46 589 Avis BD |20 211 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 1 : Zelda
 

Hauteville House, tome 1 : Zelda

 
 

Résumé

Hauteville House, tome 1 : ZeldaAfin d'acceder au résumé de Hauteville House, tome 1 : Zelda, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Hauteville House, tome 1 : ZeldaQue dire de ce premier album ? Surprenant me semble assez adapté…

Ce premier tome de cette série pour le moins originale est, pour ma part, plutôt réussi. En effet, la plume de Fred Duval nous relate une aventure que l’on pourrait qualifier d’histoire-fiction, car basé sur un contexte et des faits historiques, il extrapole vers un cadre plus fantastique. Bref vous l’aurez compris cette série n’est pas dépourvu d’originalité, et est très difficile à répertorier dans un genre ou une catégorie particulière. Voilà ce qui fait d’ailleurs en grande partie son charme…

Mais ce qui fait également son charme, ce sont les illustrations de Thierry Gioux, qui sont fort agréables également. Il sait mettre en scène avec un certain savoir faire cette histoire, et créé cette ambiance particulière. Ses dessins sont très bien mis en valeur par les couleurs de Carole Beau, et cela nous donne au final un rendu graphique très agréable…

Vous l’aurez compris, une série agréable à lire et divertissante, que demander d’autre ? …


Chronique rédigée par Nean le 23/04/2005
 
 
Statistiques posteur :
  • 329 (76,87 %)
  • 69 (16,12 %)
  • 30 (7,01 %)
  • Total : 428 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 3,08
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Février 2004

Avis des lecteurs

10 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Hauteville House, tome 1 : Zelda, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

7 4 2015
   

J’ai un problème avec ce début de série, c’est que je n’aime pas beaucoup les uchronies steampunk, et donc ici ce qui me dérange c’est toute cette histoire autour d’un Napoléon au Mexique. J’ai donc eu du mal à rentrer dedans, heureusement c’est plutôt bien fait, ce qui permet de ne pas trop s’ennuyer même quand c’est pas mon genre de prédilection. Le début m’a semblé pourtant un peu poussif, je me demandais vers quoi on allait et à partir de la moitié on voit qu’on cherche un trésor dans une maison, certes pas très original, mais l’action est bien maitrisée et ça remet du peps à un récit qui commençait à devenir lourd. On apprend aussi à connaitre la galerie de personnages, dont Gavroche semble être le héros, pour le moment ils ne sont qu’abordés et pas développés, mais la série est longue, j’apprendrais surement à les connaitre par la suite.

Graphiquement ça me convient même si j’aurais aimé des couleurs moins informatisées.

Un début de série réussi (si peu qu’on apprécie le genre uchronie steampunk), le cliffhanger de fin d’album donne clairement envie d’en savoir plus ce qui est une bonne chose.

10 3 2015
   

Une uchronie fantastique et steampunk, sur laquelle souffle un inspiration littéraire, voilà une introduction originale.

L'empereur Napoléon a investi le Mexique, pour contenter ses rêves de conquête hors d'Europe d'une part, mais également pour mettre la main sur un trésor mystérieux, qui serait caché quelque part dans le Yucatan. un trésor évoqué dans les carnets de Cortés, l'un des premiers explorateurs du continent 3 siècles plus tôt, et qui a dû le laisser sur place, faute de la technologie suffisante pour l'exploiter. Les Républicains, qui organisent la resistance contre l'Empeuer depuis une base souterraine sous Hauteville House, la maison d'exil de Victor Hugo, vont tout faire pour comprendre de quoi il retourne et pour contrecarrer les plans des forces de de l'empereur.

