46 534 Avis BD |20 177 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 1 : Les Naufragés de la Miranda
 

H.M.S, tome 1 : Les Naufragés de la Miranda

 
 

Résumé

H.M.S, tome 1 : Les Naufragés de la MirandaAfin d'acceder au résumé de H.M.S, tome 1 : Les Naufragés de la Miranda, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de H.M.S, tome 1 : Les Naufragés de la MirandaAvec « H.M.S. », Roger Seiter nous transporte à bord d'un vaisseau appartenant à la marine de la "Perfide Albion" au 18ème siècle. Le scénariste de la série policière « Fog » élabore ici un nouveau thriller dont l'intrigue se développe à huis-clos. Comme à son habitude, l'auteur distille ses indices au compte-gouttes durant le récit. Les pistes lancées sont nombreuses mais, pour le moment, il reste difficile de savoir dans quel sens l'histoire évoluera lors du prochain opus. La vie à bord d'un navire semble décrite de façon réaliste avec ses frictions, sa promiscuité et des personnages très bien dépeints tels le malchanceux Fenton.

Au niveau des dessins, Johannes Roussel possède un trait précis et réaliste. Au travers des planches de cette BD, il parvient à faire passer les ambiances inhérentes à la vie à bord d'un bateau. Les cadrages sont suffisamment variés afin que les moindres recoins de la Danae semblent ne plus avoir de secrets pour le lecteur. Un léger reproche, cependant, en rapport avec les personnages. En cours de lecture, je n'ai pu m’empêcher de faire un parallèle avec le trait singulier de Cyril Bonnin. Les visages des protagonistes sont là aussi anguleux et parfois quelques peu figés. Néanmoins, la mise en couleurs des plus réussie permet d'atténuer mes réserves.

« Les Naufragés de la Miranda » est une aventure maritime captivante qui donne envie de lire la suite.

A noter, le site officiel de la série : www.hmsbd.com


Chronique rédigée par DR le 05/11/2005
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de DRReflet de l'avatar de DR
Statistiques posteur :
  • 77 (96,25 %)
  • 3 (3,75 %)
  • Total : 80 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 10,93 10,93 10,93
Acheter d'occasion : 7,11
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.22
Dépôt légal : Janvier 2005

Avis des lecteurs

9 internautes ont donné leur avis sur l'album BD H.M.S, tome 1 : Les Naufragés de la Miranda, lui attribuant une note moyenne de 3,22/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

3 5 2010
   

Une série mêlant marine militaire de la fin XVIIIe et enquête policière, scénario relativement original dans son idée donc.

La couverture de cet album est jolie et donne envie de lire. A l'intérieur, le dessin m'a par contre un peu déçu. Les couleurs, très informatisées, sont soigneusement choisies et harmonieuses. Leur travail offre de belles teintes à la mer et au ciel, mais leur aspect un peu trop informatique m'empêche personnellement de les ressentir comme crédibles : on est loin des aquarelles de Bourgeon ("Les Passagers du vent") qui donnent l'impression d'admirer un vrai paysage maritime.
Et surtout, ces belles couleurs ne suffisent pas à mes yeux à masquer les insuffisances du dessin. Le trait du dessinateur est très moyen, les personnages pas très beaux, les décors légèrement "tracés à la règle" et simplifiés. Bref, le dessin n'est hélas pas très bon.

Mais il suffit à illustrer un récit qui, même s'il n'innove pas complètement, est assez plaisant à lire. La narration n'est pas toujours évidente : hormis le récit principal autour du médecin Fenton, les brusques sauts vers des intrigues parrallèles dont on n'aperçoit que quelques bribes, n'aident pas à comprendre le tout dans son ensemble. Mais pour le reste, le scénario a l'air relativement bien monté, à quelques petits raccourcis scénaristiques près, et le tout est assez agréable à lire.

Bref, voilà une série à suivre, en espérant que les quelques défauts du premier tome (dessin moyen et petites confusions narratives) s'estompent au profit d'une intrigue bien montée.

