46 183 Avis BD |20 019 Albums BD | 7 853 séries BD
Accueil
Tome 4 : Golden Kamui
 

Golden Kamui, tome 4

 
 

Résumé

Golden Kamui, tome 4Afin d'acceder au résumé de Golden Kamui, tome 4, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Golden Kamui, tome 4Nous voici déjà sur le 4ème tome de "Golden Kamui". Le manga de Satoru Noda garde toujours le même cap, à savoir une alternance entre l'enquête, l'action et la découverte de la nature et d'une culture oubliée.
Suguimoto et ses compagnons vont affronter un ermite chasseurs, découvrir comment manger tel ou tel aliment tout en se faisant poursuivre par une société secrète voulant récupérer un trésor fabuleux.
Ce 4ème tome commence à montrer les limites du récit. A trop vouloir découvrir la culture Ainou, on se retrouve dans un manga protéiforme qui a du mal à garder le cap de son histoire. Suguimoto n'a d'immortel que le nom, l'aura qui l'entoure à tendance à disparaitre pour faire place à un voyageur culinaire... pas ce qu'il y a de plus sexy.
Le récit, du fait de cet amalgame qui faisait la richesse des premiers volumes, avance a très petits pas.
"Golden Kamui" commence à pâtir de ce qui faisait sa différence, il devient prévisible. Ce tome est toujours agréable à lire, mais l'intrigue peine à trouver sa voie...


Chronique rédigée par sigmar le 16/04/2017
 
 
Statistiques posteur :
  • 141 (30,19 %)
  • 134 (28,69 %)
  • 192 (41,11 %)
  • Total : 467 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 2,50 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.75

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Golden Kamui, tome 4, lui attribuant une note moyenne de 2,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

9 2 2019
   

Ce quatrième tome est exactement dans la même veine que les précédents. Rappelons que l’originalité de la série repose sur un équilibre assez étrange : d’un côté, on nous propose un thriller, autour d’un trésor à récupérer, la carte menant à ce dernier ayant été tatouée par morceaux sur des repris de justice qui se sont évadés. De l’autre, on nous propose un documentaire sur les Ainous, un peuple qui ressemble beaucoup aux indiens, qui vivent dans leurs traditions, et à qui le fameux trésor a été subtilisé. Un peu comme « bride story » ou « le chef de nobunaga », le parti pris est de faire découvrir un peuple et ses traditions, mais en l’agrémentant d’une bonne dose d’action afin de rendre le tout plus dynamique. Ici, le début de l’ouvrage est ainsi assez mouvementé, avec cet affrontement entre Nihei et Tanigashi d’une côté, et Sugimoto, Ashirpa, et Shirashi de l’autre.

Ensuite, on passe à une partie plus descriptive, où il sera question de découvrir quelques techniques de chasse des Ainous, le tout auréolé d’une bonne dose de légende et d’un respect de la nature. Le centre de l’ouvrage est ainsi plus creux en termes d’actions, le scénariste assurant son rôle de pédagogue avec assurance, mais peut-être également avec un manque d’entrain.

La fin de l’ouvrage est plus dynamique, avec le retour de Tsumuri et Hijikata, qui sont également à al recherche du trésor.

On pourrait se dire que le récit trouve ainsi une certaine respiration, mais je trouve que le rythme n’est pas très bien étudié. Une courte phase d’action pour clôturer l’arc autour de Nihei, puis une longue description des traditions Ainous, avant de faire revenir de l’action aux forceps, en réintroduisant des personnages dont le parcours semble bien saccadé.

Si la série bénéficie d’un dessin soigné, elle a du mal à trouver son rythme, et la liste des personnages s’agrandit au fil des pages à tel point que ces derniers ont également du mal à trouver leur place. Sugimoto, au centre du récit, ou encore Ashirppa, ont bien du mal à asseoir leur charisme dans cet environnement. Si on reconnaît une certaine originalité dans le propos, le scénariste pas encore trouvé le bon équilibre pour vraiment bien articulé ses deux axes et on se retrouve avec une histoire fragmentée, pleine de ruptures.