L'ensemble est assez intrigant, l'univers steampunk rend compte d'une belle imagination. Cet album, c'est plus qu'une introduction. On fait assez rapidement connaissance avec Gavroche et on s'approprie aisément l'univers; Et bientôt, on rentre de plain pied dans l'action, une action qui peut sembler vue et revue dans la mesure où il s'agit de récupérer un truc planqué dans une coffre caché dans une ambassade. Ici, c'est l'imagination du scénariste et le dynamisme du dessinateur qui permettent de maintenir un bon niveau d'intérêt, en introduisant une dose d'originalité dans cette trame assez commune d'un monte-en-l'air en milieu hostile.

Si la trame de fonds introduite ici et l'action principale de ce premier tome peuvent paraître un peu banales et peu originales, le scénariste, en alliant uchronie, fantastique et littérature, et le dessinateur, au trait moderne et à la colorisation informatique maîtrisée, font de cet album un tome d'introduction bien équilibré dont la lecture se révèle plaisante.

31 10 2006
   

La couverture est déjà très réussie et donne envie d’ouvrir cet album.
Et là, on tombe sur un super dessin de bateau réaliste et en même temps avec un petit air d’imaginaire qui donne l’impression d’être dans un monde irréel.Le premier dessin est magnifique,dans des tons de bleu et de soleil qui ravissent immédiatement.Ensuite on cherche un peu dans quelle direction part le récit.
Pourtant, l’auteur s’appuie au départ sur un fait historique, les vues de conquêtes sur le Mexique et l'Amérique du Sud de Napoléon, mais il part très vite dans un récit d’aventure et d'espionnage avec des machines invraisemblables et extraordinaires qui donnent une dimension surréaliste au récit.
Au fil des pages ,on va découvrir des dessins architecturaux magnifiques,qui font d’ailleurs penser aux constructions métalliques que l’on découvre dans « le réseau Bombyce «
Voir par exemple la superbe rotonde dessinée page 20 qui est une belle perspective et aussi une belle construction que l’on aimerait voir en vrai.
L’histoire par elle-même n’est pas désagréable à lire mais les personnages manquent un peu de profondeur.Les personnalités sont peu marquées et les visages sont souvent esquissés.
Mais le récit est bien mené et les rebondissements se succèdent vivement avec un peu d'humour en plus, ce qui ne gâte rien.
Et puis j’ai adoré toutes les machineries de toutes sortes qui relèvent d’une imagination débordante.
Les couleurs sont également bien choisies et soulignent le récit avec finesse et chaleur.
En conclusion, j’ai apprécié cette lecture et je vais chercher le tome suivant.

24 5 2006
   

Une bonne surprise que ce premier tome d'Hauteville House. Nous voici plongé dans un univers assez atypique. En effet, Duval nous plonge sous l'empire de Napoléon III, mais bien vite, on constate que la vérité historique n'est pas de mise dans cet album. En effet, on se retrouve vite dans une ambiance à la Jules Verne avec des engins très sophistiqués, limites futuristes tout en gardant une certaine crédibilité.

Cette ambiance est vraiment envoûtante et procure un certain plaisir de lecture, peut être bien plus que l'histoire en elle même. Car pour l'instant, on reste sur un tome introductif qui ne nous permet pas trop de savoir comment va évoluer l'histoire.

Quant aux dessins de Gioux, il n' y rien à redire... Il est vraiment agréable et le dessinateur s'est bien approprié l'ambiance "Jules Vernesque" de l'album. On remarquera des couleurs très flashy (ça s'écrit comme ça ?) qui sont très réussis.

Un album très intéressant et donc à suivre de près.

10 4 2006
   

Le thème de cette BD est original. Se passant pendant le second empire l'histoire mi-historique mi-fantastique est bien faite.

Les dessins sont précis, les couleurs superbes, la mise en page remarquable, et le
scénario bien ficelé avec des trouvailles surprenantes.

Félicitations "Messieurs" ...
A lire

21 12 2005
   

Un premier tome original.

On ne peut pas dire que le Second Empire soit une période privilégiée par les auteurs de bande dessinée : le contexte historique choisi par Fred Duval est atypique. Cela lui permet de se démarquer du reste de la production et de se faire plaisir avec cette période de révolution industrielle et de merveilleuses machines. Les amateurs de Jules Verne ou d'ambiance à la "Mystères de l'ouest" ou "Chateau Falkenstein" devraient être ravis.