3 5 2010
   

J'ai bien apprécié cette petite histoire policière, qui est plutôt bien construite : des meurtres à répétition, un mystère qui s'épaissit à chaque page, un homme témoin de ces scènes qui tentera d'en comprendre l'enchaînement et la raison. Ce que j'ai apprécié en premier lieu, dans cet ouvrage, c'est la rigueur avec laquelle le scénariste développe son intrigue. Rien ne semble laissé au hasard, et, au moyen de flash back astucieux, tout se met en place et le lecteur obtient suffisamment d'explications pour bien prendre la mesure de l'histoire. Dans le même temps, certaines scènes qui n'ont rien à voir avec l'histoire viennent ponctuer cet album, ce qui permet d'approfondir un peu plus le mystère. C'est donc un début d'enquête bien construit qui nous est présenté, avec suspense et mystère, j'ai adhéré à cette histoire.

Par ailleurs, j'ai apprécié le contexte dans lequel prenait place ce début d'intrigue. La Danaë, navire de guerre britannique de la fin du XVIIIème siècle. Comme pour l'intrigue, on sent que l'auteur est rigoureux et suffisamment documenté pour nous faire partager la vie à bord d'un tel navire (700 hommes tout de même), à cette période. Les conditions de vies, aussi bien de l'équipage que des officiers, les modalités de recrutement des hommes d'équipages, sont autant d'éléments qui apportent une crédibilité à cette histoire.

Mais là d'où vient la grande déception, c'est le dessin. Je ne parle pas des éléments de décors, des bateaux, des bâtiments, qui sont très bien réalisés. Mais les visages des personnages ont des expressions déformées, avec des lèvres disproportionnées et un manque d'expressions patent. De même, on sent que le dessinateur n'est pas très à l'aise avec les mouvements. L'ensemble est froid et heureusement que l'histoire est intéressante, ce qui permet de contourner cette difficulté.

Un bon début d'intrigue, un bon début d'enquête, dans un univers soigné... Si je salue la rigueur apportée au scénario, je suis en revanche très déçu sur les dessins. Mais je me lance dans le tome suivant sans sourciller car maintenant je suis ferré, et j'attends la suite ainsi que le fin mot de tous ces meurtres.

16 3 2010
   

Une série qui s’annonçait prometteuse puisque consistant en une enquête policière sur un navire anglais de la fin XVIII ième siècle. Je suis déçu par le manque de profondeur de l’intégralité des paramètres de cette bd.
Tout est lent. Même quand il se passe quelque chose à bord, on ne sent pas de véritable mouvement. Fenton, personnage central de ce récit et accessoirement dindon de la farce, est mou et foncièrement insignifiant.
Le dessin contribue aux appréciations précédentes puisqu’il n’a, sans être laid, absolument aucune personnalité, aucune dynamique, bref tout ce qu’il y a de plus quelconque. Tous les visages sont d’une inexpressivité pénible et les personnages apparaissent avec des regards de merlans frits.
Je vais poursuivre la lecture de cette série pour connaître l’évolution de l’intrigue somme toute assez intéressante et espérer que les tomes suivants dégageront d’avantage d’émotion.

10 9 2008
   

J’ai visité, il y a quelques années, à Portsmouth (GB), un des H.M.S.* encore intact.
J’avais acheté ce livre a cette occasion, et j’ai un peu tardé à le lire.
C’est vrai, je n’ai pas un grande attirance pour le dessin typé « ordinateur » (en dehors de la SF).
Mais là, les vacances venues, l’atmosphère maritime aidant, j’ai embarqué.
J’ai tenté de faire abstraction du graphisme, que je trouve assez froid, avec des visages dont les expressions ne m’ont pas vraiment plu. Tout le monde est un peu doté des mêmes traits, et les têtes, ombrées souvent, ont une plastique finale qui ne satisfait pas mon œil.
Par contre, quelques passages de mer, vagues et pluies, horizons (plus que les bateaux eux mêmes, moins réussis), tirent profit de cette technique.
Cela dit et malgré tout, l’ouvrage reste lisible.
Le scénario arrive à évoluer, ne se contentant pas d’un récit linéaire, de bord.
On sent bien que de nouveaux horizons nous seront offerts au tomes suivants (même si pour le moment, suivre un ou deux des récits parallèles relève plus de la digression que de l’enrichissement).

