45 930 Avis BD |19 891 Albums BD | 7 823 séries BD
 

Golden Kamui, tome 1

 
 

Résumé

Golden Kamui, tome 1Afin d'acceder au résumé de Golden Kamui, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

« Golden Kamui » fait parti des nombreux contes du folklore japonais basés sur une histoire vraie (a moins que tout ceci soit une supercherie très documenté).
Pendant la guerre russo-japonaise de 1903, un soldat se fit remarquer sur le champ de bataille, car rien ne semblait pouvoir le tuer. Son nom « Saichi Suguimoto », un dur à cuire qui a force de s’entêter à ne pas mourir, fut surnommé « l’immortel ».

Après la guerre et sans le sous, un ami sur le point de mourir lui confie un secret: un fabuleux trésor a été volé aux Aïnous, un peuple reculé qui vit en harmonie avec la nature sur l'île d'Hokkaido (un peu à la manière de Mononoke). Impossible de retrouver cette montagne d’or sans avoir la carte qu’un bagnard a tatoué sur le peau de plusieurs fugitifs.
C’est au cours de ses recherches dans le nord de la péninsule que Suguimoto va faire la connaissance d’une jeune Aïnou, Ashirpa. Tous deux vont faire équipe pour se lancer à la recherche de la carte et du trésor.

« Golden Kamui » est un seine plutôt bien ficelée qui regorge d’action, parfois de violence, tout en arrivant à nous faire connaitre et comprendre différentes cultures. Il présente un Japon méconnu, même pour les japonais eux mêmes et qui semble d’une grande richesse.
C’est un peu le mélange improbable de « the Revenant » (l'ours) avec « les Mystérieuses Citée d’or », a la fois dur et pédagogue ; et autant dire que le mélange est plutôt réussi.
Le dessin de Satoru Noda est dynamique et sait aussi bien mettre en valeur les tueries que les moments plus calmes. Bref, un trait qui est au service de son histoire.

"Golden Kamui" est une série a gagné plusieurs prix au Japon et si vous voulez mon avis, c’est plutôt mérité. Reste à savoir si le reste de l’aventure ne sera pas trop téléphoné.


Chronique rédigée par sigmar le 30/08/2016
 
 
Statistiques posteur :
  • 141 (30,32 %)
  • 134 (28,82 %)
  • 190 (40,86 %)
  • Total : 465 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Golden Kamui, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

8 11 2018
   

Dans le scénario, il y a une ingéniosité générale que l’on retiendra : celle d’une carte aux trésors qui est tatouée sur plusieurs personnes, qu’il faut donc retrouver pour reconstituer le chemin qui conduira vers le trésor convoité par Sugimoto. Le fait que les morceaux de la carte soient tatoués sur des anciens détenus, qui sont dehors car ils se sont échappés et n’ont donc pas purgé leur peine, permet au personnage principal d’endosser le rôle de héros, même s’il devra, à un moment ou à un autre, récupérer les peaux d’êtres humains pour reconstituer la carte. Pour déjouer toute moralité douteuse, on lui adjoindra même Ashirpa, une jeune fille issue de la tribu Ainous, à qui le trésor a été volé, avec en prime la mort du père de cette dernière. Le contexte se veut ainsi original, en intégrant également des éléments qui permettent à Sugimoto de ne pas passer pour un chasseur de trésor sans foi ni loi. L’honneur et sauf, d’autant qu’il ne sera pas le seul à rechercher les détenus évadés, et qu’il devra lutter lui-même pour rester en vie.

L’originalité du scénario est toutefois quelque peu nuancée par une narration un peu facile : Sugimoto apprend l’existence du fameux trésor et de la mystérieuse carte par un gars qui se livre un peu gratuitement en début d’ouvrage. De plus, les différents personnages semblent un petit peu introduits au petit bonheur la chance, et l’histoire se met ainsi en place d’une façon bien rapide que permet la facilité. Le duo entre Ashirpa et Sugimoto qui se forme rapidement est également assez peu convaincant. Enfin, on se demande bien ce que vient faire dans cette histoire le passé de Sugimoto : son rôle à la guerre, son statut d’ « immortel » , sont autant d’éléments dont on se demande l’intérêt pour la mise en place de cette histoire. Certes, on comprend qu’il est doué avec les armes et que cette capacité lui sera utile dans sa quête, mais l’exploitation du passé du personnage semble inutilement tirée par les cheveux.

Une belle originalité dans le scénario, un dessin clair et assez précis, mais une mise en place parfois un peu laborieuse, et des personnages qui manquent un peu de charisme : on attend donc que les éléments présentés ici soient davantage et mieux exploités dans les albums suivants.