46 508 Avis BD |20 168 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 3 : Le Steamer Fantôme
 

Hauteville House, tome 3 : Le Steamer Fantôme

 
 

Résumé

Hauteville House, tome 3 : Le Steamer FantômeAfin d'acceder au résumé de Hauteville House, tome 3 : Le Steamer Fantôme, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Hauteville House, tome 3 : Le Steamer FantômeAprès avoir abordé la terre et l’air dans les tomes précédents, la série prend un peu l’eau avec ce troisième tome.

Déjà le petit supplément publicitaire sous forme d’un journal à l’ancienne de quatre pages (le Hauteville House Tribune), composé de croquis et d’articles sur le tome et les auteurs, n’est pas disponible en Belgique.

Au niveau du scénario on continue d’apprécier ce mélange entre l’historique (guerre de Sécession, conquêtes françaises au Mexique, etc.) et le fantastique. On peu également se réjouir des références et inspirations diverses, quelles proviennent de la littérature (les nombreux éléments tirés de Jules Verne tels les scaphandres) ou du cinéma (comme L'ectoplasmeur des frères Mauguy, tiré de Ghost Busters). Mais, j’ai l’impression que ce troisième tome pousse le bouchon un peu trop loin à ce niveau et qu’à cause de cela le tout perd un peu de sa crédibilité. Je pense entre autres aux séances de spiritisme de madame Nostra et en particulier à l’apparition du monstre marin qui évite à l’histoire une fin abrupte.

Au niveau de l’histoire, j’ai trouvé que cela avançait un peu trop lentement, même s’il n’y a pas matière à s’ennuyer car l’action est omniprésente et le tout reste fort captivant. Le nouveau rôle donné au personnage d’Eglantine est assez intéressant et l’on se réjouit déjà de sa rencontre éventuelle avec Zelda.

Au niveau du dessin, malgré quelques proportions indigestes, je reste grand amateur du style, c’est dynamique, lisible, la colorisation impeccable et le découpage cinématographique très réussi.

Bref, le moins bon des trois tomes jusqu’à présent pour ma part, mais ce n’est pas trop grave car Fred Duval et Thierry Gioux ont promis de mettre le feu dans le quatrième tome qui se nommera Atlanta. ;)


Chronique rédigée par yvan le 06/09/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 8,08
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.33
Dépôt légal : Aout 2006

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Hauteville House, tome 3 : Le Steamer Fantôme, lui attribuant une note moyenne de 3,33/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

16 4 2015
   

Je me sens un peu seul à ne pas être captivé par cette série, mais c’est tant mieux, ça veut tout simplement dire que tout le monde n’a pas les mêmes gouts. De mon côté je dois dire que j’ai très vite oublié ce que j’ai lu et tout ça en deux jours. Il me reste quand même de quoi donner mon avis. Au rayon du positif : de bonnes bagarres sous-marines cette fois-ci, et quelques moments d’action qui restent gravés dans ma mémoire : comme ce moment où Eglantine doit donner le poison par exemple. Le dessin est aussi intéressant, il est dans l’ensemble assez joli avec des couleurs qui correspondent bien, il manque certains détails qui permettrait de distinguer tous les personnages du premier coup d’œil, notamment les femmes. Les machines en tout genre, dans le plus pure style steampunk, auraient plu à Jules Verne. De mon côté, puisque ce n’est pas mon style de prédilection, je reconnais que ça a de la classe, que c’est assez original et que je commence à m’y faire.

Je trouve aussi que en dehors des scènes d’action bien ficelées, il y a de nombreuses pages de blabla, qui ne sont pas très bien gérées puisqu’elles me plongent dans un léger ennui, et c’est pour le moment le gros point faible de la série.

11 3 2015
   

Cette histoire est décidément un bon divertissement et ce troisième album le confirme. Certes, on sera un peu étonné par la nature de l'arme secrète qui se révèle dans cet ouvrage, mais dans cet environnement uchronique et fantastique, on se dit que finalement, pourquoi pas. L'auteur structure son récit autour de personnages sympathiques et charismatiques, de trouvailles technologiques qui donnent à l'univers toute son identité, et d'une intrigue d'espionnage sur le fonds assez commune mais pimentée par cet univers un peu fou. La narration efficace rend le tout très fluide, alors que les choix graphiques rendent l'histoire très lisible.