Au final, j’ai passé un moment sympathique avec ce livre pour lequel je mettrai en avant la vie maritime à bord, les intrigues (qui sont ces traîtres ?), les images d’océan.
Je reste plus critique, par contre, pour le dessin des personnages, et pour l’enchevêtrement d’autres péripéties, un peu parachutées.
Je compte lire la suite, mais en l’empruntant sans doute, pas en l’achetant, ce qui illustre le degré raisonnable de mon intérêt.

* : H.M.S. , qu’on se le dise, pour His Majesty’s Ship (ou Her selon les époques).

2 1 2008
   

Pas mal. Premier tome pour le début d’une saga qui s’annonce assez prometteuse.
Je me suis retrouvé à la fin du 18ème siècle où un jeune médecin s’engage sur un navire marchand.
Un bon premier album qui renoue avec la grande aventure de la marine à voile ; une marine qui –en ce temps-là, tant civile que de guerre- ne s’occupait déjà que de rendement, faisant quasi fi des hommes ; du moins les subalternes.
Bon tome dans le sens où le scénariste parvient à faire sentir la « grande aventure », les grands espaces, alors que cette dernière se réduit quand même à un huis clos sur une « coquille de noix ».
Bon scénario ainsi que bon graphisme de Roussel. Ce dernier y va d’un trait réaliste bien enlevé, bien lisible ; « travaillant » le narratif du scénariste dans une belle mise en page.
Un tome prenant, agréable de lecture, attrayant par son contexte et dont j’attends la suite.

7 8 2006
   

On connaissait Roger Seiter pour ses nombreuses séries ayant pour cadre l'Histoire.
Celle-ci prend pied, si j'ose dire, sur un navire militaire dans le XVIIIème siècle. C'est une aventure policière plutôt maîtrisée, prenante à défaut d'être haletante.
Les personnages, et en particulier Fenton et Byam, sont bien campés, et on finit par s'attacher à eux. De plus Seiter distille des pages intrigantes au milieu de son huis-clos maritime, ce qui nous incite à lire la suite.
Sur le plan graphique, le travail de Johannes Roussel n'est pas mal, surtout dans la réalisation technique du bateau. Il manque d'un peu de réalisme sur les visages des personnages, mais ça devrait venir par la suite.

10 5 2006
   

En achetant cet album, je ne savais absolument pas que le scénario avait été écrit par le scénariste de "Fog". J'ai donc découvert cette série sous un oeil complètent naïf. J'avais en fait surtout était attiré par le cadre du récit: la fin du XVIIIe siècle, des navires de guerre anglais,... et après une première lecture, j'ai pu vraiment me rendre compte des qualités de cette bande dessinée.

Le scénario est bien ficelé; des multitudes de scènes, dont on ne comprend pas toujours le rapport avec l'histoire, mais qui pose, cela est certain , la base des albums suivants. Cette bd pourrait être classée entre le policier et l'historique. En effet c'est sur fond de bateau de guerre, que l'on suit l'histoire de crimes mystèrieux, mais parrallèlement on apprend pas mal de choses sur les conditions des marins de ces navires, leur recrutements parfois un peu musclés,... Bref, le scénario, vous l'aurez compris, m'a conquis.

Au niveau des dessins, c'est vrai qu'ils m'ont un peu repoussés à première vue, cela étant surtout du à la manière dont les perssonages sont dessinés; des visages un peu plat, sans détails, difficiles à déciire en fait. Mais là où le dessin m'a enthousisamé, c'est surtout au niveau des navires, de la mer; parce que réussir à dessiner avec tant de variété quelque chose de pas bien grand tel qu'un bateau, il faut le faire. Il est vrai que les couleurs n'amène pas grand choses à ces dessins qu'ils auraient pu améliorer, mais qu'importe! Le tout est quand même agréable à regarder, à lire, et nous promet sans doute une belle suite que j'achèterais sans hésiter.

14 4 2006
   

J’ai longtemps boudé cet album, la faute au trait de Roussel qui me rebute et aux couleurs informatisées maladroites.

C’était un tort car l’histoire est vraiment captivante et originale ! Seiter fait preuve de beaucoup de rigueur dans le découpage et la narration, s’attardant sur la vie rude des matelots d’un navire anglais fin XVIIIe siècle. Ce cadre est choisi pour servir de trame à une enquête digne d’un Sherlock Holmes.

Bref, un premier tome riche en péripéties qui aurait mérité un meilleur traitement graphique.