46 510 Avis BD |20 170 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 6 : Le diable de Tasmanie
 

Hauteville House, tome 6 : Le diable de Tasmanie

 
 

Résumé

Hauteville House, tome 6 : Le diable de TasmanieAfin d'acceder au résumé de Hauteville House, tome 6 : Le diable de Tasmanie, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Hauteville House, tome 6 : Le diable de TasmanieDeuxième livraison pour le nouveau cycle de "Hauteville House". "Le diable de Tasmanie" place le Fantôme en couverture, sans doute parce que les auteurs ont perçu le côté charismatique de ce nouveau personnage qui avait marqué l'ouverture du cinquième épisode. Le lecteur ne sera d'ailleurs pas dérouté puisqu'il va retrouver toute la galerie des républicains, des sbires de l'empereur Napoléon III et des agents américains qui font le sel de la série.

Le point fort de l'album réside une fois de plus dans les jolies planches livrées par Thierry Gioux. Dans un style qui colle parfaitement à la collection "Série B" de l'éditeur Delcourt, il dessine avec une minutieuse élégance les scènes imaginées par Fred Duval. Carole Beau met ce travail en valeur par une colorisation discrète et efficace. Il est agréable de feuilleter l'album après lecture pour revenir sur ses qualités graphiques. Mission parfaitement remplie, donc.

Fred Duval poursuit sa série aventureuse dans un XIXe siècle d'uchronie, avec les mêmes qualités que dans les précédents albums : univers séduisant et cohérent, ancrage dans la littérature hugolienne comme dans l'Histoire. On retrouve aussi les mêmes défauts, avec une tendance à la surinformation qui vient casser le rythme et embrouiller le lecteur, et une partie action qui manque un peu d'espace.

Malgré ces réserves, on continue à bien accrocher à cette sympathique série dont les points positifs l'emportent largement sur le reste. A vous de rejoindre l'aventure !


Chronique rédigée par Jean Loup le 02/04/2012
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Jean LoupReflet de l'avatar de Jean Loup
Statistiques posteur :
  • 1313 (63,80 %)
  • 390 (18,95 %)
  • 355 (17,25 %)
  • Total : 2058 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 7,95
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.33
Dépôt légal : Janvier 2010

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Hauteville House, tome 6 : Le diable de Tasmanie, lui attribuant une note moyenne de 3,33/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

4 4 2016
   

Je trouve ce deuxième tome du deuxième cycle toujours aussi efficace. Il faut dire que l'identité de la série y est pour beaucoup, une identité qui repose sur un habile mélange des genres. Dans cet ouvrage, en particulier, on relie le très fictionnel Frollo au très historique Pérouse, en passant par le très alchimique Flamel, tout en entretenant les mystères autour de la vie extraterrestres. Avec autant de thèmes, et autant d'idées différentes, le scénario aurait pu sembler décousu ou artificiel, mais l'auteur a su organiser ses idées avec adresse pour les rendre à la fois lisible et, dans une certaine mesure, crédible. L'ouvrage se lit une nouvelle fois avec grande fluidité, toujours servie par un dessin consensuel aux couleurs pêchues, qui donnent beaucoup de vie au scénario. L'action toujours présente, et la narration, qui alterne les personnages et les situations, assurent un rythme appréciable. On est une nouvelle fois dans du bon divertissement. Et si, à force de se faire empiler des époques et des personnages qui n'ont rien à voir entre eux, on peut parfois perdre de vue la trame initiale du scénario, je m'amuse de me perdre dans tous les développements inventés par le scénariste. Pour l'instant, je profite, et aveuglé par le spectacle qui s'offre à moi et par ce déferlement d'action et de révélations, j'en oublie presque cette vague inquiétude quant à la capacité du scénariste de synthétiser autant d'idées différentes dans une trame qui se révèlera crédible et rigoureuse.

12 5 2015
   

Encore une fois je ne suis pas complétement conquis. Ce n’est pas du côté du dessin qui est tout à fait à ma convenance, que ça pêche, mais plutôt du côté du scénario. Déjà que je ne suis pas fan d’uchronies, et avec « hauteville house » nous sommes en plein dedans, avec le même reproche qu’on ne sait plus trop ce qui est vrai et faux. Ce 6ème tome ne m’a guère enchanté, je trouve qu’il est encore plus bavard et embrouillé que d’habitude. A trop vouloir expliquer les choses et relancer son récit sur d’autres voies, je trouve que Fred Duval se perd lui-même dans son histoire. Je n’ai pas trouvé que le rythme était bon, j’ai trouvé que ça manquait d’action. Dommage car c'est à mon sens le gros point fort de la série: de bonnes scènes d'action.

En bref, je ne serai pas contre revenir à plus de simplicité, parce qu’à trop vouloir compliquer ça finit par m’ennuyer.

Pour l’instant je m’accroche encore, car la lecture demeure agréable et les dessins jolis, mais j’aimerais bien que ça décolle un peu.