Fred "Carmen McCallum" / "Travis" Duval est un habitué de la collection Série B de Delcourt. C'est donc en vieux routard qu'il mitonne un scénario alternant mystère, palabres et action. Je regrette d'ailleurs le dosage déséquilibré des ingrédients : ce premier tome m'a semblé bavard, avec certains phylactères assez interminables qui exposent avec pesanteur la situation (pages 24-25 par exemple) ; le mystère est trop entretenu, ce qui fait qu'à la fin de l'album, le lecteur n'a pas compris plusieurs choses ; enfin, l'action aurait mérité d'être moins concentrée sur le dernier quart de l'album. L'ensemble est accrocheur tout de même.

"Hauteville House" reste prometteur, d'autant que le dessin de Thierry Gioux est tape à l'oeil - dans le bon sens du terme : soigné, détaillé et séduisant. Je serai curieux de voir ce que donne le deuxième tome. Série à suivre, donc.

16 8 2005
   

Hauteville house est le quartier général des agents spéciaux républicains qui tentent de déjouer les plans de l’empereur Napoléon III au Mexique en l’an 1864. Cette aventure fantastico-historique a pris le risque d’allier plusieurs genres et, même si ça a tendance à surprendre au début, le cocktail est plutôt plaisant !

Ce mélange original et réussi entre James Bond (espionnage et action, fourni de jolies espionnes) et Wild Wild West (western et aventure, fourni de gadgets d’une technologie avancée pour la période de l’histoire) est de plus pourvu d’un dessin aux couleurs attrayantes, avec des planches mexicaines chaleureuses et splendides !

Bref, une combinaison de genres mieux réussie que dans "W.E.S.T.", sur fond d’une histoire d’espionnage plus conventionnelle. Surprenant !

23 4 2005
   

Une fois de plus, les éditions Delcourt publient un excellent premier tome qui augure d'une suite toute aussi bonne.

Les dessins de Thierry Gioux sur un storyboard de Christophe Quet, sont très réussis. On constate quelques erreurs au niveau des visages mais l'ensemble est d'un très bon niveau et agréable à l'oeil. Les couleurs de Carole Beau sont très belles et se marient très bien avec l'univers du XIXe siècle mais surtout avec le dessin.

Fred Duval nous livre une histoire d'espionnage dans un univers SteamPunk très efficace. Le rythme va en s'accélerant et on ne s'ennuie pas du début à la fin. Beaucoup de questions restent en suspens à la fin du tome, notamment car on l'histoire principale se déroule 2 semaines avant les toutes premières planches et la fin est interrogative !

Bref c'est un excellent tome 1 de la collection Conquistador. On peut juste regretter la couverture qui ne correspond pas au contenu... A Lire.

Helvie 68 :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,50
Avatar de Reflet de l'avatar de
23 4 2005
   

En un seul mot splendide! Les couleurs sont fascinantes, le scénario prenant, l'histoire extraordinaire dans son déroulement et ses rebondissements... Trés grande richesse en références historiques (pile poil au point d'exact équilibre pour que l'on puisse presque y croire en se laissant aller vers un monde qui serait à peine parallêle), personnage trés bien définis. Méler fantastique et histoire est difficile mais là c'est réussi. On peut même dire que l'aspect désuet des splendeurs techniques qui font pourtant le coté fantastique de l'album tape en plein dans le mille...

Si vous avez plus de 30 ans, l'album vous rappelera à coup sur la série "les mystéres de l'ouest" une touche frenchie en plus...

En deux mots: l'histoire se déroule sous le second empire, on y croise Victor HUGO, on se balade du coté de JERSEY et au Mexique. Les héros font partie d'une force d'opposition à l'empereur Napoléon III... Pour la suite je vous gacherai le plaisir si j'en disais plus...