46 510 Avis BD |20 170 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 8 : Fort Chavagnac
 

Hauteville House, tome 8 : Fort Chavagnac

 
 

Résumé

Hauteville House, tome 8 : Fort ChavagnacAfin d'acceder au résumé de Hauteville House, tome 8 : Fort Chavagnac, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Hauteville House, tome 8 : Fort ChavagnacLe tome 7 s'achevait en nous annonçant le titre de l'album à venir : "Le tombeau de l'abbé Frollo". Ce sera finalement le titre du 9e épisode et c'est "Fort Chavagnac" qui a été retenu comme exergue de cette livraison. Du même coup, le deuxième cycle ne trouve pas ici de conclusion : on peut raisonnablement penser que Fred Duval s'est dit qu'il ne viendrait pas à bout de son récit en un seul album et qu'il a décidé de faire un cycle plus long que le premier. Et pour tout dire : on le sent à la lecture.

On a pu reprocher à certains albums de la série d'être un peu bavards. Fred Duval se laisse franchement aller à ses mauvais penchants dans "Fort Chavagnac" : il y a très peu d'action, beaucoup de palabres et un sentiment très marqué que l'intrigue fait sur sur-place. En 46 planches, on a très peu avancé par rapport aux trois albums qui ouvraient le cycle : rarement un album aura aussi bien illustré le concept de tome de transition. On ne s'en réjouit pas.

Bien sûr, le dessin reste bon, détaillé et élégant comme Thierry Gioux nous en a donné l'appréciable habitude. On comprend aussi que la dimension politique a de l'importance dans la série et que tout cela n'est pas totalement incongru. Mais sur moitié moins de planches, on aurait pu condenser ce qui se passe et laisser les pages restantes à une dose de peps qui manque cruellement à l'ensemble.

On continue à bien aimer "Hauteville House" mais cela nous pousse à reconnaître à ce tome des défauts génants que ses prédécesseurs n'affichaient pas de manière si marquée. Espérons que le tome 9 se montrera plus convaicant !


Chronique rédigée par Jean Loup le 09/12/2012
 
 
Avis de :Une BD décevante... Note de l'album : 2,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Jean LoupReflet de l'avatar de Jean Loup
Statistiques posteur :
  • 1313 (63,80 %)
  • 390 (18,95 %)
  • 355 (17,25 %)
  • Total : 2058 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 2,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 9,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.33
Dépôt légal : Avril 2012

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Hauteville House, tome 8 : Fort Chavagnac, lui attribuant une note moyenne de 2,33/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

23 4 2016
   

Malgré tout l’intérêt que je porte à cette série, je ne peux qu’être déçu de ce huitième tome où tout traine en longueur. De l’introduction où on nous fait un résumé de ce qui avait été dit avant, auquel on ajoute un traitement rapide de la suite des événements du tome précédent, pour retrouver tout notre petit monde dans la rade de Cherbourg ; jusqu’à ces pourparlers qui trainent et qui trainent. A force, on perd de vue la trame générale et on se demande un peu ce que l’on est partie faire en Nouvelle Calédonie. Par ailleurs, à force d’être délié à l’extrême, le discours des oute-espaciens (extraterrestres) prend une dimension un peu trop démago-écolo à mon goût et tout devient de fait très obscur. La pierre philosophale permettrait à l’humanité de maîtriser les énergies renouvelables ? Pourquoi dans ce cas faut-il absolument en interdire l’accès au fantôme ? Pourquoi l’ouverture de la boîte provoque-t-elle à chaque fois une peste ou une révolution (intéressant, d’ailleurs, que la révolution française soit au même niveau que la peste) ? Pourquoi ces extra terrestres, qui semblent connaître de le futur, n’ont pas depuis longtemps décimé l’espèce humaine ?

Compte tenu de la durée des échanges, on aurait pu être un poil plus servis côté explication. D’autant que la série, si maîtrisée jusque là, part d’un seul dans un délire total, avec cet affrontement, dans la rade de Cherbourg, entre l’espèce venue d’ailleurs et les habitants de Cherbourg, le tout dans un fouillis général pour se finir, on ne sait trop comment ni pourquoi, par la disparition des extra-terrestres. On soupçonne le scénariste d’avoir voulu conclure sa série en deux tomes et son avant-dernier tome sert donc à faire patienter le lecteur, quitte à offrir un spectacle un peu ridicule qui ne cadre plus vraiment avec ce qui a été dit précédemment. On a hâte d’oublier cet ouvrage, qui ne présente d’ailleurs pas beaucoup de nouveaux développements mais sert plus de remplissage, pour se diriger vers le dernier tome, dans l’attente d’une vraie conclusion…

21 5 2015
   

Là c'est la grosse déception, après un tome 7 qui relançait l'histoire avec beaucoup moins d'explications et beaucoup plus de rythme, voici notre scénariste embourbé dans sa propre histoire. Et ça se voit beaucoup: dès les premières pages, Fred Duval nous propose un laïus d'une dizaine de pages qui nous résume à la fois les événements passés et l'entre deux tomes. Tout ça pour en arriver à des pourparlers longs et insipides. Cette introduction fastidieuse dure et plonge directement dans l'ennui. La fin est pourtant plus enlevée mais le mal est fait, ce tome est à l'évidence raté.

Plus ce cycle se prolonge, et moins je comprends comment les scénaristes créent leur histoire. Ce cycle était il prévu en 5 tomes ou en 4 à la base ? Ces ellipses mal maîtrisées, ces manques de rythme, font un peu novice, ce qui est loin d'être le cas des auteurs. Peut être que tout cela part d'une idée trop ambitieuse, développant trop de personnages et de clans. Je ne sais pas. J'espère simplement que le dernier tome de ce cycle sera meilleur.

Il reste cependant quelques moments à sauver: plus d'humour qu'habituellement, avec des répliques de Hugo sur Jules Verne plutôt marrantes et un dessin toujours agréables et une bonne colorisation.