On s'étonnera toujours, en revanche, du choix du personnage de Victor Hugo pour servir de toile de fonds et de caution originale à ce récit. Encore une fois, l'écrivain n'est abordé qu'à demi-mots et finalement, on se demande si sa présence est vraiment utile à l'histoire ou à son univers. Je m'étonne qu'au troisième tome maintenant, l'un des éléments originaux servis en introduction ne soit pas plus exploité. Cela apparaît de plus en plus comme un gadget marketing que comme un élément important de l'histoire qui se joue.

29 3 2012
   

La couverture donne une bonne idée du contenu de l'album, puisqu'on y trouve rassemblés, des plongeurs équipés façon XIXe siècle, un engin d'exploration sous-marine et des créatures marines potentiellement dangereuses. "Le steamer fantôme" explore donc toujours la veine science rétro en accordant pas mal d'importance à l'élément liquide.

Comme ses prédécesseurs, ce troisième épisode possède encore de nombreuses qualités. Le dessin est bon, détaillé et efficace, avantageusement rehaussé par la colorisation de Carole Beau. Thierry Gioux soigne ses planches, ne délaissant ni ses décors, ni ses personnages, encore moins le dynamisme de l'ensemble. On pourra lui reprocher de ne pas révolutionner la série B de Delcourt, mais mieux vaut reconnaître un joli travail d'artisan !

Il y a quelques scènes d'action bien senties, l'épisode de bataille sous-marine étant le point d'orgue de l'album. Les dialogues restent assez pêchus, et on en apprend un peu plus sur des éléments laissés en suspens depuis le lancement de la série. La dernière partie de l'album est plus faiblarde, avec des bavardages dont on ne voit pas encore bien où ils vont nous mener et une certaine baisse de rythme. Mais globalement, le charme opère car l'univers de Fred Duval séduit par son originalité et sa cohérence.

Une série sympathique et dynamique, qu'on a plaisir à suivre.

18 6 2007
   

Le dessin me plait vraiment. J'aime cette ambiance ou les machines volantes, flottantes sont toutes plus extraordinaires les unes que les autres. L'ambiance très Jules Verne est vraiment communicative et on est scotché aux dessins en permanence. Les couleurs très gaies et vives illustrent parfaitement cette atmosphère très surréaliste et le passage de la bataille navale, par exemple, est vraiment réussi. Le récit par lui-même est assez compliqué et il faut bien rester attentif pour ne pas se perdre parmi tous les acteurs de cette histoire. En effet, parfois les visages se ressemblent et j'avoue être souvent reparti en arrière, pour vérifier qui était qui. Mais globalement, c'est un beau récit d'aventure passionnant et dynamique, agréable à lire et plaisant au regard. Alors à lire sans problème pour se distraire.

17 3 2007
   

Décidément, cette série part dans tous les sens, et ce n’en est pas moins agréable. Si pour l’instant le fantastique ne semblait pas avoir sa place parmi tous les genres auxquels emprunte cette série, et bien c’est chose faites !

Depuis le premier tome, on n’avait des doutes sur ce côté fantastique, mais jusqu’ici rein de probant. Cette fois-ci la série prend un tournant résolument fantastique, ce qui n’est pas sans dérouter le lecteur, quelque peu égaré parfois dans cet univers si hétéroclite… Mais le talent de Duval fait que l’on accroche toujours à cette histoire. On apprend enfin ce qui a causé le massacre de la scène d’intro du premier tome. Et voilà que tout bascule, accrochez-vous…

Avec une mise en images toujours très réussie, des engins toujours plus surprenants, et des décors qui cette fois-ci nous entraînes sous le niveau des eaux… Pour ceux qui aiment les séries non formatées, qui se distinguent du lot, n’hésitez pas….