46 534 Avis BD |20 177 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 1 : Inspecteur LeBrock de Scotland Yard
 

Grandville, tome 1 : Inspecteur LeBrock de Scotland Yard

 
 

Résumé

Grandville, tome 1 : Inspecteur LeBrock de Scotland YardAfin d'acceder au résumé de Grandville, tome 1 : Inspecteur LeBrock de Scotland Yard, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Grandville, tome 1 : Inspecteur LeBrock de Scotland YardBryan Talbot est un auteur et dessinateur de comics reconnu. il a notamment travaillé sur "Fables" ou "Sandman" qui sont loin d'être des oeuvres mineures du 9e art.
Avec "Grandville", Talbot nous propose une plongée dans un univers steampunk animalier et uchronique. Pour cela, il se dit inspiré du travail d'un caricaturiste français du XIXe siècle (JJ Grandville), de l'illustrateur de science-fiction Robida, de Sir Arthur Conan Doyle et de... Quentin Tarantino. Oulah ! voilà un mélange d'influences bien singulier qui ne peut que susciter la curiosité, voire l'impatience quand on aime habituellement le travail de Talbot.

Alors, oui, en effet, l'influence de Doyle est très nette dans la création du personnage de LeBrock. Un inspecteur doué d'une puissance d'analyse à la Holmes. Rien ne lui échappe. Pour parfaire la ressemblance, il est accompagné par son assistant Ratzi qui vous fera invariablement penser à Watson. Mais la ressemblance s'arrête là : pour le reste, c'est un personnage tarantinien. Un physique de colosse, un gilet pare-balles armure, des flingues énormes, des méthodes expéditives et des patates de forain... En ce qui me concerne, c'est un personnage qui a fait mouche. Je l'ai suivi dans son enquête sans aucun problème, malgré le côté animalier qui peut déplaire (d'autant que l'animalisation n'est pas aussi pertinente que dans "Blacksad" même si ça contribue à l'originalité de cet univers).

Côté scénario, on a droit à un polar sur toile de fond politique efficace et bien mené. Si l'enquête peut sembler rapidement menée, c'est d'abord le résultat d'un choix narratif qui privilégie le dynamisme à une ambiance pesante et oppressante, qui sans être absente, n'est pas des plus développées. L'ensemble peut sembler manquer d'originalité dans le déroulement mais on ne ressent à aucun moment ne serait-ce qu'un soupçon d'ennui.C'est aussi dû à des références hommages que l'auteur a disséminé tout au long de ses pages : Spirou, Bécassin et Hergé sont à l'honneur (le personnage de Snowy Milou, accro à l'opium et qui rêve de Congo, du Lotus Bleu, de crabe aux pinces d'or ou du Capitaine Kabok ? Haboc ? est tout à fait savoureux). Pour les amateurs de peinture, de nombreux tableaux sont repris également. Un peu de culture ne faisant jamais de mal, c'est avec plaisir qu'on reconnait les originaux (ou qu'on apprend leur existence grâce à une postface écrite par l'auteur, nous expliquant notamment ses sources d'inspiration et sa façon de travailler... toujours intéressant).

Côté graphisme, c'est assez inégal à mon sens. J'ai trouvé certaines planches très belles, notamment les scènes de poursuite du prologue. Et toutes celles en général qui jouent avec le feu. La colorisation informatique m'a plu pour ces scènes là. Pour le reste, j'ai trouvé ça assez moyen mais ça ne m'a jamais gêné dans ma lecture. Bon, évidemment, c'est moins beau que du "Blacksad" dans le même genre, mais là, on parle du top du top quand même. Donc au final, c'est quand même plutôt du bon travail.

Un mot sur l'objet en lui-même qui est très beau. Une édition cartonnée élégante, rouge, qui vous fera peut-être penser à votre collection de livres de Jules Verne. Du travail soigné qui sera du plus bel effet dans votre bibliothèque.

C'est donc une série prometteuse qui commence avec ce tome. Et l'auteur nous promet qu'il a encore des idées pour 3 ou 4 histoires. Tant mieux, je ne demande que ça !


Chronique rédigée par david le 09/10/2011
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de davidReflet de l'avatar de david
Statistiques posteur :
  • 559 (44,51 %)
  • 290 (23,09 %)
  • 407 (32,40 %)
  • Total : 1256 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 15,11 15,11 15,11
Acheter d'occasion : 14,95
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Février 2010

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Grandville, tome 1 : Inspecteur LeBrock de Scotland Yard, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

20 12 2013
   

Grandville est une série de Bryan Talbot parue aux éditions Milady, à travers laquelle l’auteur rend hommage au caricaturiste français du XIXe siècle J.J. Grandville, ainsi qu’à l’illustrateur de science-fiction Albert Robida.

Ce premier volet débute par une course-poursuite haletante dans les rues de Grandville, où Raymond Leigh-Loutre tente d’échapper à ses poursuivants à bord d’une splendide machine à vapeur. Après avoir réussi à regagner l’Angleterre, il est malheureusement retrouvé mort dans sa demeure. Pour l’inspecteur Archie Lebrock de Scotland Yard et son fidèle adjoint le détective Roderick Ratiz, c’est le début d’une enquête policière sur fond politique.

Grandville est le nouveau nom de Paris dans cette uchronie à l’ambiance rétro-futuriste. Napoléon a en effet triomphé des anglais deux-cents ans plus tôt et n’a que récemment octroyé son indépendance à l’Angleterre suite à une série d’attentats anarchistes. Outre l’univers steampunk particulièrement réussi, l’autre élément étonnant est la zoomorphie des personnages.

Cette aventure anthropomorphique invite donc à suivre les pas d’un inspecteur de Scotland Yard à Paris. Si l’intrigue ne déborde pas d’originalité, ce polar animalier est par contre parfaitement maîtrisé et diablement bien rythmé. De plus, ce divertissement de qualité est superbement mis en images par l’auteur. Si la colorisation informatique ne plaira pas forcément à tout le monde, le découpage cinématographique est très réussi et les nombreuses références graphiques, notamment à des personnages de BD bien connus, particulièrement amusantes.

Alors que le dernier tome de "Blacksad" déçoit un tout petit peu, cette saga mérite toute votre attention. Une excellente découverte !