Peut être que ce tome 3 ne mérite pas un 3.5, mais un 3/5 me semble un peu faible. Il est vrai que la trame principale est fortement diluée dans les luttes de pouvoir de cet univers. Surement que l'auteur a voulu trop bien faire en nous montrant des personnages singuliers dans un monde qui l'est tout autant. C'est pourtant très agréable à l'œil, les dessins regorgent de trouvailles et l'imagination de Fabrice Lebeault est débordante, les machines et les architectures sont impressionnantes et moi ça me réjouit.

Pour le scénario, il y a effectivement quelques problèmes outre la trame principale qui disparait, les personnages ne sont pas vraiment truculents: que ce soit Maruilo ou Haxe, dont on ne sait plus trop à quoi ils peuvent servir. Et puis il manque clairement Manac'h qui apportait une touche d'humour bienvenue.

Enfin, de mon côté j'ai quand même passé un moment agréable à cette lecture.

6 6 2012
   

Je suis déçu parce que je suis perdu. A vrai dire, j'ai un peu de mal à suivre la trame de cette série et ce troisième tome n'améliore en rien ma compréhension. j'ai encore du mal à comprendre comment Mariulo trouve sa place entre le gouverneur et le pouvoir religieux, je comprends mal cet intérêt pour un homme sans clef, dont tout le monde semble s'accorder sur l'inutilité. Je suis resté dans une épaisse brume à la lecture de cet album, dont je n'ai pas bien compris le but : la rencontre avec Nahedig et ses altermoiements personnels ont tendance à ralentir le rythme et semble nous emmener bien loin de toute l'histoire autour de Sacharine et de Mariulo. Seules le dernières pages de l'ouvrage revêtent un certain suspense mais finalement, je me suis désintéressé de cet album en cours de route et cette conclusion a du mal à me retenir. Il ne reste, pour retenir le lecteur, que les dessins charmants et très imaginatifs de ce monde aux robots sympathiques. Pour moi, ca commence à devenir inssuffisant.

28 11 2006
   

Voilà un tome fort intéressant. En tout cas il relance sans problème mon intérêt pour cette série qui m'avait déçu dans le tome 2.
Ici, l'action est moindre mais les luttes de pouvoir s'intensifient. Les différents groupuscules, les différents protagonistes commencent à se dévoiler et les intentions des uns et des autres restent subtilement cachés pendant bien des pages, nous hypnotisant et nous obligeant à lire sans traîner les pages parfaitement dessinées. De nouveaux personnages entrent en jeu au passé incertain et au futur surprenant.
Nous nous apercevons avec joie que le monde inventé n'est pas seulement basé sur l'absurde de la politique anti animalité, mas bel et bien sur un jeu de pouvoir où chacun tire les ficelles dans l'ombre. D'une simple aventure a pays des marionnettes, nous nous retrouvons précipités au cœur d'un thriller policier où enquête, filature et coups tordus s'enchaînent à grande vitesse.
Le dynamise,la précision et la finesse des dessins sont vraiment très agréables, même si la mise en page reste classique.
Un excellent tome.

9 2 2006
   

Après avoir échappé à la dernière minute à l'être contraire, Sacharine, Haxe, Manach et Mariulo sont aidé par Nahédig, l'ancien subalterne de Sacharine qui les dissimule chez lui. Néanmoins le doute s'installe, car Sacharine ne connait pas la personne responsable de sa déchéance passée, et il ne peut s'agir que de deux personnes : Nahédig ou Kapuroh, devenu depuis l'un des membres les plus influent du comité.

Un troisième album qui nous emmène donc à nouveau au coeur de la tourmente. Le scénario, riche en rebondissement et en apprentissage, nous emmène petit à petit vers l'effondrement du Grand Rouage, futur qui selon Sacharine repose sur Mariulo.

Le dessin, petite merveille de finesse et de dynamisme, met avec brio en image l'univers mécanico-totalitaire d'Horologiom, et sait rendre les personnages intéressants et attachants.

Véritable condensé d'action, de poésie, d'absurde et d'humour, ce troisième donc est sans conteste l'un des meilleurs de la série.

25 1 2006
   

Il commence à y en avoir des personnages ! Leur passe-temps ? Surveillance, filatures, courses-poursuites et trahisons. Ajoutez à cela quelques énigmes et vous obtenez un scénario à rebondissements qui donne envie de poursuivre l’aventure.

Cela dit, je deviens impatient d’en savoir plus sur Mariulo et Haxe (qui a cette fois droit à un total impressionnant de 5 répliques : plutôt fade comme personnage…). Il serait temps de nous en dire plus sur eux : on a quand même dépassé la moitié de l’histoire…

J'ai relevé une petite phrase, parmi tant d’autres, qui illustre parfaitement les lois d’Horologiom : « L’animalité qui anime vos instincts endormis doit céder la place à la civilité d’une mécanique qui tourne rond. Comprenez-vous ? »

Pausanias1967 :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
30 12 2005
   

Dans ce troisième volet, on commence à comprendre qu'on part vers un scénario classique de résistance face à la société tyranique.. Mais l'ambiance, l'originalité de ce monde mécanique fait oublier le reste.

14 4 2003
   

Avec ce troisième opus de la série, Lebeault nous replonge dans les intrigues en nous présentant un personnage important, Nahédig.
On apprend que ce fonctionnaire est un ancien ami de Sacharine et les questions fusent pour savoir qui a bien pu trahir celui-ci. Le personnage de Nahédig est très bien construit : ambigu, complexe, on ne sait vraiment pas de quel côté il penche. Quant à Haxe, son rôle toujours discret permet à Lebeault de brouiller les pistes. Mariulo est toujours un peu éteint pour son rôle de héros du tome 1, et tout ça se rassemble dans un album sans véritable point d'orgue, parfois assez rébarbatif. Manac'h, le remonteur du tome 2, a disparu, et avec lui l'humour qui caractérisait le ton de "L'instant du damokle". C'est bien dommage, car Lebeault repart dans une histoire un peu trop sérieuse, comme l'illustrent ses dessins techniquement réussis mais sans grande chaleur.
Ce 3ème tome est donc clairement pour moi le moins "bon" mais certainement un tome indispensable pour faire progresser l'intrigue (même si on se demande où tout ça va bien finir par aller…)