45 976 Avis BD |19 906 Albums BD | 7 826 séries BD
Accueil
Tome 3 : Sexy beast
 

Gung Ho, tome 3 : Sexy beast

 
 

Résumé

Gung Ho, tome 3 : Sexy beastAfin d'acceder au résumé de Gung Ho, tome 3 : Sexy beast, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Gung Ho, tome 3 : Sexy beastC’est avec une grande joie que l’on découvre la suite de ce récit post-apocalyptique où ce qu’il reste de l’humanité se retranche dans des villages et s’organisent pour repousser les rippers, des espèces de grands singes blancs devenus des prédateurs de l’homme. On appréciera toujours autant la mise en situation et les personnages, ainsi que la tonalité savamment entretenue par le scénariste. En effet, on se concentre sur les ados de Fort Apache et on fait ainsi coexister une certaine insouciance (qui sort avec qui, comment braver les interdits…) et une grande gravité (la menace des rippers). Cette idée est rappelée dès de le début de l’ouvrage, lorsque notre groupe d’ado s’amusent gentiment dans un lac lorsqu’une bande de rippers débarquent sur l’île : une surprise, puisque ces animaux ne sont pas censés savoir nager.

Mais bientôt, les choses s’accélèrent : Archer a compris que Bagster monnayait de la drogue contre sexe avec les adolescentes orphelines. Mais lorsqu’il tente de confondre le coupable, un complot se met en place et c’est lui qui est banni de la communiquer et condamné à l’exil. C’est une mort certaine pour Archer, mais ce dernier tentera de s’organiser, bien qu’il ne puisse pas non plus se rendre dans d’autres colonie, compte tenu de son statut. Zach, plus jeune, ne peut plus rester seul et sera donc adopté par les parents d’Holden, contre leur gré. Encore une fois, il y a une vraie dichotomie entre la réalité dure qui est présentée, et une tonalité assez joviale, appuyée par des couleurs chaudes.

Il y a du suspense dans ces pages, et beaucoup d’émotions également. Surtout, et comme par le passé, la grande force de l’album vient du fait que l’on ne se concentre pas sur la menace en elle-même, mais sur les ados qui vivent dans cette communauté, laissant beaucoup de places aux discussions, aux machinations. Certains messages propres à l’adolescence sont passés avec mesure (les adultes violents et injustes, les adolescents bravant leur peur) dressant de ces personnages un portrait avant tout très crédibles. Pour le reste, un peu comme dans « Walking Dead », la menace fait partie du contexte mais on ne saura toujours pas plus d’où viennent ces rippers ni comment des bêtes sauvages ont pu conduire l’homme à se retrancher derrière des hauts murs (un peu comme dans la série précitée, où l’origine des zombies restent inexpliquée).

On ne pourra, une nouvelle fois, que souligner la qualité graphique de l’ensemble. Au-delà de l’ambiance et du réalisme de ce dessin très particulier, c’est la série qui trouve une véritable identité visuelle parfaitement maîtrisée. C’est assez péchu et moderne.

Même si la trame semble déjà vue, voilà donc un nouvel album qui, comme les deux précédents, est avant tout efficace, parfaitement calibré pour son public cœur, mais dont la qualité de la réalisation, de la narration, et du graphisme emportera également les suffrages d’un lectorat plus âgé.


Chronique rédigée par gdev le 11/12/2017
 
 
Statistiques posteur :
  • 3100 (74,30 %)
  • 335 (8,03 %)
  • 737 (17,67 %)
  • Total : 4172 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 16,15 16,15 16,15
Acheter d'occasion : 18,05
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Juin 2017

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Gung Ho, tome 3 : Sexy beast, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

3 3 2018
   

Ce troisième volet poursuit l’excellente saga post-apocalyptique proposée par les auteurs de "La chronique des immortels", Benjamin von Eckartsberg et Thomas von Kummant.

Les tomes précédents invitaient à suivre l’intégration de deux adolescents au sein l’enceinte fortifiée de la colonie n°16, également appelée « Fort Apache », et permettaient de découvrir les règles très strictes qui régissent ces petites communautés confrontées à une menace extérieure redoutable. Progressivement, Benjamin von Eckartsberg levait le voile sur le fonctionnement de ces campements isolés en territoire hostile, tout en pointant du doigt les rivalités existantes entre les différents clans. Au fil des attaques, l’auteur dévoilait également le potentiel létal de cette menace extérieure à la fourrure blanche et aux crocs acérés.

Ce troisième volet permet néanmoins de découvrir que cette « Plaie Blanche » n’est pas l’unique danger qui pèse sur cette petite communauté isolée en pleine nature. Outre le rationnement des fournitures, des armes et de la nourriture suite à l’attaque du train d’approvisionnement, le camp doit également faire face aux méfaits de Bagster, ainsi qu’à des tensions de plus en plus fortes entre des adultes souvent corrompus et des adolescents avides de liberté. L’atmosphère s’alourdit donc progressivement à l’intérieur des palissades, mettant à mal cette solidarité indispensable à la survie du groupe et pointant du doigt un conflit générationnel particulièrement intéressant.

Visuellement, le graphisme de Thomas von Kummant est à nouveau de toute beauté. Outre des décors fourmillant de détails et des personnages réalistes et très expressifs, il installe une ambiance faussement optimiste à l’aide d’une colorisation chaude. Si ces couleurs printanières sont encore mises en avant par l’absence d’encrage, l’auteur parvient tout de même à y insuffler une menace latente, qui dévoile une nouvelle fois son visage à coups de giclées rouges. Tout comme lors des épisodes précédents, l’album est également proposé en deux albums en format deluxe, limité à un tirage de 3000 exemplaires. Le lecteur a ainsi le choix entre la version classique prévue en cinq tomes de quatre-vingt pages et ce tirage spécial en dix tomes grand format enrichis d’un bonus d’une vingtaine de pages.

Une saga vivement conseillée !