46 488 Avis BD |20 153 Albums BD | 7 883 séries BD
Accueil
Tome 7 : Expédition Vanikoro
 

Hauteville House, tome 7 : Expédition Vanikoro

 
 

Résumé

Hauteville House, tome 7 : Expédition VanikoroAfin d'acceder au résumé de Hauteville House, tome 7 : Expédition Vanikoro, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Hauteville House, tome 7 : Expédition VanikoroLa couverture peut faire penser au film "Abyss" de James Cameron. Ce n'est peut-être pas tout à fait un hasard, même s'il est encore un peu tôt pour le dire. En revanche, on peut d'ores et déjà affirmer que "Expédition Vanikoro" est un "Hauteville House" de bonne cuvée.

Au fil des tomes, les auteurs ont su construire un univers qui frappe par sa cohérence et son originalité. Mobilisant Jules Verne, Victor Hugo, l'Histoire et l'imaginaire d'un XIXe siècle parallèle, la toile de fond est séduisante et permet de donner de l'épaisseur au récit qui peut tout à son aise mobiliser les engins les plus surprenants sans qu'ils paraissent anachroniques. Fred Duval livre un bon scénario dans ce septième épisode, avec des scènes globalement moins bavardes tout en développant la psychologie des différents protagonistes. On lit l'ensemble avec un vrai plaisir.

J'ai déjà eu l'occasion de dire du bien du trait de Thierry Gioux comme de la mise en couleurs assurée par Carole Beau. Ne changeant pas une équipe qui gagne, Guy Delcourt accorde toujours sa confiance à ce duo qui nous livre des planches efficaces, précises, et appliquant particulièrement bien l'esprit de la série B de l'éditeur ("Carmen Mc Callum", "Travis"...). Le découpage est dynamique et l'ensemble se parcourt remarquablement bien.

On peut supposer que la huitième tome apportera une conclusion à ce deuxième cycle. On sera assurément au rendez-vous car "Hauteville House" sait jouer de ses atouts pour se distinguer du reste des parutions, avec une vraie identité et un pouvoir de séduction. Laissez-vous donc tenter !


Chronique rédigée par Jean Loup le 04/04/2012
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Jean LoupReflet de l'avatar de Jean Loup
Statistiques posteur :
  • 1313 (63,80 %)
  • 390 (18,95 %)
  • 355 (17,25 %)
  • Total : 2058 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 14,20 14,20 14,20
Acheter d'occasion : 11,96
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.33
Dépôt légal : Avril 2011

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Hauteville House, tome 7 : Expédition Vanikoro, lui attribuant une note moyenne de 3,33/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

23 4 2016
   

Après deux albums qui mettaient patiemment en place les événements de contexte et lançaient efficacement une grande aventure, ce tome est résolument tourné vers l’action. Gravoche, Zelda et les frères Mauguy font alliance pour rechercher le trésor de la Pérouse, et s’opposent au pirate nommé le Diable de Tasmanie, qui fait équipe avec Calonec, l’envoyé du Fantôme de Paris. Dans cet album très tourné vers l’action, le scénariste exploite pleinement toutes les facilités que lui permet son environnement steampunk : les moyens de locomotion offrent toujours un bien beau spectacle, que ce soit dans les phases d’exploration que de combat. Tout cela est toujours très plaisant à lire, s’inspirant de plusieurs thèmes connus ou de plusieurs références pour asseoir son originalité. Ici, la trame générale avance plus que dans les deux premiers tomes (on dénoue des situations, on revient sur Eglantine, certains personnages clefs disparaissent, et on fait connaissance des êtres purement fantastiques qui étaient précédemment annoncé,…). Si tout cela reste dans du pur divertissement bien réalisé, comme ce à quoi on est habitué dans la série, je regrette ces phases narratives et explicatives des deux premiers tomes : c’étaient dans ces phases que l’on pouvait mesurer toute l’habileté du scénariste à faire cohabiter des concepts, des styles et des personnages que tout oppose, sans pour autant nuire à la cohérence de l’ensemble, ce qui, en soi, est une performance. Ici, on se retrouverait presque avec « seulement » de l’action, à laquelle on ajouterait, in extremis, une pointe de fantastique. Certains événements restent pour le moins obscurs mais on attend la fin du cycle qui nous apportera certainement toutes les réponses. Quant aux dessins, ils restent dans ce style très moderne et pêchu qui nous est servi jusque-là, entretenant avantageusement le rythme soutenu de l’action, même s’il peut se révéler bien sombre dans les scènes sous-marines.

Les auteurs continuent de nous servir un bien bon moment de divertissement, qui s’adresse à tous, et qui est réalisé avec beaucoup de soin. En mélangeant du James Bond, de l’Indiana Jones, de l’Abyss, et tout un tas d’autres références, l’auteur semble s’être inspiré de ce qui se fait de mieux dans chacun des registres pour créer le sien.

21 5 2015
   

Ah ! voilà ! Ce tome me va mieux ! Comme je ne suis pas féru des uchronies steampunck, j’attends au moins que le scénario soit moins barbant que dans les deux premiers tomes de ce second cycle. C’est le cas ici, les dialogues sont moins pompeux, les explications moins denses. Du coup tout parait plus simple, ce qui me semble plus en adéquation avec le ton de la série. Je crois que quand on mélange des faits historiques avec des engins qui paraissent sortir de l’imaginaire de Jules Verne, quand on mélange des personnages historiques et qu’on leur prête des faits et gestes n’ayant jamais existés, il faut être à la fois pointilleux sur le scénario sans se prendre réellement au sérieux. Ainsi dans ce 7ème tome, Fred Duval semble (enfin) poser son histoire et savoir vers quoi il la dirige. Ça en devient nettement plus intéressant, et il faut avouer que les batailles navales aident aussi.

Voilà un tome qui renoue mon intérêt pour la série.